Depuis le 6 mai, le monde n'est plus le même. En effet, Tony Blair, le "jeune" Premier ministre britannique, en fonctions depuis 1997, est devenu quinquagénaire. Triple hourra pour l'encourager à franchir ce seuil... qui lui cause quelque angoisse !

De quoi a peur Tony Blair ?

Dans le magazine britannique "Saga", qui s'adresse aux seniors indigènes, Tony Blair livre ses confessions. Le futur quinquagénaire parle de ses appréhensions à la veille du grand jour où il entamera une nouvelle décennie. Bien que son état physique ne justifie aucune inquiétude, le Premier constitue une nouvelle victime de l'éternel préjugé contre le seuil des 50 ans.

1953. En Ecosse, terre de légendes, naissait le futur Premier ministre. Il gardera l'image d'un homme jeune, sorte de Highlander de la politique. Après des études de droit à Oxford, le jeune diplômé effectue un court séjour à Paris, où il travaille en tant que barman et commis d'assurances. Pas mal, pour un futur leader du Parti Travailliste...

En 1976, on le retrouve au sein d'un cabinet juridique, assistant spécialiste de l'emploi et de la réglementation industrielle, de même que son père, passionné lui aussi par "l'esprit des lois".

Ultérieurement, en tant que membre du parti Travailliste, Tony Blair gagne un siège nouvellement créé par le Parlement pour représenter la région de Sedgefield. C'est son premier exploit, et un pas décisif vers le sommet de l'hiérarchie politique. Secrétaire du parti pendant les années 80, il en devient le président à la suite des élections de 1994. Il n'a que 41 ans.

Cette nouvelle position lui permet de mettre en pratique ses projets modernisateurs et de pousser sa formation vers le centre politique. S'imposent à ses yeux la réduction de la puissance des représentants des syndicats et une orientation ferme vers l'économie de marché.

Publicité
Ces mesures audacieuses ne laissent l'électorat indifférent et, lors des élections de 1997, le parti Travailliste obtient la majorité. Tony Blair remplace John Major au poste de Premier ministre. Pourtant, ce dernier, surnommé le "Modernizer" était alors le plus jeune chef d'un gouvernement britannique depuis 185 ans. En 2001, Tony Blair se voit réélu pour un deuxième mandat.
Publicité