Vidéos à la une
L'organisation État islamique a revendiqué par le biais d'un communiqué, l'attaque qui a fait 22 morts et de nombreux blessés à Manchester, au Royaume-Uni dans la nuit de lundi à mardi. Le groupe terroriste explique que l'assaillant décédé lors de l'explosion n'avait pas l'intention de mourir mais plutôt de déposer la charge explosive et de partir. "Daesh est vraiment acculé dans ses fiefs. Il reste une bande de 2 kilomètres sur 1 à Mossoul où ils tiennent encore. Et ce qui est intéressant c'est qu'ils sont encore capable de produire des vidéos où ils menacent", explique Régis Le Sommier, directeur adjoint de la rédaction de Paris Match.
Vidéos à la une
Focus sur l'hommage national rendu à Xavier Jugelé, l'agent de police victime lors de l'attaque sur les Champs-Élysées à Hôtel de Police Lyon.
Vidéos à la une
Sept mois après le début de la bataille de Mossoul, la deuxième ville d'Irak ressemble à un vaste champ de ruines. Tombée aux mains de Daesh en 2014, la cité comptait alors 2 millions d'habitants. En octobre dernier, lorsque l'armée irakienne a lancé l'offensive contre les jihadistes, plus de 500.000 personnes ont quitté Mossoul.
Vidéos à la une
Invitée de Ruth Elkrief, ce vendredi sur BFMTV, Marine Le Pen a estimé que "le camp du mal, c'est Daesh". La candidate Front national à la présidentielle 2017 a refusé de placer Bachar al-Assad dans ce même "camp": "Est-ce que Bachar el-Assad envoie des soldats syriens pour tuer nos enfants dans nos rues? Daesh envoie des soldats pour tuer nos enfants dans nos rues. Donc aujourd'hui, la défense des Français passe par l'éradication de ce qui représente le danger premier pour nous: Daesh", a-t-elle expliqué.
Vidéos à la une
Lors du grand débat présidentiel sur BFMTV et RMC ce mardi, Jean-Luc Mélenchon a réclamé des sanctions contre l'entreprise Lafarge, qui fait l'objet d'une enquête pour ses activités en Syrie: "Punir les complices ! Lafarge a avoué avoir payé Daesh pour continuer à produire son foutu ciment. Cette compagnie doit être réquisitionnée ou confisquée mais une décision exemplaire doit être prise contre ceux qui complotent avec l'ennemi". François Fillon a ensuite admis être d'accord avec Jean-Luc Mélenchon: "Si c'est avéré, il faut punir Lafarge".
Vidéos à la une
L'attaque à Londres mercredi a été revendiqué par l'organisation Etat Islamique ce jeudi, moins de 24 heures après les faits. Dans un communiqué, diffusé par l'agence de communication Amaq, Daesh explique qu'un "soldat du groupe Etat Islamique a effectué une attaque devant le Parlement britannique en réponse à l'appel à prendre pour cible les ressortissants des pays croisés".
Société
L’entreprise Lafarge, qui fournit le sable de Paris Plages, aurait eu des liens avec l'organisation État Islamique. Les internautes indignés ont créé une pétition et appellent au boycott de l'événement.
Vidéos à la une
Olivier Falorni, le député du Parti radical de gauche, est revenu mercredi dans BFM Story sur les difficultés financières rencontrées par Daesh. L'organisation terroriste "perd du terrain géographiquement, militairement mais aussi financièrement", a estimé le membre de la mission d'information parlementaire sur les moyens de Daesh. "L'actif de l'organisation terroriste est estimé à 2.000 milliards de dollars. Il repose sur un certain nombre de financement. Le pétrole, mais on voit que ça baisse. Faute de ressources, Daesh est de plus en plus dans l'extorsion", a-t-il expliqué.
Société
Des passants paniqués ont cru photographier un drapeau de Daesh dans les rues de Nice. C’était une serviette de bain.
Vidéos à la une
Daesh a publié une vidéo de l'assaillant à la hache, qui a causé quatre blessés grave, lundi soir dans un train régional de Bavière, en...
Vidéos à la une
Il aura fallu deux jours pour apprendre la triste nouvelle. Jacques, le père de Laura a appris vendredi qu'une de ses jumelles faisait partie des victimes de l'attentat du 14 juillet à Nice. Pendant deux jours il n'a pas dormi avec l'espoir de la retrouver. "On était sur la Promenade. On était en train de regarder ce feu d'artifice, il y avait des milliers de personnes. On était tous heureux d'aller voir ce feu d'artifice", a-t-il raconté. "J'ai perdu ma fille. Elle avait 13 et demi. Elle a une petite soeur jumelle. Elle se ressemble comme deux gouttes d'eau. Quand je la verrai, j'aurais l'impression de la voir", a-t-il confié des larmes dans la voix.
Vidéos à la une
Deux jours après l'attentat à Nice le soir du 14 juillet, un jeune couple de mariés a tenu à se rendre sur la Promenade des Anglais pour exprimer sa solidarité avec les familles de victimes. "Ce qu'il s'est passé, cela nous touche beaucoup, on devait se marier juste en face du drame qui a eu lieu. Bon courage aux familles. Cela nous tenait à coeur de venir déposer un bouquet de fleurs", a expliqué le mari.
Vidéos à la une
Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a précisé samedi lors d'une allocution avec le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve les moyens mis en oeuvres pour faire face à la menace terroriste. "Le combat contre Daesh continue à l'extérieur dans les missions au Levant en Irak et en Syrie par la formation des forces irakiennes et kurdes et par l'appui aérien que nous effectuons au sein de la coalition tous les jours", a-t-il rappelé en indiquant que ces moyens allaient être renforcés. "Notre but est d'arriver à l'éradication complète de cet Etat terroriste qui frappe la France et d'autres pays", a-t-il insisté.
Vidéos à la une
Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, à la sortie du conseil de défense ce samedi, a estimé que 'Daesh n'organise pas, mais Daesh insuffle l'esprit terroriste que nous combattons'. C'est pourquoi, selon Jean-Yves Le Drian, il est nécessaire de 'maintenir le combat à l'extérieur, de combattre Daesh là où il est, et de combattre Daesh sur notre territoire en assurant la sécurité des Françaises et des Français'.
Vidéos à la une
Aucune revendication n'a été exprimée vendredi midi sur l'attentat perpétré à Nice jeudi soir. Mais le mode opératoire, un individu seul dans une voiture, a été prôné il y a plusieurs mois déjà par Daesh, rappelle Régis Le Sommier, directeur adjoint de la rédaction de Paris Match. 'On peut se dire que là ils ont trouvé un mode opératoire qui ne sacrifie qu'une seule personne et qui fait un maximum de dégâts', craint le journaliste.
International
L’organisation État Islamique (EI) utilise les applications de messageries What’s App et Telegram pour vendre ses captives au plus offrant.
Vidéos à la une
Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a rendu hommage ce mercredi aux deux policiers tués lundi soir à Magnanville. "Deux fonctionnaires du ministère de l'Intérieur sont tombés, victimes d'une violence abjecte, sous les coups d'un criminel agissant au nom de l'organisation terroriste Daesh", a-t-il déclaré lors de son discours Place Beauvau. Le ministre de l'Intérieur a tenu à adresser aux proches des victimes "un message de sympathie, de compassion et de soutien au nom de la nation tout entière".
Vidéos à la une
Lundi soir, un homme ayant prêté allégeance à Daesh a tué à coups de couteau un commandant de police et sa femme, elle-même fonctionnaire administrative dans la police. Ce n'est pas la première fois que des forcenés se revendiquent de Daesh et visent les forces de l'ordre. En janvier, un jeune Tunisien avait tenté de s'introduire dans un commissariat du 18ème arrondissement, armé d'un hachoir de boucher et d'une ceinture d'explosifs factice. Un an plus tôt, deux policiers trouvaient la mort dans les attentats contre Charlie Hebdo, le lendemain une policière municipale était abattue par Amedy Coulibaly à Montrouge. En décembre 2014, un homme avait fait irruption dans le commissariat de Joué-lès-Tours armé d'un couteau, avant d'être abattu.
Vidéos à la une
Jérôme Bonet, porte-parole de la Police nationale, est revenu sur le plateau de BFMTV sur le déroulement de l'assaut du Raid contre le suspect du meurtre d'un policier et de sa compagne, lundi soir à Magnanville, dans les Yvelines. Selon lui, "la négociation a été brève, notamment parce qu'on était face à un individu qui n'avait absolument pas d'ambition de négociation". Le suspect était "plutôt dans une logique d'opposition et d'affrontement, et finalement de quasi-suicide".
Société
Un couple de policiers a été tué à son domicile lundi soir à Magnanville dans les Yvelines. Le tueur de 25 ans s’est revendiqué de Daesh et avait déjà été condamné pour radicalisation.  Il a été abattu par les forces de l’ordre. Découvrez les premières photos de la tuerie.
Vidéos à la une
Avant de se rendre à Magnanville, où deux policiers ont été tués lundi soir par un forcené se revendiquant de Daesh, le ministre de l'Intérieur a rappelé "la mobilisation totale du gouvernement" face à la menace terroriste. "Plus de 100 individus ont été arrêtés depuis le début de l'année", a indiqué Bernard Cazeneuve.
Vidéos à la une
Philippe Besson a décrit l'"espèce d'obsession homophobe de Daesh", ce lundi sur BFMTV, après que l'organisation terroriste a revendiqué la tuerie dans un club gay, survenue samedi à Orlando, en Floride. L'écrivain a dit ne pas avoir été surpris par ce passage à l'acte contre la communauté homosexuelle durant lequel 49 personnes ont perdu la vie. Au-delà des motivations du groupe jihadiste, l'auteur a estimé qu'il régnait un "climat général d'homophobie aux Etats-Unis". Une ambiance qui constituerait, selon lui, un "terreau extrêmement fertile", pour une personne ayant des problèmes psychologique alors que les armes sont en vente libre dans ce pays. Il a également dénoncé une "rhétorique de haine à l'égard de cette communauté".
Vidéos Argent/Bourse
Dans la nuit de samedi à dimanche, l'Etat islamique a attaqué une boîte de nuit gay très fréquentée d'Orlando, en Floride aux Etats-Unis. Georges Malbrunot, journaliste et spécialiste du Moyen-Orient, confie que Daesh a fondamentalement modifié sa stratégie. Sous la pression militaire, Al-Qaïda revient à son mode opératoire de 2006 à 2008 en Irak. Celui-ci repose sur deux piliers. D'une part, le retour à la clandestinité en se dissimulant parmi la population et en créant des cellules clandestines en Irak et en Syrie. Et d'autre part, une intensification d'attaques terroristes hors du califat pour faire diversion. Même si ce changement de stratégie conduit Daesh à perdre son contrôle sur certains territoires, l'idéologie restera fortement la même, d'après ce grand reporter au Figaro. - Good Morning Business, du lundi 13 juin 2016, présenté par Stéphane Soumier, sur BFM Business.
Vidéos à la une
Le temps des répétitions générales est désormais terminé puisque c'est vendredi que l'Euro 2016 commence. Aujourd'hui, le gouvernement lance...
Vidéos à la une
Dans son dernier éditorial paru dans Le Point mercredi, Franz-Olivier Giesbert estime que la France doit faire face à deux menaces: Daesh et la CGT. Des propos qu'il a défendus dans les Grandes Gueules ce vendredi arguant que le groupe terroriste et le syndicat "ont un point commun, c'est l'intimidation". Pour lui, les méthodes de la CGT ne sont pas acceptables et voit dans ce mouvement social "le chant du cygne" du syndicat.
International
Selon le "Washington Post", l'organisation terroriste essaierait de vendre des femmes esclaves sur le réseau social. 
Société
La CAF a demandé à une réfugiée politique syrienne de rembourser une partie de ses allocations car elle était dans l'impossibilité de prouver l'enlèvement de son mari par le groupe Etat Islamique. 
Société
Lors d’une conférence sur le handicap jeudi, François Hollande et son ministre ont annoncé des postes supplémentaires sous un acronyme qui rappelle un peu trop celui de l’Etat islamique.
International
Farida Khalaf a 19 ans et vient d’une région du nord de l’Irak. En août 2014, son village a été attaqué par Daesh. Alors que les hommes étaient exécutés, elle et les autres femmes sont devenues esclaves sexuelles. Elle nous raconte comment elle a survécu et s’est échappée de l’enfer.
Vidéos à la une
Manuel Valls inaugurait dimanche la nouvelle muséographie du Mémorial des martyrs de la déportation, à Paris. Lors de son discours, le Premier ministre a de nouveau appelé à combattre le terrorisme islamiste, "nouvelle idéologie du chaos" après celle qui a sévit lors de la Seconde guerre mondiale. "Bien sûr, les comparaisons historiques ont leurs limites. Mais ne nous trompons pas : le combat qui fut livré, hier, contre l'infâme, nous devons le livrer, aujourd'hui, à notre tour", a insisté le chef du gouvernement.

Pages

Publicité