Les problèmes bucco-dentaires, plus fréquents et d'évolution plus rapide chez les diabétiques, notamment les seniors, ont un impact direct sur la bouche, mais surtout sur l'état de santé général des patients. Un sujet d'importance.

Diabétiques, attention les dents !

De la gingivite à la maladie parodontale

Nous, nous parlons de gingivite, de déchaussement des dents, les chirurgiens-dentistes de maladies parodontales qui se manifestent par la destruction des tissus de soutien de la dent, à savoir la gencive et l'os.

Ces pathologies se déclarent par la présence de bactéries dans la plaque dentaire. A un certain moment, si on n'élimine pas suffisamment cette plaque dentaire, trop de bactéries conduisent à l'infection, à l'inflammation et à la maladie parodontale.

Chez les personnes diabétiques, pas seulement les insulino-dépendants mais aussi celles touchées par un diabète sucré (la majorité des cas chez les seniors), le problème se double de complications notoires. Il est d'autant plus nécessaire de consulter régulièrement (au minimum deux fois par an) son chirurgien-dentiste. Et d'utiliser, de préférence, une brosse à dents électrique pour combattre la plaque dentaire, responsable de tous les maux.

Le diabète complique la maladie

Le diabète est un facteur aggravant de la maladie parodontale. Ainsi, on note une prédisposition plus grande à l'infection. Explication : l'hyperglycémie diminue le PH de la bouche et augmente le taux de glucose dans la salive, deux conditions idéales pour multiplier les bactéries.

Autre problème: la modification du métabolisme du collagène, composant essentiel des os et des tissus de soutien, entraîne une plus grande perte de ces éléments. Dernier point: les diabétiques mettent plus de temps à cicatriser.

Publicité
De nombreuses études sur les diabétiques (type 1, insulino-dépendants) ont montré que les gingivites étaient plus sévères, et cela d'autant plus que le diabète était mal équilibré. Une étude faite aux Etats-Unis montre des parodontites sévères chez 59,6 % des diabétiques contre 36 % de sujets sains. Et l'on pense qu'il en est de même chez les diabétiques de type 2 non insulino-dépendants.

Retour sur le dossier Diabète de seniorplanet.

Publicité