Vidéos A la une
Au moins sept civils tués et 23 blessés dans des affrontements avec la police ce lundi à Djibouti selon un bilan des autorités. L'opposition fait quant à elle état de près de 20 morts et décrit des policiers tirant à balles réelles sur des civils. Cela s'est produit lors d'une cérémonie traditionnelle, non loin de la capitale Djibouti-ville. Avec AFP
Vidéos A la une
A l'approche de l'élection présidentielle prévue en avril prochain, des violences meurtrières ont éclaté ce mardi à Djibouti, faisant 19 morts. L'opposition affirme que la police est responsable du massacre alors que les forces de l'ordre affirment avoir été attaquées.
Vidéos A la une
Vingt ans après la mort du magistrat français Bernard Borrel, à Djibouti, une dizaine de scellés ont été détruits par erreur l'an dernier. Sur les objets détruits se trouvaient des traces d'ADN ou des empreintes digitales qui auraient peut-être pu faire avancer l'enquête. L'avocat de la famille dénonce un scandale judicaire. La veuve du juge Borrel est persuadée que l'assassinat de son mari est un crime d'État, pouvant impliquer l'actuel président de Djibouti. La ministre de la Justice, Christiane Taubira, a ordonné une enquête pour comprendre comment et pourquoi les services judiciaires ont pu commettre une telle erreur.
Vidéos A la une
BALHAF (Yémen) - La Marine française a évacué 44 ressortissants étrangers du Yémen. Parmi eux, plusieurs Français. L'opération a eu lieu samedi, depuis le port de Balhaf Destination : Djibouti, de l'autre côté du Golfe d'Aden. D'autres nations : la Russie, le Pakistan , l'Inde ou encore l'Indonésie procèdent de même, alors que le Yémen s'enfonce dans le chaos. Origine des violences: une rébellion emmenée par des combattants chiites et soutenue par l'Iran, les Houthis. Ils ont déjà pris Sanaa la capitale et sont désormais au porte d'Aden, la grande ville portuaire au sud du pays. En réponse, l'Arabie Saoudite à la tête d'une coalition d'une dizaine de pays arabes a lancé plusieurs raids aériens. Le conflit envenimé par la présence d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique alarme les ONG tout comme l'ONU : depuis le 26 mars, près de 500 civils auraient perdu la vie.
Publicité