Les Inrocks viennent d’enterrer Gérard Depardieu. Le magazine fait en effet sa Une avec « 1948-2013 c’était Depardieu », accompagnée d’un édito dans la même veine signé Audrey Pulvar. Une mise à mort qui suscite déjà de nombreuses réactions.

La Une des Inrocks de ce mercredi est consacrée à Gérard Depardieu et laisse à penser que l’acteur est décédé. C’est en tout cas le point de vue du magazine, pour qui les dérives de notre Gégé national ont visiblement signé son arrêt de mort, et qui termine d’achever l’acteur dans son édito. « Aux Inrocks, nous aimons Depardieu, l’acteur. Le génie. We love Gégé ! Nous avons décidé de le lui dire aujourd’hui, malgré notre désarroi devant ses dérives et parce qu'il est toujours mieux de se souvenir des belles choses… Ça aide, à faire son deuil » écrit Audrey Pulvar.

Une prise de position qui a aussitôt engendré de nombreuses réactions, notamment sur les réseaux sociaux. Sébastien Le Fol par exemple, éditorialiste au Figaro, parle d’une « exécution publique » et de « violence inouïe ». « Ce choix journalistique (peut-on encore qualifier ainsi cette exécution publique ?) exprime une vision pour le moins radicale du débat intellectuel : Tu n’es pas d’accord avec moi ? Ou bien tu la 'fermes' (dixit Philippe Torreton) ou bien je te tue (symboliquement). (…) Tant qu’il « pensait bien », la gauche bobo le considérait comme un acteur « sublime ». Désormais, à ses yeux, il n’existe plus » écrit-il.

Publicité
A la une de la presse depuis plusieurs semaines, Gérard Depardieu fait en effet beaucoup parler de lui depuis quelques temps : exil fiscal en Belgique, conduite en état d’ivresse, passeport russe, éloge de Poutine, permis de conduire belge… L’ardoise de l’acteur est, c’est vrai, chargée, mais pour une fois les commentateurs sont plus prompts à prendre sa défense : « Je suis pas un ardent défenseur de Depardieu, très loin s’en faut et je trouve qu’il a tort, mais là faut arrêter le délire », « Une sur Depardieu. Aujourd’hui en France, on tue virtuellement ceux qui ont en désaccord », « En un autre temps les Inrocks auraient plutôt titré Depardieu est bien vivant et il vous emmerde », « Les Inrocks incarnent la pire des gauches, je crois qu’ils vont supplanter Libération dans mes WC », « Les Inrocks (1986-2013) » peut-on lire sur Twitter.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité