Un linguiste américain s'est enregistré en train de lire une fable écrite en indo-européen commun, la langue considérée comme l'ancêtre de toutes les langues contemporaines. Un voyage dans le temps étonnant. 

© Wikimedia / Friedrich Kriehuber

C’est en 1868 qu’August Schleicher, un linguiste allemand, rédige une fable, celle du « cheval et du mouton », dans une langue totalement inconnue : l’indo-européen commun, parfois renommée proto-indo-européen. Ce dialecte est considéré par beaucoup comme la matrice de toutes les langues, puisque d’usage au sein des populations ayant vécu de 4500 à 2500 ans avant J.-C, bien avant, donc, le latin et le grec ancien. 

Cet écrit est d’ailleurs le seul support de travail pour les chercheurs, en raison de l’absence totale de preuve concrète démontrant l’existence de cette langue. Mais ceux-ci sont confiants, notamment Andrew Byrne, de l’university du Kentucky, dont le travail l’a mené à en reconstituer la phonétique, lui permettant de lire la flable à voix haute. Le linguiste s’est d’ailleurs enregistré et a posté le document sur internet, permettant aux internautes d’écouter cette langue peut être ancêtre de nombre de celles parlées à ce jour. 

Ecoutez l'enregistrement ici

Publicité
Francis Bacon, Descartes, Ludwik Lejzer Zamenhof et son Espéranto ou encore Johann Martin Schleyer et son "Volapük" : nombreux sont les savants, chercheurs et penseurs ayant rêvé d’une langue universelle qui permettrait la communication et l’échange entre tous. Désormais reléguée au rang ingrat de simple utopie, l’idée reste néanmoins toujours d’actualité auprès des linguistes, avec ce rêve un peu fou : découvrir la langue originelle. Une langue, plus ancienne encore que le latin ou le grec ancien, ancêtre d’une majeure partie du patrimoine linguistique contemporain. 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité