Vidéos A la une
"Je quitte le gouvernement sur un désaccord politique majeur", a déclaré mercredi Christiane Taubira. La ministre de la Justice a conclu son allocution en citant une nouvelle fois Aimé Césaire: "Nous ne livrerons pas le monde aux assassins d'aubes".
Vidéos A la une
"Ce fut pour moi un immense honneur d'être garde des Sceaux, ministre de la Justice de la France, en particulier sous l'autorité de ce président de la République, François Hollande", a déclaré mercredi Christiane Taubira avant d'expliquer les raisons de sa démission.
Vidéos A la une
Philippe Martin a "salué" mercredi la "parfaite collaboration" qui a uni son groupe à Christiane Taubira. L'ancien ministre et député socialiste l'a également "remerciée" pour les "combats emblématiques" portés à ses côtés que ce soit le mariage pour tous, la lutte contre le terrorisme ou la réforme de la justice. Il a enfin dit sa "confiance" au successeur Jean-Jacques Urvoas.
Vidéos A la une
Christiane Taubira n'est plus la ministre de la Justice. Ce mercredi, elle donné sa démission après plusieurs désaccords avec le gouvernement. L'ancienne garde des Sceaux avait pourtant commencé son mandat en symbole de gauche en faisant adopter la loi sur le mariage pour tous. Mais ses divergences politiques, sur la déchéance de nationalité par exemple, l'ont poussé à quitter ses fonctions.
Vidéos A la une
Alain Juppé a réagi depuis Lille ce mercredi à la démission de Christiane Taubira au micro de BFMTV. "Elle était en désaccord total avec les mesures qui sont présentées par le gouvernement. Elle en a tiré les conséquences et c'est une décision qui l'honore", a estimé le maire de Bordeaux. "Ce qui m'a surpris, c'est qu'elle reste aussi longtemps", a-t-il ironisé.
Vidéos A la une
Après la démission de Christiane Taubira ce mercredi matin, la présidente de la Manif pour tous a réagi à ce départ sur BFMTV. "Pour ma part, je ferais le constat d'un ministre de l'Injustice et qui restera dans l'Histoire comme celle qui a ouvert la possibilité de priver délibérément des enfants de père ou de mère", a déploré Ludovine de la Rochère.
Publicité