A 53 ans, le chanteur Daniel Darc a été retrouvé mort à son domicile parisien. Une surdose d'alcool et de médicaments pourrait être à l'origine du décès.

"Darc dans le noir. Tristesse", c'est ainsi que le directeur marketing de son label Jive-Epic, Ludovic Guinnebert, a officialisé la mort de Daniel Darc. Une façon rock'n'roll de présenter le décès du chanteur de 53 ans, sans doute, d’après l'AFP, des suites d'une surdose d'alcool et de médicaments. Chanteur à succès dans les années 80 avec l'incontournable Cherchez le garçon  en 1981, le membre de Taxi Girl a multiplié tout au long de sa carrière les sorties de routes. Alcool, drogue et séjours en prison : l'adepte du punk n'avait pas de limites.

Après la dissolution d groupe Taxi Girl en 1986, celui qui n'avait pas hésité à se trancher les veines en plein concert pour provoquer son public, continue sa carrière en solo. Pas vraiment en odeur de sainteté dans l'industrie musicale durant des années, l'iconoclaste tatoué va connaitre une vraie traversé du désert jusqu'en  2004. Avec Crève Cœur, une des meilleures ventes d'album de l'année, Daniel Darc renoue avec le succès populaire et remporte même une Victoire de la musique.

Publicité
Ses problèmes d'addiction, son mal-être et une certaine philosophie punk de la vie le chanteur faisait toujours face avec sincérité dans ses interviews : "Sans le punk et l'écriture, je serais forcément mort ou en prison, parce que rien d'autre ne m'intéresse". Grand fan de Johnny Cash, Daniel Darc, qui était d'origine juive, s'était converti au protestantisme et essayait de rompre avec ses excès. La ferveur guidait les textes de ses derniers disques Amours suprêmes (2007) et La taille de mon âme (2011). Dans le premier, il chantait : "Quand je mourrai, j’irai au paradis/C’est en enfer que j’ai passé ma vie".

 

Publicité