Réponse : René Coty en 1954. Découvrez le nouvel épisode de notre série "Les petites phrases de l'histoire expliquées" !

René Coty devient président de la République en décembre 1953, succédant à Vincent Auriol. Aussitôt, sa femme, Germaine, fait l’objet d’une campagne de calomnie d’une violence inouïe de la part d’un groupe de presse qui souhaitait la réélection de Vincent Auriol. On moque sa corpulence, son aspect provincial, sa spontanéité parfois désarmante et on affuble la première dame d’un sobriquet blessant : "Madame sans gaine".

A lire aussi : Qui a dit : "Un quarteron de généraux en retraite" ?

Pour la défendre, René Coty choisit le mode de l’humour. Faisant allusion à une célèbre marque de sous-vêtements, il réplique en mettant en avant la probité et la simplicité de sa femme : "Sans gaine, mais sans scandale !"

Publicité
Parallèlement, l’Elysée prépare la riposte en s’appuyant sur la presse familiale. L’hebdomadaire catholique Le Pèlerin, le premier, vante dans un long reportage les qualités d’épouse, de mère et de grand-mère de Germaine Coty. Le reste de la presse suit le mouvement. Rapidement, madame Coty devient extrêmement populaire chez les Français. Son décès brutal, en novembre 1955, provoque une émotion considérable et des dizaines de milliers d’anonymes l’accompagnent lors de ses obsèques.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

mots-clés : Histoire, Citation

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité