Vidéos A la une
Plus de 2.500 policiers et gendarmes seront mobilisés pour sécuriser la manifestation contre la loi Travail prévue ce mardi à Paris. Le cortège défilera entre Bastille et place d'Italie, un parcours plus long que lors de la précédente manifestation. Des fouilles auront lieu au point de départ de la manifestation pour éviter les débordements, comme ceux survenus à l'hôpital Necker, le 14 juin dernier.
Vidéos A la une
A Rennes, la manifestation anti-loi Travail organisée ce jeudi a été perturbée par des casseurs. Six vitrines de commerces ont été dégradées et des tags recouvrent environ 300 m2 de façade. Un véhicule d'une société privée a également été endommagée. Les casseurs ont aussi mis le feu à des poubelles devant un commissariat. Au début de la manifestation, 1.500 personnes composaient le cortège.
Vidéos Argent/Bourse
Un photoreporter a reçu un arrêté préfectoral lui interdisant de couvrir la prochaine manifestation contre la loi Travail à Paris, prévue ce mardi. Invité ce lundi de BFM Story, Nnoman a estimé que ses nombreuses photos mettant "en lumière certains débordements" policiers ont dérangé les autorités. Et se dit victime d'une "décision politique".
Vidéos A la une
Le défilé du 1 er mai a dégénéré, ce dimanche, à Paris. Des casseurs se sont fondus dans la masse du cortège, s'attaquant au mobilier urbain ainsi qu'aux CRS. Projectiles de tous types, néons, bâtons, ces individus violents étaient bien organisés, armés entre autres de lance-pierres ou de frondes. Les forces de l'ordre ont répliqué à coup de grenades de désencerclement et ont scindé les cortèges scindés en deux, ce qui n'a pas empêché les heurts de se poursuivre. Dix personnes ont été interpellées.
Vidéos A la une
Invité sur BFMTV et RMC ce lundi, Thierry Solère a réagi aux violences qui ont émaillé les défilés du 1 er mai puis le rassemblement "Nuit debout" à Paris, ce dimanche. Le député LR a dénoncé des "débordements monstrueux", appelant le gouvernement à "interdire l'occupation de la place de la République". S'il reconnaît "le droit à manifester", il ne conçoit pas "le droit de squatter les places dans Paris". Le conseiller régional d'Île-de-France a également rebondi sur les propos de Jean-Luc Mélenchon, affirmant que "de toute évidence il va y avoir un mort, soit dans les rangs de la police soit dans celui des manifestants". "L'état de droit ce n'est pas le droit de tout casser ni d'affronter les forces de l'ordre", a-t-il déclaré, estimant que le gouvernement faisait preuve d'une certaine forme de "complaisance" envers le mouvement "Nuit debout".
Vidéos A la une
Le défilé contre la loi Travail, ce samedi à Rennes, a été marqué par des heurts avec les forces de l'ordre. Au final, huit manifestants ont été interpellés. Certaines personnes blessées dénoncent des charges parfois "musclées" des policiers. Victoria est l'une d'entre elle. Elle a désormais une phalange cassée, des contusions au genou et sur la hanche. D'autres protestataires ont été blessés pendant la manifestation, mais les chiffres divergent concernant leur nombre exact.
Vidéos A la une
Une nouvelle manifestation contre la loi travail a eu lieu le mardi 5 avril à Paris. Des heurts entre forces de l'ordre et manifestants ont eu...
Vidéos A la une
Bernard Cazeneuve s'est exprimé ce jeudi soir à l'issue d'une réunion avec l'intersyndicale des taxis. Le ministre de l'Intérieur a dressé un bilan chiffré des débordements qui ont eu lieu lors de cette première journée de mobilisation des taxis contre le service UberPop: "Sur l'ensemble du territoire, dix personnes ont été interpellées dans le cadre des débordements observés lors des manifestations. Sept policiers ont été blessés en rétablissant l'ordre. 70 véhicules ont subi des dégradations et 30 plaintes ont d'ores et déjà été déposées. Je renouvelle mon appel au calme à l'ensemble des parties prenantes. Je condamne très fermement les violences qui ont eu lieu et elles sont pour moi inacceptables. Nul ne peut jamais dans un Etat de droit se faire justice lui-même", a déclaré avec fermeté Bernard Cazeneuve.
Vidéos A la une
Invitée ce matin d'Apolline de Malherbe sur BFMTV et RMC, Michèle Alliot-Marie, députée européenne, est revenue sur la décision du gouvernement d'interdire certaines manifestations pro-palestiniennes. "Quand on interdit une manifestation, on se donne les moyens qu'elle soit réellement interdite ", a-t-elle déclaré, précisant que le gouvernement n'avait pas "pris les moyens de faire respecter sa décision".
Insolite
Lors de la manifestation pro-palestinienne interdite samedi 19 juillet à Paris, un manifestant en costume photographié par Libération fait sensation sur la Toile. Voici un florilège des meilleurs détournements des internautes.
Société
Une manifestation de soutien à Gaza a été autorisée mercredi à Paris. Les autorités comptent notamment sur le "sérieux" des organisateurs pour éviter des heurts similaires à ceux du weekend dernier, rapporte BFM TV.
Vidéos A la une
Une manifestation de soutien aux palestiniens s'est déroulée, hier, dans le calme à Quimper. Bien loin des violences de ce week-end en région parisienne. À Quimper, tout s'est passé en bonne entente avec les forces de l'ordre. En France, plus de 60 manifestations de soutien au peuple palestinien ont eu lieu. Paris est la seule ville où des violences ont éclaté.
Vidéos A la une
De violentes émeutes entre jeunes et forces de l'ordre ont éclaté en marge du rassemblement pro-palestinien qui s'est déroulé ce dimanche à Sarcelles. Le maire de la ville, François Pupponi, a réagi sur BFMTV: " hier (...) ce sont une horde de sauvages, des gens qui ont décidé très jeunes de basculer dans un antisémitisme primaire et de l'exprimer à visage découvert, en plein jour, en s'attaquant à une synagogue", a-t-il déclaré.
Vidéos A la une
Après la qualification de l'Algérie jeudi soir pour les huitièmes de finale de la Coupe du monde de football, des débordements ont été constatés dans plusieurs villes. À Marseille comme à Roubaix, des dizaines de voitures ont été brûlées, des boutiques et des abribus caillassés, tandis que des affrontements ont éclaté entre des CRS et des supporters de l'Algérie.
Sport
C'est dans la nuit de jeudi à vendredi que l'Algérie s'est qualifiée pour les huitièmes de finale face aux Russes. Une qualification historisque qui a conduit à quelques débordements dans plusieurs villes de France.
Vidéos A la une
Une semaine après la forte mobilisation contre le gouvernement, baptisée "Jour de Colère", et les débordements qui ont suivi - 19 policiers blessés, 226 gardes à vue - , le ministre de...
Vidéos Sport
Le match en Coupe de Russie opposant le Shinnik Yaroslavl et le Spartak Moscou a dû être interrompu pendant une demi heure, ce mercredi soir,...
Publicité