Politique
Selon les informations d’Europe 1, une centaine de parlementaires serait actuellement dans le viseur de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique. Vingt d'entre eux auraient même des dossiers considérés comme "lourds".
Vidéos A la une
Bruno Le Roux, président du groupe socialiste à l'Assemblée, a répondu aux questions de Ruth Elkrief sur les enquêtes ouvertes sur les déclarations de patrimoine de trois parlementaires UMP. La Haute autorité pour la transparence de la vie publique a "un doute sérieux quant à l'exhaustivité, l'exactitude et la sincérité" des déclarations de patrimoine de ces derniers. Elle a donc annoncé ce jeudi 13 novembre, avoir transmis au procureur de la République de Paris, les dossiers des députés Bernard Brochand et Lucien Degauchy, ainsi que du sénateur Bruno Sido, soupçonnés d'avoir détenu des comptes à l'étranger. Bruno Le Roux a déclaré qu'il n'y a pas de place à l'Assemblée pour les élus qui fraudent. Il a aussitôt demandé leurs démissions.
Vidéos A la une
Yann Galut, député PS du Cher et rapporteur de la loi sur la lutte contre la fraude fiscale, était en duplex de l'Assemblée nationale. Après un signalement de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, le parquet de Paris a ouvert des enquêtes préliminaires sur les déclarations de patrimoine de 3 parlementaires UMP. Ces investigations concernent Lucien Degauchy, député de l'Oise, Bernard Brochand, député des Alpes-Maritimes et Bruno Sido, sénateur de la Haute-Marne. Lesquels ont omis des "avoirs détenus à l'étranger". "Que l'on soit simple citoyen ou parlementaire, on ne doit pas frauder la loi", a déclaré le député PS du Cher Yann Galut, qui se félicite du travail de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique.
Publicité