Vendre un logement nécessite au préalable de réaliser plusieurs diagnostics techniques afin de protéger l'acquéreur contre de mauvaises surprises. Les bailleurs aussi vont être concernés par trois de ces diagnostics.

Diagnostics immobiliers : trouver le bon professionnel

En cas de vente, le propriétaire se voit aujourd'hui contraint de réaliser jusqu'à cinq diagnostics, voire six avec la surface (Loi Carrez). Ces expertises concernent, outre l'amiante (DTA), le plomb (CREP) et les termites, les risques naturels et technologiques (ERNT) lorsque le bien est situé dans une zone exposée et, depuis cette année, la performance énergétique (DPE). Cette dernière peut faire la différence pour l'acheteur ! Concrètement, en comparant les DPE, il pourra opter pour l'achat qui lui reviendra le moins cher en fioul, bois, électricité, etc.

Divers sites détaillent ces diagnostics.

Publicité
Par exemple, www.anil.org propose la brochure ad hoc. Pour l'obtenir, il suffit de cliquer sur "accession à la propriété" puis sur "achat, vente d'un logement : Quels diagnostics ?". Le site du ministère www.logement.gouv.fr fourmille aussi d'informations pratiques, tout comme celui, dédié, des géomètres experts, www.visa-ge.net et de la Capeb (Confédération de l'Artisanat et des Petites entreprises du Bâtiment). De leur côté, les notaires, acteurs obligés de la vente, fournissent des précisions sur le sujet, sur www.paris.notaires.fr.