Vidéos A la une
Kiev n'a pas de mots assez durs pour décrire l'attitude de la Russie dans la crise et le conflit dans l'est du pays. A Davos, l'une de nos envoyés spéciales a pu rencontrer un membre de la délégation ukrainienne, le vice-directeur de cabinet de la présidence ukrainienne. Dmytro Shymkiv : 'L'Ukraine aujourd'hui est en guerre contre le terrorisme soutenu par la Russie et il faut nous assurer que la Russie cesse de soutenir le terrorisme. La Russie doit rendre la Crimée à l'Ukraine. Et il s'agit d'une position internationale très importante qui est soutenue par la communauté internationale. Sarah Chapell, Euronews : Si vous pouviez vous asseoir à une table avec Vladimir Poutine aujourd'hui, que lui diriez-vous ? 'Laissez-nous tranquille, laissez-nous choisir notre destin'. A Moscou, Vladimir Poutine est revenu sur les propositions que la Russie a faites pour un règlement de la crise, propositions que les Etats-Unis ont qualifiées de 'plan d'occupation de l'Ukraine'. 'Non seulement nous n'avons pas eu de réponse claire à notre plan, a déclaré le président russe, mais nous avons vu des actions allant dans l'autre sens : en particulier, le gouvernement de Kiev a donné l'ordre officiel de lancer de grandes opérations militaires presque tout du long de la ligne de contact avec les forces d'opposition'.
Vidéos A la une
L'assouplissement quantitatif annoncé par la Banque centrale européenne (BCE), est une mesure nécessaire mais pas suffisante selon le patron de la Banque mondiale Jim Yong Kim. Médecin de formation devenu président de l'université de Darmouth aux Etats-Unis, Jim Yong Kim est le 12ème président de la Banque mondiale. Il a été nommé en 2012 pour un mandat de cinq ans, succédant à Robert Zoellick. S'il a été désigné à l'issue d'une élection, une première au sein de l'institution internationale, il restait le candidat de Washington. Né à Séoul en 1959, en Corée du Sud, Jim Yong Kim avait cinq ans lorsque sa famille s'est installée aux Etats-Unis. Il estime en effet que les pays tels que la Grèce, l'Italie, l'Espagne, et le Portugal doivent par ailleurs accélérer leur programme de réformes et saisir l'opportunité des prix historiquement bas du pétrole. Il aborde également la situation en Europe centrale et de l'Est où de nombreux pays sont indirectement affectés par le conflit en Ukraine ; l'épidémie du virus Ebola et la vigilance qui devrait en découler ; il évoque enfin la perception qu'ont certains pays émergents de la Banque, la sollicitant parfois davantage pour son expertise... que pour ses fonds.
Vidéos A la une
Le programme alimentaire mondial de l'ONU nourrit plus de deux millions de personnes dans les pays de l'ouest africain les plus frappés par l'épidémie Ebola : Sierra Leone, Liberia et Guinée. Ebola a déjà pris 8.000 vies et l'épidémie continue à exercer une grave menace pour la sécurité alimentaire. L'impact économique est déjà évalué par l'organisation internationale du Travail à 12% du PIB des trois pays mentionnés. De plus, toujours selon l'OIT, la Sierra Leone, le Liberia et la Guinée avaient déjà un marché du travail fragile avant l'explosion de l'épidémie. Ebola et ses conséquences économiques est un sujet extrêmement présent au Forum de Davos. Egalement largement discutée après l'étude de l'ONG Oxfam : la redistribution catastrophique des richesses dans le monde.
Vidéos A la une
Les Etats Unis seront la seule source de lumière pour l'économie mondiale en 2015. C'est l'opinion du Fonds monétaire international dont les prévisions sont par ailleurs assez sombres un peu partout dans le monde. L'Europe va vivre une année de croissance plus faible. Mais il y a un pays qui pourrait surpasser tous les pays de l'Union européenne. Et ce n'est pas l'Allemagne. Euronews a rencontré Christine Lagarde, sur les leçons à tirer de la croissance la plus rapide de la zone euro. Nous avons suivi la directrice générale du FMI jusqu'au Forum Economique Mondial de Davos et nous avons senti la différence entre le rassemblement de cette année et celui de l'an dernier. Ceci dit, le ticket d'entrée à Davos est toujours aussi coûteux. Enfin, Business Line s'est intéressé aux Google Glass qui ne sont plus commercialisées.
Publicité