Lorsqu’on paie beaucoup d’impôts, il est normal de chercher les moyens légaux d’optimisation fiscale (défiscalisation et crédit d’impôt). Le contribuable doit néanmoins éviter de tomber dans certains pièges qui pourraient lui coûtaient cher à long terme.

Bien connaître le moyen d’optimisation fiscale envisagé

Même si cela peut paraître parfois une évidence, il est important de rappeler que le contribuable doit bien connaître tous les tenants et les aboutissants de chaque optimisation fiscale qu’il prévoit (défiscalisation, crédit d’impôt ou réduction d’impôt). Qu’il s’agisse d’un investissement immobilier, d’un placement financier (épargne ou assurance vie) ou d’un investissement dans une PME, le particulier doit en connaître les règles exactes (plafond d’investissement, réduction d’impôt en découlant, obligations légales liées à l’investissement). Par exemple, si le particulier a l’intention d’investir dans un bien immobilier avec la loi Pinel afin de bénéficier d'une réduction d'impôt sur le revenu, il doit savoir que le dispositif ne fonctionne que dans certaines zones et qu’il devra s'engager à louer son logement nu en tant que résidence principale pendant 6 années au moins.

Ne jamais oublier l'objectif premier d’un investissement

Publicité
Qu’il soit économique ou financier, le principe de l’investissement est de réaliser une dépense immédiate qui servira à obtenir, dans le futur, un revenu supérieur au montant dépensé. Décider d’investir uniquement pour obtenir une optimisation fiscale est le meilleur moyen de rater l’objectif premier de son investissement, la rentabilité. Espérant parfois des défiscalisations et des crédits d’impôt très importants, certains contribuables peuvent, par exemple, être trop gourmands et investir un montant trop élevé qui mettra en danger leurs finances.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet