Geneviève de Fontenay est-elle malade ? Alors que sa Miss Prestige National venait de coiffer sa couronne, des images d’elle la montrant topless sur un plateau de télévision refaisaient surface. Mais la dame au chapeau ne s’en offusque pas, mieux elle approuve ! On connait des Miss qui ont eu moins de chance…

En 2010, une certaine Auline Grac participait à l’émission Génération mannequin, diffusée sur NRJ 12, et apparaissait topless sur le plateau télé, les mains pudiquement posées sur sa poitrine pour tenter de cacher ses seins. Le 10 décembre dernier, cette même Auline Grac était sacrée Miss Prestige National, sous l’œil bienveillant de Geneviève de Fontenay. Aussitôt les images ont fait le tour du web. Geneviève de Fontenay n’a même pas râlé. Bien au contraire.

Invitée mardi soir sur NRJ 12 sur le plateau de Jean-Marc Morandini, la dame au chapeau a fait preuve d’une clémence et d’une ouverture d’esprit qu’on ne lui connaissait pas. Ou bien faisait-elle preuve d’une horrible mauvaise foi ? « Ecoutez, on ne voit rien. Elle se cache. Par pudeur, elle se cache. Qu’est-ce que vous lui reprochez ? Elle est très belle. Elle est pudique » a-t-elle lancé. Pas question donc de destituer la Miss ! « Cette photo a été faite avant son élection, il n'y a donc aucun soucis, et puis on ne voit pas sa poitrine » a confirmé Christiane Lillo, présidente du comité. Mais qu’arrive-t-il à Geneviève ?

Publicité
Il n’y a pas si longtemps elle aurait hurlé au scandale, martelant les valeurs que se doit de défendre une Miss. Les Miss Prestige National auraient-elles droit à un traitement plus favorable que les autres ? Rappelons que du temps où Geneviève de Fontenay était à la tête du comité Miss France, les choses étaient un peu différentes : quiconque se faisait prendre à avoir des photos d’elle en petite tenue, en train de lécher du yaourt, ou tout autre activité jugée inappropriée, était immédiatement clouée sur le mur de la honte et risquait son écharpe et sa couronne. Une attitude intransigeante qui a fini par coûter sa place à Geneviève, la condamnant à créer un nouveau concours afin de défendre les valeurs qui lui sont chères… Mais oui mais oui…

 
Publicité