La fille de Jérôme Cahuzac vient de publier son premier roman. Entre amour et prostitution, elle dresse le portrait de la nouvelle génération de libertins.

En 2015, certains noms pourraient bien attirer l’attention dans les rayons des librairies, à l’image Diane Gontier. Si ce nom ne vous dit rien, il s'agit de la fille aînée de Jérôme Cahuzac qui vient de signer un premier roman dans la lignée de Cinquante Nuance de Grey.

A lire aussi : Cahuzac, un après : que devient-il ?

Dans son livre Souviens-toi que l’amour n’existe pas, publié ce 6 janvier aux éditions Robert Laffont, la jeune femme raconte la double vie de Mila, étudiante en droit le jour et call-girl officiant sur Internet la nuit.

Un récit, selon l’éditeur, dans lequel "l’auteure livre le portrait d’une génération lucide et désenchantée, en mal de repères et tiraillée par des aspirations contraires."

"J’aime bien choquer les gens"

Il n’y a toutefois point d’amalgames à faire entre fiction et réalité. Dans une interview accordée au Point, la fille de Jérôme Cahuzac, employée au ministère de la Santé, explique avoir totalement banni la figure paternelle dans son roman pour faire taire les mauvaises langues.

"Au départ, le personnage du père était bien plus présent. Mais je me suis dit qu'on allait faire tellement de psychologie de bas étage et d'interprétations que j'ai décidé de me débarrasser de lui", confie-t-elle.

A lire aussi : Politique : écrire un livre, le bon plan pour se venger ?

Un choix que Diane Gontier a tout de même pris dans la réalité avec son propre père, ancien ministre du budget contraint de démissionner en 2013 après avoir été accusé de fraude fiscale, qui "a abandonné et déçu sa famille", indique Le Point. L’auteure assure pourtant que les relations qu’elle entretient avec lui "sont très bonnes".

Publicité
Quant au tapage médiatique qui devrait lui être réservé, la fille de Jérôme Cahuzac n’y voit aucun inconvénient. "Je suis plus préparée que la moyenne. On ne peut pas tellement faire pire que ce qui est arrivé à ma famille" dit-elle avant d’ajouter : "Je ne sais pas si je dois dire ça, mais j'aime bien choquer les gens. Sinon, on s'ennuie."

A voir sur le même thème : Le livre de Valérie Trierweiler "est un livre politique"

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité