Attention, il ne faut pas confondre cure thermale et séjour en thalassothérapie. Une différence bien établie pour la Caisse de Sécurité sociale depuis 1998. Depuis, seules les cures thermales sont prises en charge. Mais selon des règles bien précises : cure thermale, mode d'emploi.

Cure thermale, mode d'emploi

D'abord, une prescription

Le principe de base est élémentaire : une cure thermale relève d'un acte médical et n'est en aucun cas une destination de loisir. Et c'est bien votre médecin traitant, généraliste ou spécialiste, qui peut prescrire une cure adaptée à votre état de santé. Pour cela, il devra remplir avec vous une demande de prise en charge. Ce qui signifie encore que vous aurez, ensemble et au préalable, étudié vos besoins et choisi la station thermale la mieux indiquée, selon la composition des eaux, les traitements proposés, les conditions climatiques et, bien entendu, les dates proposées. Celle-ci devra être agréée et conventionnée par la Caisse d'assurance maladie. L'orientation thérapeutique qui motive la cure doit figurer sur la liste des orientations thérapeutiques prises en charge par l'Assurance maladie. Leur liste complète est disponible sur le site le site de "l'Assurance maladie en ligne"

Publicité
Une fois rempli, ce formulaire sera envoyé à la Caisse d'Assurance Maladie dont vous dépendez, en l'accompagnant d'une déclaration de ressources (revenus professionnels, pensions alimentaires, prestations familiales, revenus mobiliers et immobiliers, frais professionnels inclus dans le salaire), justificatifs à l'appui. Le cas échéant, vous pourrez bénéficier d'une prise en charge des frais de transport et d'hébergement liés à la cure thermale, si vos ressources ne dépassent pas un plafond de 14 664,38 euros. "Ce montant sera majoré de 50 % (soit 21 996, 57 euros) si l'assuré a un ayant droit à charge", précise Vanessa Brunon de la CNAM.

Publicité