Vidéos à la une
Focus sur un meeting tenu par le candidat de Debout La France, Nicolas Dupont-Aignan, à la Cité Internationale (Lyon) dans le cadre des prochaines élections présidentielles.
Vidéos à la une
Invité de Ruth Elkrief ce mardi sur BFMTV, le candidat de Debout la France à l'élection présidentielle, Nicolas Dupont-Aignan, a taclé Jean-Luc Mélenchon. "Je crois à mon projet sérieux, il ne faut pas aller dans le décor avec", le candidat de la France insoumise, a-t-il lancé. Le député-maire d'Yerres, dans l'Essonne, a notamment déploré "l'hésitation de nos concitoyens à 10 jours du scrutin".
Vidéos Argent/Bourse
Le président de Debout la France Nicolas Dupont-Aignan, invité de Jean-Jacques Bourdin ce mardi sur BFMTV et RMC, a affirmé ne pas comprendre la CGT, expliquant qu'il " aurait aimé qu'elle fasse des blocages des entreprises qui utilisent des travailleurs détachés". "Pourquoi la CGT ne s'attaque pas à eux, plutôt que de s'attaquer à ceux qui prennent le train le matin ou qui bossent et qui n'en peuvent plus?", s'est-il interrogé. "J'aimerais que le mouvement social aille aux causes des problèmes", a-t-il lancé.
Vidéos à la une
Le candidat à l'élection présidentielle de 2017 Nicolas Dupont-Aignan, invité ce mardi de Jean-Jacques Bourdin sur RMC et BFMTV, a "souhaité" que le système politique français explose. "Ça fait dix ans que je me bats contre ce système qui fait souffrir les Français", a-t-il déclaré. S'adressant aux téléspectateurs, le président de Debout la France leur a demandé "pourquoi acceptez-vous de voter pour des gens qui ont ruiné le pays?". " Ma candidature à la présidentielle vise à offrir un choix d'une autre politique, mais sans les défauts du Front de gauche et du Front national", a-t-il conclu.
Vidéos à la une
Nicolas Dupont-Aignan a réagi sur BFMTV aux résultats des élections régionales. Il a estimé que le vainqueur des élections n'était pas le Front national mais l'abstention: "Je remarque que le premier parti de France c'est l'abstention, 20 millions. Je remarque que le Front national ne fait pas plus de 6 millions de voix", a expliqué le président de Debout La France. Nicolas Dupont-Aignan n'a pas souhaité donner de consigne de vote à ses électeurs: "Aucune consigne de vote, parce que nous ne sommes pas propriétaire des voix", a affirmé le député de l'Essonne crédité de 7% des suffrages en Île-de-France.
Vidéos à la une
Invité de de Jean-Jacques Bourdin ce mardi matin sur BFMTV et RMC, Nicolas Dupont-Aignan a souhaité que le rétablissement des contrôles aux frontières soit maintenu après la fin de la Cop21: "Il faut un système performant de contrôles aux frontières, qui ne limitera pas bien sur toutes les intrusions, mais qui en limitera les risques et permettra de tracer davantage les mouvements des passagers entre la France et les autres pays. (...) Il y a des radars sur toutes les routes de France, mais pas un seul sur les frontières qui flashe tous les gens qui passent" s'est justifié le maire de Yerres.
Vidéos à la une
Nicolas Dupont-Aignan était l'invité de BFM Story jeudi soir. Le président de Debout la France est revenu sur l'affaire de la "sextape" de Valbuena et sur la possible implication de Karim Benzema. Le maire de Yerres a été très critique vis-à-vis du monde du football: "Trop de frics, trop de com', il me casse les pieds. Leurs histoires de cul je m'en fiche, j'ai envie d'un football propre".
Vidéos à la une
Lors de son passage jeudi dans Politique matin, Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, a vivement critiqué l'action de la ministre de la Justice Christiane Taubira. Au lendemain de la première manifestation des forces de police depuis 1983, le député de l'Essonne a estimé qu'avec la ministre "c'est portes ouvertes à la prison". Le candidat à la présidence de la région Île-de-France considérant que la loi Taubira "fait que des gens condamnés à cinq ans de prison, se retrouvent dans la nature".
Vidéos à la une
Le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, a salué dimanche "le magnifique geste de la Grèce" alors que le non est donné à 61,21% sur la moitié des bulletins dépouillés. "Maintenant il faut voir la suite", ajoute Nicolas Dupont-Aignan, qui signifie pour lui "la sortie de la Grèce de l'euro".
Vidéos à la une
Jean-Pierre Chevènement, qui vient de quitter le Mouvement républicain et citoyen, ou MRC, a indiqué au Parisien ce lundi qu'il est "partisan d'un dialogue" avec "tous ceux qui souhaitent une alternative républicaine, de Mélenchon à Dupont-Aignan". La proposition a été écartée par le premier, tandis que le président de Debout la France a déclaré à BFMTV être "ravi qu'un homme d'Etat redevienne libre de dire ce qu'il pense, ce qu'il veut sans se soucier des appareils partisans. Comme il pense beaucoup de ce que je pense, ça va faire un renfort de plus." Et Nicolas Dupont-Aignan de poursuivre: "Il va faire beaucoup de bien à la vie politique en disant des vérités que beaucoup n'osent pas dire."
Vidéos à la une
Invité du Grand Oral des GG, Nicolas Dupont-Aignan, président du parti Debout La France, est revenu sur le refus d'inhumation d'un bébé rom de la part de la mairie de Champlan. Le député de l'Essonne regrette la réaction du maire mais pointe également du doigt les lacunes du gouvernement. Et le manque de frontières."On ne parle pas de l'incapacité de la République à faire respecter ses lois. La France a besoin de frontières. Les Roms sont envoyés chez les pauvres, pas chez les belles âmes parisiennes". Le bébé rom a été finalement inhumé dans la commune de Wissous.
Publicité