Les technologies de pointe en matière d'imagerie infrarouge ont pu révéler le 10 juin dernier que, sous les couches de peintures de La chambre bleue de Pablo Picasso, se cachait un mystérieux homme barbu. Plus si mystérieux depuis ce mardi en tout cas.

© Capture d'écran Twitter

Pablo Picasso serait-il le peintre de la mise en abîme ? Vous savez, le fait de raconter une histoire dans une histoire, de faire la photo d'une photo qui représente une même photo, un peu le principe de la boîte de "Vache qui rit" en somme ! C'est en tout cas ce que semble dire des scientifiques experts d'Art. Grâce aux technologies de pointe en matière d'imagerie infrarouge, ces derniers ont pu mettre à jour le portrait d'un homme barbu se cachant sous La chambre bleue, oeuvre peinte par Pablo Picasso en 1901, selon Associated Press. D'autres images du même genre ont été retrouvées sous des oeuvres phares du peintre : Femme au repassage, exposée au musée Guggenheim de Manhattan et La Vie, au Musée d'art de Cleveland.

Publicité
Picasso réutilisait ses toilesSi pour les experts il ne s'agit pas d'un auto-portrait de l'artiste, ils envisagent fortement la possibilité que le mystérieux homme barbu retrouvé sous les couches de peintures soit Ambroise Vollard, marchand d'art et galeriste ayant accueilli la première exposition de Pablo Picasso à Paris. "Il ne pouvait se permettre d'acquérir de nouvelles toiles chaque fois qu'il avait une idée à explorer. Il travaillait parfois sur du carton parce que les toiles étaient beaucoup trop chères", a par ailleurs indiqué Susan Behrends Frank à Associated Press. Si l'artiste-peintre n'était donc pas un maitre de la mise en abîme ni un Leonard de Vinci cachant des messages dans ses oeuvres, il n'en était pas moins un précurseur du recyclage.

Vidéo sur le même thème : Détournements hilarants des plus grandes oeuvres d'Art

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité