INTERVIEW - Un demi-siècle au compteur, une tournée et des mémoires à venir* : Laurent Gerra l'imitateur, célébré le vendredi 6 octobre sur France 3, à 20 h 55, se confie.

Pour vos 50 ans, un documentaire vous rend déjà hommage. Quand on est humoriste, ça "sent plus vite le sapin" ?

LAURENT GERRA : Mais j'adore les sapins ! (Il rit.) Ce qui m'a plu dans ce concept, c'est qu'à travers mon parcours, il se penche sur notre époque, l'air du temps, et que l'on puisse revenir sur la genèse de certains sketchs.

Au bout de 28 ans de carrière, on est plus sûr de soi ou toujours aussi traqueur ?

Ce n'est pas du trac, mais j'ai le souci du travail bien fait et la volonté de ne pas décevoir le public sur la durée. D'où le fait de renouveler régulièrement mes spectacles. Celui que je présente, Sans modération, est à 85 % inédit. Mon big band a cédé la place à six multi-instrumentistes, et je m'y dévoile un peu.

Virginie Lemoine disait récemment, dans nos colonnes, que vous êtes "un cœur pur", quelqu'un de "fragile"...

Je ne suis pas si fragile que ça... (Il sourit.)

On vous perçoit surtout raisonnable, pas «bouffé» par le métier, gardant une grande place pour votre vie privée...

Publicité
C'est surtout que dans mon boulot ou ma vie personnelle, je m'amuse. Je ne suis pas un bourreau de travail ; la vie est courte, je veux profiter de mes amis et continuer à faire du ski tant que mes jambes me porteront ! Dans mon métier, j'aime aussi l'équilibre que procure la radio, le matin, et jouer en province...

Qu'est-ce qui fait que sur certaines voix - Jean-Marie Le Pen ou Jack Lang - vous pratiquiez l'imitation pure, alors qu'avec...

Lire la suite sur Téléstar

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :