Vidéos Argent/Bourse
Baisse des retraites, passage de 35 à 40 h dans le public, hausse de la TVA et des impôts... Le Portugal subit un régime sans précédent décidé par Bruxelles afin de limiter le déficit du pays. Une situation qu'ils sont de plus en plus nombreux à dénoncer : "On a l'impression d'être les mauvais élèves de l'Europe", explique ainsi un professeur. Les entreprises sont les premières touchées. Force est de constater que le Portugal attendait autre chose de l'Europe, 30 ans après son entrée dans l'Union.
Vidéos Argent/Bourse
Pour le Fonds monétaire international, la France va mieux. Il a très largement revu à la hausse sa prévision de croissance pour 2016 qui passe de 1,1% à 1,5%. L'institution financière appelle aussi l'Hexagone à aller plus loin dans les réformes. Cependant, elle reste sceptique sur la trajectoire de réduction du déficit public, "au mieux" à 3% du PIB en 2017. C'est plus élevé que l'objectif gouvernemental de 2,7%. "7 ans après la crise, la France se redresse mais le rythme de la croissance n'est pas suffisant pour réduire le taux de chômage", a souligné Christian Mumssen, directeur des bureaux européens du FMI, sur notre antenne. D'après lui, les mesures prises par le gouvernement tricolore comme le pacte de responsabilité, CICE, ou encore les loi Rebsamen, Macron et El Khomri "vont stimuler la création d'emplois". Toutefois, "il reste beaucoup à faire pour réformer l'économie française", a-t-il lancé. - 18h l'heure H, du mardi 24 mai 2016, présenté par Hedwige Chevrillon et Guillaume Paul, sur BFM Business.
Vidéos A la une
Pierre Moscovici, le commissaire européen aux affaires économiques, a déclaré dimanche au micro de Tous politique sur France Inter que la France pouvait faire plus qu'1% de croissance en 2015 et passer sous la barre des 3% de déficit.
Vidéos A la une
Invité du Grand Jury sur LCI, Michel Sapin, ministre des Finances, a expliqué que les efforts faits par les Français pour réduire le déficit public étaient nécessaires.
Vidéos A la une
Michel Sapin, le ministre des finances, a assuré jeudi soir que le délai accordé par Bruxelles à la France pour réduire son déficit n'était pas synonyme de relâchement. "S'il apparaît, lors des dialogues avec la commission européenne, que des mesures supplémentaires paraissent nécessaires, celles-ci seront prises", a-t-il insisté.
Vidéos A la une
Les chiffres du chômage, de la dette ou la production industrielle sont en berne. Et le pouvoir d'achat des Français s'en ressent. Seule embellie : les créations d'entreprises. Etat des lieux des points les plus rouges de l'économie française.
Vidéos A la une
Il n'y aura pas de bras de fer entre la Commission européenne, Paris et Rome.Bruxelles dit n'avoir identifié aucun dérapage budgétaire sérieux. D'ailleurs, aucun budget des 18 pays de la zone euro n'est retoqué. Les efforts supplémentaires annoncés la semaine dernière par la France et l'Italie semblent avoir donné satisfaction. Pas de conflit donc mais le dossier est loin d'être refermé : 'L'évaluation finale mettra en évidence si des mesures supplémentaires ou de remplacement sont nécessaires pour assurer le plein respect du Pacte de stabilité souligne Jyrki Katainen, le commissaire européen chargé des Affaires économiques. Sur la base de notre évaluation des projet de plans budgétaires et nos prévisions économiques à l'automne, il est possible que la Commission puisse adopter des procédures pour certains déficits excessif des États membres '. La Commission doit en effet rendre courant novembre un avis complet sur les 18 budgets et pourrait demander plus à la France et à l'Italie. Les deux pays ont cruellement besoin de se réformer pour regagner en compétitivité, face à la locomotive allemande. Les deux pays présentent des situations très contrastées : alors que Paris ne prévoit pas de ramener son déficit sous 3% avant 2017, soit avec encore deux ans de retard, Rome affiche un déficit sous 3% mais souhaite reporter de 2015 à 2017 l'objectif d'équilibre structurel. Ironie du sort, Pierre Moscovici l'ancien ministre français de l'Economie va récupérer le dossier, il est le nouveau commissaire européen chargé des Affaires économiques.
Vidéos A la une
Le Portugal relâche un peu la pression et présente un projet de budget pour 2015 un peu moins austère que ces trois dernières années. Lisbonne s'était engagée auprès de ses créanciers à ramener le déficit public à 2,5% du PIB, après 4% en 2014. Maria Luis Albuquerque est ministre des Finances : 'Le gouvernement a choisi de ne pas augmenter les taxes. La proposition de budget pour l'année prochaine prévoit un déficit de 2.7% du PIB, juste au dessus de notre engagement de déficit mis d'accord, mais elle fait suite à trois années d'efforts intensifs et notre respect de plusieurs aspects du programme de rattrapage financier'. La tutelle de la Troïka internationale sur le Portugal , comme sur l'Irlande et la Grèce, avec l'austérité et les coupes budgétaires qui s'en étaient suivies, avaient entraîné la colère de la population des travailleurs du pays, comme sur ces images tournées à Lisbonne en juillet.
Vidéos A la une
Marc Touati, économiste et auteur du "Dictionnaire terrifiant de la dette", aux Éditions Moment était sur le plateau de BFM Story. La dette française a pratiquement doublé en dix ans pour atteindre le chiffre record de deux mille milliards d'euros. Ce chiffre est le résultat du cumul des déficits publics au sens large incluant notamment les sommes dues par l'État, la sécurité sociale et les collectivités locales. Selon Marc Touati, l'endettement n'est pas une mauvaise chose à condition que cela génère de la croissance. Par ailleurs, il affirme que sortir de cette dette nécessiterait une volonté politique qui est absente à l'heure actuelle.
Vidéos A la une
BFM Politique: Alain Minc, essayiste et économiste, répond aux questions d'Hedwige Chevrillon sur la capacité de Nicolas Sarkozy à relancer l'économie. Actuellement, la dette de la France a dépassé la barre des 2 000 milliards d'euros et, à ce rythme, le déficit public atteindra les 4,4 %. Pour Alain Minc: "Que ce soit Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, ou si un homme de gauche libérale arrivait aux manettes, ils feront la même chose. Il faut aller beaucoup plus loin dans le transfert en faveur des entreprises".
Vidéos A la une
Durant sa campagne présidentielle, François Hollande avait promis de respecter la règle européenne limitant à 3% du PIB les déficits publics dès 2013. Un engagement perpétuellement repoussé, et remis, ce mercredi par Michel Sapin, à 2017. Chronique d'une promesse intenable.
Vidéos A la une
Nicolas Doze revient sur les prévisions économiques de croissance, d'inflation et de déficit public de la France pour 2014 et 2015. Le ministre des Finances Michel Sapin a annoncé que la France maintendrait son objectif de 21 milliards d'économies pour l'an prochain, tout en indiquant vouloir adresser un "discours de vérité" lors de sa conférence de presse.
Vidéos A la une
Laurent Baumel, député PS d'Indre-et-Loire, était l'invité de BFM Story. L'heure de la rentrée a déjà sonné pour François Hollande. Une croissance atone, un chômage en hausse et un déficit public excédant 4 % du PIB, les résultats sont terribles et ont mauvais impact sur sa popularité. Mais malgré les critiques et la défiance croissante des Français, le président de la République s'obstine à maintenir le cap.
Vidéos Argent/Bourse
L'économie française est au point mort depuis le début de l'année. Pour le deuxième trimestre consécutif, la croissance est égale à zéro. Le déficit public sera plus élevé que prévu. Ces mauvais résultats contraignent le gouvernement à revoir sa copie budgétaire.
Vidéos A la une
Emmanuel Lechypre revient dans sa chronique éco quotidienne sur le rapport de la Cour des comptes publié aujourd'hui. Pour réduire le déficit public, elle préconise la baisse des effectifs dans les fonctions publiques territoriale et hospitalière, mais aussi la hausse de la durée effective du travail dans les admnistrations.
Actualités
Selon la Cour des comptes, le déficit public ne sera pas réduit à 3.8% en 2014 comme le prévoit le gouvernement mais seulement à 4%. En 2013, l’exécutif avait prévu un déficit de 3%, lequel était en réalité de 4,3%.
Vidéos A la une
Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication, répond aux questions de Ruth Elkrief sur la visite de François Hollande à Carmaux et sur les différents problèmes liés à la...
Vidéos A la une
Fleur Pellerin, secrétaire d'État au Commerce extérieur, à la Promotion du Tourisme et aux Français de l'Étranger, répond aux questions de Ruth Elkrief sur les grands défis qui attendent le...
Vidéos A la une
Nicolas Doze revient sur les objectifs de la France de réduire son déficit structurel à 3 % en 2015. Ayant déjà obtenu un délai de deux ans, le conseiller pour l'Europe de François Hollande,...
Vidéos Argent/Bourse
Revivez la semaine éco à travers les propos de Nicolas Doze, ses coups de gueule et ses coups de coeur. Cette semaine : Manuel Valls premier ministre, le déficit public de 2013, le match...
Vidéos A la une
Le ministre délégué à la Consommation, Benoît Hamon, a réagi mardi à la publication du rapport annuel de la Cour des comptes. Ce rapport met en exergue le fait que l'engagement du gouvernement...
Vidéos Argent/Bourse
Le 17 septembre, Nicolas Doze s'intéresse au sommet de la dette française, sur BFM Business. Chaque matin, dans Good Morning Business, Nicolas Doze débriefe l'actualité sur BFMBusiness,...
Vidéos A la une
Dans le cadre de sa cure d’austérité, Athènes met fin aux congés ophtalmiques. Ce congé, accordé aux fonctionnaires grecs dans les années 90, été censé accordé du repos aux yeux des...
Publicité