Avoir 100 000 euros de côté c’est bien. Mais avoir 100 000 euros judicieusement placés c’est mieux. Encore faut-il bien maîtriser la fiscalité pour faire fructifier vos économies. Tout dépend, là encore, de votre appétence au risque.

Si vous ne souhaitez pas prendre de risques, ou très peu…

Dans ce cas, la première option qui s’offre à vous consiste à opter pour un placement bien connu de tous : l’achat de votre logement. Avec 100 000 euros d’apport, vous avez de grandes chances de pouvoir acquérir votre résidence principale. Il suffit ensuite de compléter cet apport par un emprunt.

Seconde possibilité : le remboursement anticipé de vos crédits immobiliers. En effet, tandis que les rendements des placements traditionnels ont tendance à diminuer, la conjoncture économique fait, qu’actuellement, le fait de rembourser ses dettes s’apparente à un meilleur placement. Il peut même se révéler excellent selon le magazine Le Revenu. Sauf si, en tant qu’emprunteur, vous bénéficiez déjà d’un avantage fiscal. Dans ce cas, mieux vaut conserver tel quel votre crédit. Si votre contrat de prêt ne prévoit aucune pénalités, vous pouvez parfaitement choisir soit de réduire vos mensualités, soit de diminuer la durée de votre prêt. Une deuxième option qui se trouve être la plus intéressante d’un point de vue financier dans la mesure où c’est elle qui vous donne la possibilité de diminuer le plus le coût de votre crédit.

Si vous acceptez de prendre des risques calculés

Il est recommandé de placer vos économies sur des Plans d'épargne en actions (PEA), des Plans d'épargne d'entreprise (PEE), ou bien encore dans des contrats d’assurance-vie. Pour quelle raison ? Parce que ces derniers disposent tout simplement d’une fiscalité avantageuse. Résultat : si vous avez terminé de payer votre logement et que vous avez une quarantaine d’années, les spécialistes du magazine Le Revenu préconisent de répartir vos placements dans différents produits monétaires et de vous constituer un portefeuille composé de 20 % d’action minimum.

N’hésitez pas également à investir vos économies dans l’immobilier ancien avec travaux. Moins cher à l’achat, ce type de placement se révèle pourtant plus rentable que le neuf. Quant aux biens à rénover, sachez qu’ils vous permettent de dégager un déficit foncier les premières années qui sera (dans la limite de 10 700 euros) déduit de vos autres revenus. Vos impôts baisseront alors et ce, de manière totalement légale.

Si vous pouvez prendre des risques élevés

Les actions dans des PME vous donnent non seulement la possibilité de diversifier vos investissements, mais également de profiter d’une réduction d’ISF égale à 50 % des sommes versées (dans la limite de 90 000 euros). Reste à savoir si tel sera également le cas pour ce qui est du futur Impôt sur la fortune immobilière (IFI). Même son de cloche du côté de l’impôt sur le revenu. Là encore, vous pouvez bénéficier d’une réduction d’impôt sur 18 % de vos versements. Si vous êtes en couple, le gain fiscal ne pourra excéder 18 000 euros.

Publicité
Pour choisir le meilleur support, plusieurs options s’offrent à vous. Si vous êtes chef d’entreprise, le mieux c’est encore d’investir dans votre propre affaire ou bien dans celle d’un dirigeant dont vous appréciez les talents. Pour limiter les risques, il est, dans tous les cas, recommandé de placer vos économies dans différentes sociétés.

 En vidéo - La finance solidaire donne du sens aux placements des épargnants

mots-clés : Achat immobilier
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet