Vidéos à la une
A moins de trois semaines du premier tour, les 11 candidats à la présidentielle ont eu rendez-vous hier soir sur BFMTV et CNews pour débattre. Le show a été axé sur les thèmes cruciaux de l'emploi, de la sécurité et du social. L'occasion pour les petits candidats de bénéficier d'une large exposition. Leur entrée en jeu a-t-elle secoué les débats présidentiels ? Que peut-on retenir de ce Grand débat ? - Bourdin Direct, du mercredi 5 avril 2017, sur RMC.
Vidéos à la une
Au lendemain de la tentative ratée de coup d'état, les Turcs s'inquiètent : qu'attendre de Recep Tayyip Erdogan ? Qu'attendre de ceux qui...
Vidéos Argent/Bourse
Avec : Marie Arena, eurodéputée belge. Jean-Sébastien Lefebvre, journaliste à Contexte. Dominique Riquet, eurodéputé UDI. Et Charles de Marcilly, responsable à Bruxelles de la Fondation Robert Schuman. - 500 millions d'Européens, du samedi 9 juillet 2016, présenté par Yann-Antony Noghès, sur BFM Business.
Vidéos à la une
Le député du Val d'Oise Philippe Doucet a déclaré sur BFMTV être "pour la démocratie" plutôt que la "démocratie sondagière". "Aujourd'hui il y a un gouvernement qui fait son travail, on ne gouverne pas à coups de sondage", a-t-il lancé. Interrogé sur le faible pourcentage d'opinions positives pour François Hollande en vue de l'élection présidentielle de 2017, Philippe Doucet a répondu que "si les Français ont envie qu'Alain Juppé arrive au pouvoir, ils voteront pour Alain Juppé", rappelant le principe de liberté d'opinion.
Vidéos à la une
Raquel Garrido, la cofondatrice du Parti de Gauche invitée ce mardi de BFMTV, a assuré que "les minoritaires qui bloquent le pays tout entier" ne sont pas les membres de la CGT, mais François Hollande et Manuel Valls. "Normalement, la démocratie est le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple. Aujourd'hui vous avez une petite bande du Parti socialiste qui gouverne pour l'oligarchie, par l'oligarchie", a-t-elle déclaré. Selon elle, "il y a quelque chose de plus grave" que la pénurie de carburant, "c'est la pénurie de démocratie".
Vidéos à la une
Le projet de loi El Khomri a nettement tendu les rapports entre manifestants et policiers. Les incidents de violences policières ont fait échos...
Vidéos à la une
Pas de bol pour les députés socialistes frondeurs. A deux signatures près, ils auraient pu renverser le gouvernement. La motion de censure qu'ils ont engagée mercredi 11 mai a donc été rejetée. L'on se pose maintenant la question du sort de ces frondeurs au sein du PS. Selon Eric Brunet, il est tout à fait normal que dans un parti politique il y ait des tendances auprès des députés. Mais de là à créer une sous-famille pour renverser le parti, c'est incongru. Il n'y a que dans les partis politiques français qu'on tolère ce genre de laisser-aller rajoute-t-il. Pour Laurent Neumann, mettre à la porte les frondeurs serait une bêtise de plus à mettre à son palmarès. Ces députés seront considérés comme des martyres. - Bourdin Direct, du vendredi 13 mai 2016, sur RMC.
Vidéos à la une
Pour faire adopter la très contestée loi Travail à l'Assemblée nationale, Manuel Valls a décidé de recourir au 49-3. Utilisé assez souvent par la gauche sous la Ve République, s'agit-il d'un acte de faiblesse ou de fermeté ? D'après Apolline de Malherbe, cette arme constitutionnelle est paradoxale. Si l'opposition la considère comme une faiblesse, l'exécutif estime que c'est un acte de fermeté. Le recours au 49-3 montre que le gouvernement n'est pas majoritaire, mais il reste un outil à la fois efficace, démocratique et légal. - Bourdin Direct, du mercredi 11 mai 2016, sur RMC.
Vidéos à la une
Quelques heures après que Manuel Valls a annoncé mardi l'utilisation du 49-3 pour la loi Travail, les manifestants sont descendus dans la rue à l'appel de #NuitDebout et de quelques syndicats. Des heurts ont éclaté dans la soirée à Nantes et à Toulouse. Manuel Valls a affirmé avoir été poussé à prendre cette décision par les opposants au texte.
Vidéos à la une
Trois anciens présidents polonais, Lech Walesa, Aleksander Kwa?niewski et Bronis?aw Komorowski, ainsi que quelques autres personnalités, accusent le parti au pouvoir, Droit et justice, de détruire l'ordre constitutionnel. En réponse, le premier ministre a déclaré : "Ces hommes disent : la démocratie c'est nous. Mois je dis, la démocratie, c'est le libre choix des Polonais et ils ont choisi le parti Droit et justice et son programme".
Vidéos à la une
Pour la quatrième nuit consécutive, plusieurs centaines de personnes du mouvement "Nuit Debout" étaient réunies sur la place de la République. Les manifestants réclament une démocratie directe, inclusive, participative et radicale. Alors qu'au départ, cette manifestation avait pour but de contrer la loi Travail, elle est désormais réalisée en vue de contester la politique de François Hollande, estime Apolline de Malherbe. - Bourdin Direct, du lundi 4 avril 2016, sur RMC.
Vidéos à la une
Hier, lycéens et étudiants ont une fois de plus manifesté contre la très controversée loi El Khomri. Après la "déconfiture" que François Hollande et Manuel Valls se sont pris sur la révision constitutionnelle, l'on se demande s'ils ne vont pas à nouveau reculer pour le projet de loi Travail. Celui-ci existera bel et bien, mais le gouvernement va devoir capituler sur certains points même s'il a déjà lâché du lest auparavant. Bien qu'il n'y ait pas eu foule lors des manifestations d'hier, on peut voir que le mouvement prend de l'ampleur auprès des salariés qui rejoignent peu à peu les rangs des opposants. François Hollande n'a donc plus le choix qu'entre un nouveau recul ou un nouvel échec. - Bourdin Direct, du vendredi 1er avril 2016, sur RMC.
Vidéos à la une
Invités sur le plateau de LCI, les frères Bogdanov expliquent qu'ils "aiment partager le savoir". "Si nous étions des hommes politiques nous aurions aimé partager le pouvoir", affirme Igor Bogdanov. Pour son frère, "le savoir débouche sur une nouvelle forme de démocratie".
Vidéos à la une
Henri Guaino, élu Les Républicains et ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, était l'invité de Nathalie Levy dans News et Compagnie sur BFMTV, ce lundi. Il a évoqué le mode de désignation d'un candidat pour l'élection présidentielle. "Les primaires ont été inventées par les partis pour faire taire leurs divisions avant d'arriver à l'élection présidentielle afin de gagner. Mais le but de la démocratie, c'est de faire gagner la France et non pas un parti" a-t-il déclaré. "Dans la situation où nous nous trouvons, les primaires peuvent peut-être permettre à un candidat d'être élu par défaut" a-t-il conclu.
Vidéos à la une
Avec: Jean Quatremer, journaliste à Libération. Philippe Lamberts, eurodéputé Les Verts. Marc Tarabella, eurodéputé PS. Et Bernard Monot, eurodéputé FN. - 500 millions d'Européens, du samedi 9 janvier 2016, présenté par Yann-Antony Noghès, sur BFM Business.
Vidéos à la une
C'est l'un des "scénarios surprises" proposés aux deux finalistes des Talents du Trading pour les départager. Ils devaient adapter leur stratégie d'investissement à cet évènement hautement improbable.
Vidéos à la une
Avec: Olivier Bailly, directeur de cabinet de Pierre Moscovici. Jean Quatremer journaliste à Libération. Et Jean-Sébastien Lefebvre, correspondant à Bruxelles de Contexte. - 500 millions d'Européens, du samedi 12 décembre 2015, présenté par Yann-Antony Noghès, sur BFM Business.
Vidéos à la une
Dernièrement, le Premier ministre Manuel Valls a évoqué la possible prolongation de l'état d'urgence au-delà des trois mois autorisés par le Parlement. Après les attentats du 13 novembre, il fallait des mesures fortes. Selon Hervé Gattegno, la priorité du pouvoir actuellement devrait être le rétablissement de la sécurité pour restaurer les libertés et les droits ordinaires. Par ailleurs, il estime que les moyens juridiques qui sont mis de côté pendant cette période de tension n'ont pas conduit à faire reculer le terrorisme. - Bourdin Direct, du 2 décembre 2015, sur RMC.
Vidéos à la une
"Nous ne sommes pas de vraies démocraties", a estimé ce mardi matin Dominique de Villepin sur BFMTV et RMC. "Nous sommes des démocraties médiatiques". "Nos dirigeants parlent pour les caméras, ils disent ce qu'ils croient que l'opinion a envie d'entendre. Ils ont oublié les peuples", a déclaré l'ancien Premier ministre, déplorant dans le même temps l'absence d'un grand projet européen pour développer l'Afrique. "C'est là qu'est la croissance ", a estimé Dominique de Villepin.
Vidéos à la une
Eric Brunet, animateur radio sur RMC (Carrément Brunet), chroniqueur et essayiste français, et Laurent Neumann, précédemment Directeur de la Rédaction de Marianne, ont débattu, dans Bourdin Direct sur RMC, sur le référendum en Grèce, organisé à la demande d'Alexis Tsipras, sur le plan d'aide européen. Pour Eric Brunet, ce référendum est l'étape ultime du casse du siècle orchestré par les Grecs sur l'Europe.
Vidéos à la une
Le mouvement pro-démocratie des parapluies est l'héritier direct des idées qui animaient le mouvement étudiant de la place Tiananmen. Il y a...
Politique
Même s’ils jugent les partis indispensables à la démocratie, aucune formation partisane ne trouve grâce à leurs yeux. 
Vidéos à la une
Le journaliste Roger Lenglet et l'écrivain Jean-Luc Touly présentent leur livre "Les Recasés de la République", soit la vérité "sur les placards" dorés du pouvoir. Ils dénoncent le système qui permet de recycler les élites du pays, qu'elles soient politiques, syndicalistes ou hauts fonctionnaires. "Il représente une menace pour la démocratie", préviennent-ils.
Vidéos à la une
Jean-Luc Touly, et Roger Lenglet présentent leur livre "Les recasés de la République", une enquête qui aborde l'un des domaines les mieux protégés de la République Française : ces nombreuses célébrités anciennement "au pouvoir" , et les raisons de leur accès à de douillettes fonctions. "Il y a 75 préfets sans la moindre affectation depuis des années", donnent-ils comme exemple.
Vidéos à la une
Le premier conseil de fraternité et de laïcité s'est tenu ce jeudi à Toulouse. Il a pour but de promouvoir les valeurs de la république et de gérer les dossiers sensibles.
Vidéos à la une
"Nos représentants ne nous représentent pas bien, sociologiquement et en plus vous avez une force politique qui est mis à l'écart du jeu politique", estime Bastien François, auteur de "La 6ème République", qui y voit là des signes de la crise de notre système politique.
Vidéos à la une
MOSCOU - 28 fév 2015 - Il est encore tôt ce samedi matin, mais déjà quelques Moscovites viennent déposer une fleur et se recueillir à l'endroit où Boris Nemtsov a été assassiné la veille. Vendredi soir, 23h15 : l'opposant russe se promène sur le Grand Pont de pierre, à deux pas du Kremlin, lorsqu'une voiture s'approche. Plusieurs coups de feu sont tirés, quatre d'entre eux, mortels, touchent Boris Nemtsov dans le dos. Ancien ministre sous Boris Eltsine puis adversaire déclaré de Vladimir Poutine, Boris Nemtsov, 55 ans, avait donné quelques heures auparavant une interview radio dans laquelle il attaquait encore une fois son meilleur ennemi, sans le nommer : " Le pays a besoin d'être réformé politiquement. Lorsque le pouvoir est concentré dans les mains d'une seule personne et que cette personne gouverne sans fin, cela conduit à une catastrophe absolue " avait notamment déclaré Boris Nemtsov. Dans le même entretien, Boris Nemtsov venait d'appeler les auditeurs à manifester dimanche contre ce qu'il nommait " l'agression russe " en Ukraine. Manifestation qui sera finalement remplacée par une marche à la mémoire de l'opposant assassiné.
Vidéos à la une
"Si la démocratie ne se défend pas, elle tombe", a déclaré l'avocat franco-israélien, Arno Klarsfeld, appelant la France à mettre en place des mesures exceptionnelles pour "protéger notre bien qu'est la démocratie et la vie de nos concitoyens".
Vidéos à la une
Remportant 36% des votes et la moitié des sièges au parlement, le Grec Alexis Tsipras de Syriza a fêté sa victoire après l'élection...
Vidéos à la une
Le parti d'extrême gauche Syriza est sur le point de remporter les élections grecques de dimanche 25 janvier. Derrière Alexis Tsipras, le...

Pages

Publicité