Politique
Maire de Fréjus, homme politique de 28 ans, militant FN de longue date... Portrait du nouveau directeur de campagne de Marine Le Pen pour la présidentielle de 2017. 
Vidéos A la une
Le projet de la Surf Academy, à Fréjus, a du plomb dans la planche. Mardi, la sous-préfecture de Draguignan, dans le Var, a envoyé un document au maire FN David Rachline. Elle remet en cause l'installation de ce parc d'attraction sur une base nature de Fréjus. Comme indiqué sur le site internet de la ville, la Surf Academy est un concept "saisonnier" qui six mois par an, doit proposer "une initiation au surf, avec un espace de détente et de loisirs". Le 7 mars, le conseil municipal validait une convention avec une société privée pour créer ce parc. Coup du projet, 4,6 millions d'euros. Fin avril, Mediapart révélait que la société chargée de la mise en place du parc, la "Surf Academy Poseidonis", était basée à Hong Kong et dirigée par un ancien néonazi. Finalement la sous-préfecture a tranché. Elle estime que la société "ne dispose d'aucune existence légale et ne peut, de ce fait, conclure une convention avec la commune". Elle indique aussi que "la ville de Fréjus ne peut utiliser ce site que ponctuellement" et "qu'il n'est pas possible d'installer sur la base nature un centre de loisirs". La convention du 7 mars est ainsi jugée irrégulière. Cela semble bien compromis de surfer à Fréjus cet été.
Vidéos A la une
Au lendemain du second tour des régionales, le sénateur-maire FN de Fréjus a dénoncé sur RMC des "élections malhonnêtes", et reconnu que le parti de Marine Le Pen devait travailler à une dédiabolisation. Bourdin Direct est une émission d'information dans laquelle interviennent en direct les acteurs de l'actualité.
Politique
Christiane Taubira a dénoncé certains propos inscrits sur le compte du sénateur FN et qui mériteraient selon elle "un traitement pénal". Voici ce qui s’y trouve.
Vidéos A la une
Le maire Front national de Fréjus, David Rachline, a appelé à manifester contre l'ouverture exceptionnelle de la mosquée, autorisée par la Justice, pour la fête de l'Aïd. Après des travaux, le lieu de culte n'est pas encore ouvert au public officiellement. Problème ? Le maire a déposé un recours contre le permis de construire. "David Rachline, non seulement remet en cause la décision de justice, mais le fait par une mobilisation de rue. On n'a jamais vu ça", a observé Elisa Di Méo, conseillère régionale PS.
Vidéos A la une
Semaine à rebondissements au Front national. Lundi, Jean-Marie Le Pen a été suspendu comme adhérent du parti par les membres du comité exécutif. Son titre de Président d'honneur pourrait lui être retiré dans les 3 mois, lors d'une assemblée générale extraordinaire si les militants votent en ce sens. Mais au-delà de ces querelles internes, Marine Le Pen est confronté à d'autres obstacles qui peuvent bloquer sa route pour conquérir le pouvoir. Nouvelle épine dans le pied avec l'enquête sur le financement des campagnes du FN. Jeanne le micro-parti dirigé par ses proches a été mis en examen, notamment pour escroqueries lors des législatives de 2012. Marine Le Pen a relativisé ce nouvel épisode : " Je persiste à vous dire que nous n'avons rien à nous reprocher ". Outre ce dossier de financement, le mouvement voit le front des affaires prendre de l'importance, avec une autre enquête sur l'emploi litigieux de ses assistants au Parlement européen et des soupçons sur le patrimoine de Jean-Marie Le Pen avec notamment l'existence d'un compte en Suisse. Puis, il y a les propos de Robert Ménard, maire de Béziers sur France 2 : " il y a 64,6% d'élèves de confession musulmane dans les écoles publiques de Béziers ", " Ce sont les chiffres de ma mairie... le maire a classe par classe, les noms des enfants. Je sais que je n'ai pas le droit de le faire. Pardon de le dire, les prénoms disent les confessions. Dire l'inverse, c'est nier l'évidence ". Mardi, une perquisition a eu lieu à la mairie de Béziers, sans preuve d'existence du moindre fichier, ce que Robert Ménard a confirmé. Mais la polémique enfle et cette initiative est condamnée jusqu'au plus haut sommet de l'Etat. Le Front national est-il fragilisé par ces événements ? Marine Le Pen a-t-elle eu raison de " tuer son père " ? Les statistiques ethniques peuvent-elles permettre de combattre le communautarisme ? Arnaud Ardoin en débat avec ses invités. Invités : Razzy Hammadi, député PS de Seine-Saint-Denis Wallerand de Saint Just, trésorier du Front national, membre du bureau exécutif Laurent Bouvet, politologue, professeur de sciences politiques à l'université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, directeur de l'Observatoire de la vie politique de la Fondation Jean Jaurès, auteur de " L'Insécurité culturelle. Sortir du malaise identitaire français " Fayard, février 2015 Louis-Georges Tin, président du Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN) et du cercle de réflexion République & Diversité Question lejdd.fr : Etes-vous favorable à la création de statistiques ethniques pour lutter contre le communautarisme ?
Vidéos A la une
La famille Le Pen est dans tous ses états. Ces derniers jours ont été mouvementés pour le Front National, avec la mise en retrait de sa figure emblématique, Jean-Marie Le Pen. Ce dernier avait présidé le parti de 1972 à 2011, avant de laisser la place à sa fille. Depuis, Marine Le Pen a pris de plus en plus ses distances avec son père, afin de normaliser le FN. Fini les propos négationnistes et les propos racistes, le parti veut se " dédiaboliser " pour attirer plus d'électeurs. Mais Jean-Marie Le Pen ne souscrit visiblement pas à cette réorientation. Mercredi 7 avril, l'interview qu'il a livrée au journal d'extrême-droite Rivarol a montré que les vieux démons du FN étaient encore bien là. Il a ainsi déclaré n'avoir " jamais considéré le maréchal Pétain comme un traître " et être " Français depuis 1000 ans ", contrairement à Manuel Valls, " cet immigré " qui ne l'est que " depuis 30 ans ". Les ténors du parti, notamment Florian Philippot, Louis Alliot et Steeve Briois, ont immédiatement condamné ces propos, en profitant pour souligner leur différence avec la ligne historique du FN. Marine Le Pen elle-même avait pris ses distances en annonçant le 9 avril que son père serait convoqué devant la direction du parti pour une procédure disciplinaire. Il avait même été question d'exclure Jean-Marie Le Pen au cas où, celui-ci briguerait l'investiture du Front National pour les élections régionales en Provence-Alpes Côte d'Azur. Mais celui-ci a finalement annoncé hier qu'il y renonçait au profit de Marion-Maréchal Le Pen qui a confirmé sa candidature le jour-même. Les tensions au sein du Front National vont-elles en rester là ? Rien n'est moins sûr, puisque Jean-Marie Le Pen reste encore président d'honneur du Front National, alors même que 67% des sympathisants du parti souhaitent son départ, selon un sondage IFOP. Le Bureau politique du FN qui aura lieu vendredi risque de se dérouler dans un climat tendu. Jean-Marie Le Pen va-t-il être contraint de quitter le parti qu'il a dirigé pendant près de 40 ans ? La rupture annoncée entre Marine Le Pen et son père est-elle synonyme d'un réel renouveau du FN ? David Rachline, sénateur-maire FN de Fréjus et membre du bureau politique Alexis Corbière, secrétaire national du Parti de gauche chargé de la lutte contre l'extrême droite et co-auteur de Vote FN, Pourquoi ? Serge Moati, journaliste et réalisateur d'Adieu Le Pen Cécile Alduy, journaliste, maître de conférence à Stanford et co-auteur de Marine Le Pen prise aux mots Question le jdd : Jean-Marie Le Pen doit-il exclu du FN ? Réagissez également avec le hashtag #CVR.
Vidéos A la une
67 départements, dont 28 enlevés à la gauche : c'est le bilan triomphal de la droite, grande gagnante du scrutin d'hier. La gauche quant à elle essuie une très lourde défaite. Elle se maintient dans seulement 34 départements, alors qu'elle en dirigeait une soixantaine. Le FN ne prend finalement la tête d'aucun département, mais enregistre un succès historique pour des élections locales. Contrairement à ce qu'il ambitionnait, le parti de Marine Le Pen ne parvient pas à remporter l'Aisne ou Vaucluse. Mais il bouleverse tout de même la donne dans ces deux départements dans lesquels ni la gauche, ni la droite ne sont parvenues à dégager une majorité claire. Dès l'annonce des résultats, Manuel Valls a reconnu la défaite de la gauche, et dit avoir " entendu le message " des Français. Néanmoins, il a réaffirmé la poursuite du programme économique fixé par son gouvernement. Côté vainqueur, Nicolas Sarkozy a annoncé qu'il allait accélérer " la préparation d'un projet républicain d'alternance, un projet fort, réaliste et profondément nouveau ". Reconnu comme celui qui a su rassembler la droite et le centre pour les départementales, il semble reconquérir sa place dans le paysage politique français après des débuts difficiles. Le FN est-il en passe de devenir une vraie force d'opposition face au bipartisme ? Les résultats de ces élections départementales sont-ils révélateurs de l'issue des présidentielles de 2017 ? Le succès de l'union de la droite est-il parti pour durer ? Les invités d'Arnaud Ardoin en débattent ce soir sur le plateau de Ça vous regarde. Invités : Olivier Faure, député de Seine-et-Marne et porte-parole du PS Philippe Vigier, président du groupe UDI à l'Assemblée nationale David Rachline, sénateur FN du Var Pascal Perrineau, politologue et professeur à Sciences-po Paris Question JDD : Manuel Valls doit-il démissionner du gouvernement ?
Vidéos A la une
Invité de Politique Matin face au sénateur FN David Rachline, Erwann Binet a donné son point de vue sur la modulation des allocations familiales, en citant son propre exemple : "La politique familiale est captée par les plus riches. Je touche 755 euros par mois d'allocations familiales alors que mes revenus de députés s'élèvent à plus de 5000 euros et je trouve ça injuste !" Le député PS a ensuite ajouté : "il y a des familles qui ont besoin de cet argent pour acheter de la nourriture, quand d'autres s'en servent pour partir au bout du monde ou payer des écoles privées !"
Vidéos A la une
Invité de Politique Matin mercredi, David Rachline a été questionné sur le retour de Nicolas Sarkozy en politique et sur ses déclarations proches des thèmes de prédilection du Front National. "Sous Nicolas Sarkozy c'était davantage d'immigration, d'insécurité, de libéralisme économique !" a-t-il affirmé, avant d'ajouter : "Les Français ne se laisseront pas convaincre par une nouvelle imposture de Nicolas Sarkozy".
Vidéos A la une
Retour sur la réussite de David Rachline, il est l'un des deux premiers sénateurs du Front National élus dimanche dernier. Le maire de Fréjus est devenu à 26 ans le benjamin de la Haute Assemblée et a pris ses fonctions cette semaine. Une ascension fulgurante pour ce "bébé FN", entré au parti dès l'âge de 15 ans, à qui l'on reproche aujourd'hui de cumuler les mandats. C'est un récit de Nicolas De Labareyre et Benjamin Chambost.
Vidéos A la une
Après avoir conquis la mairie de Fréjus, David Rachline est devenu hier le plus jeune membre de la Haute Assemblée. À seulement 26 ans, il devient ainsi l'un des deux sénateurs qui ont permis au Front National de rejoindre le palais du Luxembourg.
Vidéos A la une
"Ces résultats dépassent nos espérances, assure Marine Le Pen sur BFMTV. Nous allons faire souffler un vent frais dans cette assemblée endormie". "C'est un signal fort envoyé par les grands électeurs", s'est lui félicité David Rachline, le maire de Fréjus.
Politique
Le magazine Le Point est revenu ce vendredi sur une vidéo de 2012 où l’on voit le nouveau maire Front national de Fréjus, David Rachline, rire aux éclats en prononçant avec un accent gutural le terme "Führer".
Vidéos A la une
Le candidat du Front national David Rachline s'est emparé dimanche de la mairie de Fréjus, dans le Var, obtenant 45,55% des suffrages face à deux listes de droite au second tour des municipales....
Vidéos A la une
David Rachline, candidat Front National est arrivé en tête avec plus de 40% des voix et a de grandes chances de devenir le nouveau maire de Fréjus dimanche prochain. A seulement 26 ans, il a...
Publicité