Vidéos Insolite
Pendant l'hommage aux policiers tués à Dallas, George W.Bush s'est mis à gesticuler et a créé la polémique.
Vidéos à la une
Après l'assassinat de 5 policiers à Dallas en marge d'un mouvement de protestation contre les violences policières, la ville est sous le choc....
Vidéos à la une
Barack Obama a participé ce mardi à la cérémonie en hommage aux 5 policiers tués la semaine dernière à Dallas, au Texas. Le président américain a ensuite pris la parole pour un discours très attendu outre-Atlantique. Il fallait qu'il trouve les mots justes pour réconforter d'un côté les proches des cinq policiers tués par un tireur isolé et de l'autre pour rassembler un pays secoué par une semaine de violences sur fond de tensions raciales. 'Je suis ici pour insister sur ce point : nous ne sommes pas aussi divisés qu'on peut le penser. Et je le sais car je connais l'Amérique. Quand les balles ont commencé à siffler, les hommes et les femmes de la police de Dallas n'ont pas bronché et ils n'ont pas réagi de manière imprudente. Ils ont fait preuve de retenue. Ils ont aidé dans certains cas les manifestants, évacué les blessés, isolé le tireur et sauvé beaucoup plus de vies qu'on peut l''imaginer. ', a déclaré Obama. Le président des Etats-Unis a aussi appelé les Américains à ouvrir leur coeur pour faire tomber les barrières et changer la société pour que de tels drames ne se reproduisent plus. Avec cette cérémonie, Barack Obama a voulu appelé à l'unité de l'Amérique. Georges W. Bush, son prédécesseur à la Maison Blanche était lui aussi présent. Comme le vice-président Joe Biden.
Vidéos à la une
Barack Obama est attendu aujourd'hui à Dallas, où les hommages se succèdent après la mort de cinq policiers, tués par un réserviste de l'armée en marge d'une manifestation contre les violences policières à l'encontre de la communauté afro-américaine. Plusieurs milliers de personnes ont participé à une veillée pour honorer la mémoire des victimes, parmi lesquelles figurent Michael Smith, un père de famille. Son ancienne partenaire au sein de la police de Dallas a pris la parole : 'Moi et tous ceux qui aimaient Mike avons choisi d'honorer sa mémoire en choisissant, non pas de céder à la colère, mais de poursuivre son combat pour le bien, et de ne pas laisser le mal l'emporter.'' Parallèlement, les manifestations contre les violences policières se poursuivent dans plusieurs villes, notamment à Atlanta et Chicago. 'Pas de justice, pas de paix', peut on lire notamment sur les banderoles ou encore 'Black lives matter','Les vies noires comptent, en référence au mouvement antiraciste, qui a appelé au rassemblement après la mort, coup sur coup, la semaine dernière, de deux hommes noirs, tués par des agents de police.
Vidéos à la une
On en sait un peu plus sur le profil du tueur de Dallas. Micah Johnson, l'ancien réserviste qui a tué cinq policiers jeudi dernier, avait servi en Afghanistan entre novembre 2013 et juillet 2014. Cette expérience dans l'armée l'avait 'beaucoup déçu' selon sa mère qui n'a pas donné plus de détails. Le chef de la police de Dallas David Brown a reconnu de son côté avoir reçu plusieurs menaces de mort. 'Oui, moi et ma famille avons reçu des menaces de mort presque immédiatement après la tuerie, a-t-il déclaré. En tant que famille de policiers ici à Dallas et à travers le pays, il y a un sens plus aigu des menaces que nous recevons.' S'exprimant en meeting en Virginie, le candidat républicain à la Maison Blanche Donald Trump n'a pas hésité à utiliser la tuerie de Dallas pour se présenter comme l'homme du retour à 'l'ordre public'. 'La police américaine et l'application de la loi sont ce qui sépare la civilisation du chaos total et de la destruction de notre pays tel que nous le connaissons, a-t-il affirmé. Il est temps que prenne fin l'hostilité envers la police et tous les membres des forces de l'ordre et cela, immédiatement, tout de suite.' Des habitants de Dallas et des membres des forces de l'ordre ont à nouveau observé un instant de silence en hommage aux victimes. Le centre-ville était encore en grande partie déserté, plusieurs rues et commerces restant fermés.
Vidéos Auto
Subscribe for more car videos: http://bitly/AutoMotoTV 2017 Nissan Pathfinder makes world debut in Dallas | AutoMotoTV Follow us @AutoMotoTV - http://www.twitter.com/AutoMotoTV Like us on Facebook: http://www.facebook.com/CarVideosOnline Google+: http://bit.ly/AutoMotoTVGooglePlus AutoMotoTV - http://www.youtube.com/AutoMotoTV AutoMotoTV Deutsch: http://bit.ly/AutoMotoTVDeutsch
Vidéos à la une
Les officiers de la police de Dallas veulent faire passer un message d'unité après la fusillade de jeudi dernier qui a coûté la vie à 5...
Vidéos à la une
Les manifestations contre les violences policières se sont poursuivies ce dimanche dans plusieurs villes américaines, notamment à Bâton-Rouge, en Louisiane, où un Afro-américain avait été abattu mardi à bout portant. La police est intervenue pour mettre fin à une manifestation non déclarée. Entre trente et quarante personnes ont été arrêtées. Les forces anti-émeute ont dû pénétrer dans une propriété, où s'étaient réfugiés des manifestants. Cette femme les a laissés rentrer : ''Nous avons compris qu'ils allaient être arrêtés. Ils étaient dans la rue. On leur a dit de venir dans notre jardin pour se mettre en sécurité. Comme je l'ai dit, j'ai des amis au sein de la police. Ce sont de bons officiers de police. Mais ces gens avaient besoin de se mettre à l'abri. Donc je leur ai ouvert ma porte.'' Rassemblement également à Atlanta, où certains brandissaient des pancartes du mouvement 'Black Lives Matter, littéralement ''les vies noires comptent''. Les manifestants ont défilé aux cris de 'Ne tirez pas', 'Stop la violence.' Enfin Chicago a connu sa troisième journée consécutive de manifestations contre les violences policères. ''Arrêter de nous tuer'', pouvait-on lire notamment sur les pancartes.
Vidéos à la une
C'est une première à Dallas. La police a eu recours à un robot-tueur pour neutraliser un tireur dans l'attaque ayant tué cinq policiers jeudi. Ce petit robot télécommandé a été équipé d'une charge explosive. Si souvent, ces engins sont utilisés pour désamorcer des bombes, leur usage génère un grand débat parmi les scientifiques et personnalités du monde entier. Quid de leur potentialité à prendre eux-mêmes les décisions ? Quid des possibles dérives ? - Bourdin Direct, du lundi 11 juillet 2016, sur RMC.
Vidéos à la une
Le tireur de Dallas fomentait 'd'autres projets dévastateurs', d'après le chef de la police de la ville au vu des explosifs et des armes de guerre retrouvées au domicile de Micah Johnson. Ce réserviste de l'armée de terre a abattu cinq policiers jeudi et en a blessé sept autres. Il aurait agi en réaction aux décès de deux Afro-américains tués par la police plus tôt la semaine dernière. Ces événements ont profondément choqué les Etats-Unis. #BlackLivesMatter advocates dignity, justice and freedom. Not murder.- Black Lives Matter (@Blklivesmatter) 8 juillet 2016 Barack Obama écourte son voyage en Espagne Face à la crise, Barack Obama a écourté son déplacement en Espagne et se rendra ce mardi à Dallas. Il a appelé au calme, estimant que les attaques contre les policiers 'desservaient la cause de ceux qui s'inquiètent légitimement des carences du système judiciaire américain'. 200 personnes interpellées Les tensions entre la communauté noire et les policiers restent donc très vives. Plus de 200 manifestants ont été interpellés ce week-end lors de rassemblements contre les violences policières visant les Noirs dans plusieurs villes du pays. Plus de 500 personnes ont été tuées par balle par la police depuis le début de l'année, d'après le Washington Post. Le journal revient sur l'essor du mouvement Black Lives Matter. Why Black Lives Matter has gained momentum in a country where police shootings are rarehttps://t.co/nCMP9sYVbe- Washington Post (@washingtonpost) 10 juillet 2016
Vidéos à la une
Alerte renforcée au quartier général de la police de Dallas aux Etats-Unis, suite à une menace anonyme contre les forces de l'ordre. Des hommes de l'unité d'élite de la police SWAT ont été déployés autour du principal bâtiment de la police, selon des médias locaux. Le message est d'autant plus pris au sérieux qu'il intervient deux jours après la tuerie contre des policiers de Dallas. Cinq ont été tués et sept autres blessés. Avec AFP
Vidéos à la une
Le sniper de Dallas a agi seul, et les différents suspects ont été relâchés par la police. Les enquêteurs travaillaient toujours ce samedi matin sur le site de l'attaque qui a coûté la vie à cinq policiers jeudi soir. Lors de la perquisition du domicile de Micah Johnson , ont été saisis du matériel de fabrication de bombes, des armes, munitions, et un journal personnel de tactique militaire. Mais ce qui retient aussi l'attention aujourd'hui, c'est la façon dont le tireur a été neutralisé, grâce à un robot porteur d'une bombe : Mike Rawlings est le maire de Dallas : 'Le même équipement automatisé utilisé pour désamorcer et faire exploser une bombe a été utilisé pour placer de l'explosif C4 sur place et le faire détoner. Il a eu le choix, soit sortir et être sain et sauf, soit rester et être neutralisé. C'est la dernière option qu'il a choisie'. Police use of robot to kill Dallas shooting suspect is new, but not without precursors https://t.co/C58jlzYk6f pic.twitter.com/8O9Lme773g- TechCrunch (@TechCrunch) July 8, 2016 Cette tactique du robot vient directement de l'armée américaine. La voir mise en application dans le champ civil suscite déjà des questions éthiques aux Etats-Unis. Sans compter que les services de police d'autres Etats américains risquent de demander l'autorisation d'utiliser eux aussi cette méthode. Des enveloppes de plusieurs milliards de dollars ont déjà été attribuées aux forces de l'ordre pour racheter des équipements militaires usagés et les adapter aux services de police. Unsurprising - the robot-bomb used in Dallas came from Pentagon program to give away unused war weaponry to police https://t.co/auotPD4RzB- Glenn Greenwald (@ggreenwald) July 8, 2016 Les militants du mouvement Black Lives Matter n'abandonnent pas l'action. Ils ont manifesté à Washington devant la Maison Blanche pour protester à nouveau contre les discriminations et les violences policières envers les Noirs.
Vidéos à la une
Les drapeaux sont en berne dans tous les Etats-Unis, et ce, jusqu'à mardi. Manifestation du deuil après la mort de 5 policiers ce jeudi soir à Dallas. Ces 5 hommes ont été abattus par un tireur embusqué, qui a ensuite été tué par les forces de l'ordre. Les enquêteurs continuent leur travail pour déterminer exactement ce qui s'est passé. Initialement, la police de Dallas a évoqué plusieurs snipers agissant de manière coordonnée. Mais désormais, les autorités ne parlent plus que d'un seul tireur, en l'occurrence Micah Johnson, 25 ans, réserviste de l'armée américaine. >> Qui est Micah Johnson ? Avant d'être abattu par une unité d'élite au terme d'une longue confrontation avec la police, il aurait affirmé vouloir 'tuer des blancs, notamment des policiers blancs'. Dans le quartier où il vivait, dans la banlieue de Dallas, certains de ses voisins sont sous le choc. 'J'ai lu, j'ai entendu dire qu'il détestait les Blancs. Ca fait bizarre. Moi, je suis blanc, et il m'a invité chez lui. Comment ça se fait ? Et là, qu'est-ce qui s'est passé ? Je pense que c'est lié aux événements de Louisiane et du Minnesota. Pour autant, je pense que c'était un type bien. Je n'arrive pas à croire à qui s'est passé.' Jim Otwell, voisin Barack Obama attendu à Dallas A son domicile, les enquêteurs ont découvert des armes, des munitions et du matériel pour fabriquer des bombes. Pour autant, les autorités écartent tout lien avec un groupe terroriste. En plus des 5 morts, la fusillade a fait 9 blessés. C'est le pire bilan enregistré par la police américaine depuis les attentats du 11-Septembre. Le président américain Barack Obama va écourter sa visite actuelle en Europe pour se rendre à Dallas dès ce lundi. Les Etats-Unis connaissent un regain de tensions raciales suite à la mort de deux hommes noirs, abattus par la police, l'un en Louisiane et l'autre dans le Minnesota.
Vidéos à la une
L'homme qui a rappelé aux Américains qu'ils étaient loin d'en avoir fini avec le racisme s'appelle Micah Johnson, il avait 25 ans, était réserviste de l'armée américaine, et ancien d'Afghanistan. Il a abattu dans la nuit de jeudi à vendredi cinq policiers et en a blessé sept autres. Un geste vengeur, une escalade dramatique après une semaine qui a vu la mort de deux Afro-américains, tués par la police dans des circonstances accablantes, dans le Minnesota et en Louisiane. Plusieurs manifestations organisées par le mouvement Black Lives Matter ont eu lieu hier dans les grandes villes américaines. C'est à la fin de celle de Dallas que la fusillade a eu lieu. RAW VIDEO: Our cameras captured the panic after the first shots were fired in downtown #Dallas Thursday nighthttps://t.co/JXcapjFIHv- WFAA-TV (@wfaachannel8) July 8, 2016 Micah Johnson a été éliminé par la police à l'aide d'un engin explosif robotisé. David Brown est le chef de la police de Dallas : 'Le suspect a dit qu'il était furieux au sujet de Black Lives Matter. Il a dit qu'il était furieux au sujet des récentes violences policières. Le suspect a dit qu'il en voulait aux Blancs, qu'il voulait tuer des Blancs, en particulier des policiers blancs'. To honor victims of the attack in Dallas, POTUS ordered the U.S. flag flown at half-staff: https://t.co/BIJFsuATPk pic.twitter.com/TiE62vk8pP- The White House (WhiteHouse) July 8, 2016 Si la perquisition de la maison de Johnson n'a révélé aucun lien avec des groupes terroristes et qu'il semble que le sniper ait été un 'loup solitaire', ces évènements constituent un sommet inédit et inquiétant dans l'histoire du racisme aux Etats-Unis.
Vidéos à la une
Pour la police de Dallas, une seule certitude, le sniper abattu par les forces d'élite n'était affilié à aucun groupuscule. Il l'a affirmé aux négociateurs qui communiquaient avec lui alors qu'il était retranché dans un bâtiment de la ville. Pour le reste, le chef de la police locale se veut très prudent, car les propos du tireur n'étaient pas cohérents. 'Nous nous pouvons pas rentrer dans la tête d'une personne qui fait ce genre de choses, a expliqué David Brown. Nous avons négocié avec cette personne. Il semblait lucide au cours de la négociation. Il voulait tuer des agents de police et il a parlé de tuer des Blancs, des policiers blancs. Il a aussi exprimé de la colère à l'égard du mouvement 'Black lives matter'. Rien de tout cela n'a de sens, rien de tout cela n'est une raison légitime pour faire du mal à quelqu'un. Donc tout ce que l'on pourrait ajouter sur ses motivations ne serait que spéculation. Nous savons seulement ce qu'il nous a dit, et c'est ce qu'il a dit à nos négociateurs.' Le chef de la police a aussi révélé que le tireur avait été tué par un robot activé à distance et porteur d'une bombe. Police Chief said the suspect was 'not affiliated with any groups and he stated that he did this alone.' #Dallas https://t.co/AyWQMJT38Z- Sidra Bhatti (@SidraSBhatti) 8 juillet 2016
Vidéos à la une
Dallas en état de choc, Dallas pétrifiée... Ceux qui ont vécu les fusillades et le sauve-qui-peut témoignent. Beaucoup étaient descendus dans les rues pour participer à la manifestation contre les violences policières envers les Afro-Américains. 'Sur la gauche, à trois pâtés de maisons du palais de justice, ils ont commencé à tirer et ensuite tout le monde s'est mis à courir dans tous les sens. En partant, on a entendu les tirs d'arme automatique, les échanges de coups de feu. C'était dingue. Tout le monde courait partout, avec les mains en l'air.' 'Je suis née et j'ai grandi à Dallas, dit une jeune femme, et la seule chose aussi dramatique qui soit arrivée ici avant ça a été la mort de John Fitzgerald Kennedy. Le centre-ville verrouillé comme ça, c'est surréaliste pour moi. Je n'arrive pas à le croire.' #Dallas 'J'ai vu 3 hommes. Ils tiraient juste que les flics' 10 policiers ont été touchés, 5 sont morts #RTLinfo13h pic.twitter.com/yxcGfxrkjk- RTL info (@rtlinfo) 8 juillet 2016
Vidéos à la une
Des tireurs embusqués ont visé une dizaine de policiers lors d'un rassemblement, à Dallas, pour dénoncer les bavures policières. Au moins...
Vidéos à la une
Aux Etats-Unis, de nouvelles tornades se sont abattues ce samedi soir dans le sud du pays, notamment l'Etat du Texas. Ces tornades ont fait au moins 8 morts dans la région de Dallas. Tous les témoins parlent de tempêtes très localisées, très brèves, mais très violentes, arrachant les toits, retournant les voitures... Les dégâts sont impressionnants. Martha King habite à Rowlett dans les environs de Dallas. Son quartier a été frappé dans la soirée de samedi par une des tornades. Elle est sous le choc. 'Je suis enseignante. Plusieurs enfants de mon école habitent dans ce quartier et leurs maisons ont été emportées. Nous, on a été épargné. Mais j'ai jamais vu ça. Jamais j'aurai imaginé vivre ça un jour. C'est vraiment un cauchemar.' Un peu plus loin, Jim Shelton constate les dégâts dans sa maison et son garage. Il raconte ce qu'il a entendu quelques heures plus tôt. 'On aurait dit le bruit d'un train de marchandises. Quand on a entendu ça, immédiatement, tout le monde, dans le quartier, on s'est tous précipité dans des endroits sûrs. On s'est mis à 4 pattes pour se protéger. Ca a duré 15 secondes. Et après c'était fini.' Une trentaine de morts depuis mercredi Ces nouvelles victimes au Texas alourdissent un bilan déjà dramatique. On parle désormais d'une trentaine de morts depuis mercredi. En quelques jours, plusieurs séries de tornades se sont abattues sur le sud et l'est des Etats-Unis. Le Tennessee, le Mississippi, l'Arkansas et le Texas sont les plus touchés. Les autorités mettent en garde contre les risques d'inondations après le passages des tornades et les fortes pluies qui les accompagnent. De la pluie qui pourrait se transformer en neige dans le centre du pays. Le trafic aérien pourrait être localement perturbé. Heavy #rain and #snow will impact much of the central US the next several days. #safetravels #holidaystorm https://t.co/DS20c4Fr4B- NWS WPC (@NWSWPC) December 27, 2015
Vidéos à la une
DALLAS (Texas) - 21 août 2015 - C'est un bel exemple de solidarité qui a permis de sauver la vie d'une automobiliste. Le 21 août, une conductrice texane est coincée dans sa voiture. Après s'être endormie au volant, elle a heurté un pylône sur une autoroute de la banlieue de Dallas. Armés d'extincteurs, plusieurs personnes ainsi qu'un policier tentent de contenir la fumée qui s'échappe du capot. Impossible pourtant d'extirper la conductrice de la voiture. Le policier se glisse alors à l'arrière et comprend l'urgence de la situation. La femme hurle : le feu lui brûle les pieds et risque de se propager dans l'habitacle. L'agent réussit à la tirer sur la banquette arrière et à la faire sortir par les portes latérales. La conductrice est portée sur la bande d'arrêt d'urgence. Il était temps, le véhicule s'embrase quelques secondes après. La femme s'en est tirée avec quelques blessures.
Vidéos à la une
HUTCHINS/CARROLTON /DALLAS (Texas) - 13 juin 2015 - Voilà ce qu'il reste du fourgon conduit par James Boulware, le tireur fou de Dallas. L'engin a pris feu lors de l'opération de déminage. Le conducteur a été tué peu de temps avant par un tir de la police, au terme d'un face-à-face de plusieurs heures. L'homme pris en chasse dans les rues de Dallas avait attaqué le QG de la police samedi peu après minuit. Âgé d'une trentaine d'années, il avait du mal à trouver un emploi du fait d'un casier judiciaire mentionnant son comportement violent. Une situation qu'il vivait mal comme en témoigne son père. "Après avoir perdu sa maison, ses affaires, dépensé tout son argent, perdu la garde de son fils, il m'a dit lorsqu'il était là l'autre jour : "j'ai tout perdu, il ne me reste plus rien". Il était au bout du rouleau." explique James Boulware. Côté forces de l'ordre, aucun blessé, ce qui tient du miracle selon les policiers. La violence de l'assaut contre leur siège leur a fait croire pendant un certain temps que plusieurs hommes se trouvaient à l'intérieur du fourgon.
Vidéos à la une
DALLAS - 13 juin 2015 - A Dallas, une fusillade devant le siège de la police a tenue la ville en haleine une partie de la nuit. Des tirs en provenance d'un fourgon ont éclaté samedi vers minuit trente heure locale. Leur cible : des policiers postés devant leur quartier général. Face à la riposte des agents, le véhicule prend la fuite puis s'arrête dans un quartier périphérique de la ville. Nouveaux échanges de tirs, des témoins filment la scène. Encerclé par les forces de l'ordre, son occupant expose des motifs confus: "Le suspect a expliqué que nous lui avions pris son enfant et que nous l'accusions d'être terroriste, et qu'il allait tous nous faire exploser. Puis il a interrompu les négociations" a souligné David Brown, chef de la police de Dallas lors d'une conférence de presse. L'homme qui serait encore retranché est connu de la police pour son comportement violent envers des membres de sa famille. Par ailleurs, quatre sacs ont été retrouvés devant le siège de la police. L'un d'eux contenait une bombe artisanale.
Vidéos à la une
Un ou plusieurs assaillants ont pris d'assaut le quartier général de la police, dans la nuit de vendredi à samedi, avant de prendre la fuite à bord d'une camionnette qui pourrait être blindée. Une course-poursuite s'est engagée dans la ville avant que la police ne parvienne à entourer le véhicule. Au moins un engin explosif a été découvert avec d'autres sacs suspects devant le bâtiment du quartier général de la police de Dallas qui indique que des négociations sont en cours avec un suspect encore retranché à bord de la camionnette. 'Le suspect prétend que la police a pris son enfant' a déclaré le chef de la police de Dallas David Brown. 'Il dit qu'on l'accuse d'être un terroriste et qu'il va tout faire sauter.' Avant de mettre un terme aux négociations et de couper son téléphone portable le suspect aurait dit qu'il était blessé sans que la police ne puisse confirmer cette information.
Vidéos à la une
La course contre la montre au Texas pour évacuer les habitants piégés par les eaux. Dallas et Houston, la quatrième ville la plus peuplée des Etats-Unis, connaissent leurs pires inondations depuis 10 ans. Et le bilan continue de s'alourdir avec 24 morts. Des milliers d'automobilistes se sont retrouvés piégés vendredi près de Dallas. Le fleuve Colorado qui traverse le Texas ne cesse de monter, il devrait atteindre 13 mètres samedi. À Wharton, à une centaine de kilomètres de Houston, l'eau à commencer à envahir la ville, le maire a ordonné l'évacuation de 900 habitants vivants près des berges. L'état de catastrophe naturelle a été décrété dans une quarantaine de comtés du Texas.
Vidéos à la une
Etat islamique est-il derrière l'attaque la nuit dernière au Texas ? Selon une revendication sur Twitter, ce sont deux sympathisants du groupe jihadiste qui ont ouvert le feu contre un centre où se tenait un concours de caricatures de Mahomet, dont l'Islam interdit la représentation. Les assaillants ont été tués près de leur véhicule. 'On a commencé à évacuer les commerces autour parce qu'on était inquiet au sujet de la voiture avec laquelle ils sont venus, explique Joe Harn, porte-parole de la police de Garland, elle pouvait être piégée.' L'attaque n'a duré que quelques secondes, à l'extérieur du bâtiment. Les deux suspects ont blessé un agent de sécurité avant d'être abattus par des policiers. 'On était en train d'aller se coucher, raconte une voisine, et on a entendu boum boum boum, j'ai dit, 'Ce ne sont pas des coups de feu ?' Mon mari m'a dit 'Non c'est surement des feux d'artifice.' On était à peine couché depuis 30 secondes, que les policiers ont évacué le quartier.' Le concours de caricatures était organisé par une association aux positions anti-islamistes, tout comme leur invité, le politicien néerlandais Geert Wilders. En France en janvier plusieurs caricaturistes de Charlie Hebdo ont été assassinés par des jihadistes, parce qu'ils dessinaient Mahomet.
Vidéos à la une
GARLAND (Texas) - 3 mai 2015 - Un attentat a-t-il été évité de justesse au Texas ? Deux hommes armés ont ouvert le feu dimanche aux abords d'un centre des congrès dans la banlieue de Dallas, où se tenait un concours de caricatures de Mahomet. Les deux assaillants s'en sont pris à un agent de sécurité, ils ont été tués lors d'un échange de tirs avec des policiers. L'agent de sécurité a été transporté à l'hôpital, ses jours ne sont pas en danger. Le concours de caricatures était organisé par l'association "American Freedom Defense Initiative", connue pour ses positions anti-musulmanes. Parmi les invités : Geert Wilders, homme politique néerlandais d'extrême-droite venait de quitter les lieux lorsque la fusillade a éclaté à l'extérieur. Les 300 personnes qui assistaient à l'événement ont été placées en lieu sûr. Plusieurs heures après l'assaut, les corps des deux hommes tués gisaient encore près de leur véhicule. La police soupçonnant des explosifs à l'intérieur a diffusé ces images montrant un appareil de déminage en action. Selon SITE, une organisation spécialisée dans la surveillance de sites islamistes , un homme se revendiquant de l'État islamique a affirmé que l'attaque avait été perpétrée par deux sympathisants du groupe terroriste. La police texane n'a pas pour l'instant confirmé l'information.
Vidéos Insolite
Scot Pankey, directeur et professeur de théâtre de la A. Maceo Smith New Tech High School, un lycée de Dallas, a orchestré une chorégraphie délirante avec ses élèves sur "Uptown Funk", le tube de Mark Ronson et Bruno Mars. La vid...
Vidéos Insolite
Deux jeunes hommes ayant raté leur avion dans l'aéroport de Dallas ont imaginé 9 façons de tuer le temps en attendant le prochain vol....
Vidéos Argent/Bourse
Ouverture Wall Street 14/02/2014 A l image des marches americain l indice de confiance de l Universite du Michigan reste stable ce vendredi
Vidéos à la une
Le temps du souvenir aux Etats-Unis. Souvenir d’un homme qui a marqué l’histoire, le président John Fitzgerald Kennedy, assassiné le 22 novembre 1963. Le cinquantième anniversaire de cette...
Vidéos à la une
Le son funèbre des cornemuses, les chanteurs du choeur de la Navy américaine, et une minute de silence, ce fut le point culminant des cérémonies organisées pour l’anniversaire des cinquante...

Pages

Publicité