Le ministère de l'Intérieur a indiqué, ce vendredi dans un communiqué, qu'il étudiait les recours lui permettant d'interdire les spectacles de Dieudonné, suite aux multiples dérapages racistes et antisémites de l'humoriste.

Le ministère de l'Intérieur a précisé ce vendredi dans un communiqué qu'il étudiait "toutes les voies juridiques" pour interdire les "réunions publiques" de Dieudonné. Les propos de l'humoriste "n'appartiennent plus à la dimension créative mais contribuent [...] à accroître les risques de troubles à l'ordre public", insiste le message.

Dans ce même communiqué, Manuel Valls "condamme avec fermeté les propos racistes et antisémites de Dieudonné M'bala M'bala qui, après avoir visé le journaliste Frédéric Haziza, s'en prend désormais à Patrick Cohen, journaliste à FranceInter".

Dieudonné regrette les chambres à gaz

Un passage du one-man show de Dieudonné a été filmé récemment en caméra cachée par France Television. Sur l'extrait on peut notamment voir le comique glisser : "Tu vois, lui, si le vent tourne, je ne suis pas sûr qu'il ait le temps de faire sa valise. Moi, tu vois, quand je l'entends parler, Patrick Cohen, je me dis, tu vois, les chambres à gaz... dommage". Une sortie qui n'a pas manqué de faire rire les 200 spectateurs présents au théâtre de la Main d'or.

Publicité
L'annonce du ministère intervient quelques semaines après la polémique du geste initié par Dieudonné, la "quenelle" (la main droite posée sur l'épaule gauche et le bras droit tendu). L'humoriste a en effet porté plainte contre le président de la Licra (l'association de lutte contre le racisme et l'antisémitisme), Alain Jakubowicz, qui associait le geste de la "quenelle" que Dieudonné a popularisé "au salut nazi inversé signifiant la sodomisation des victimes de la Shoah".

Harlem Desir à propos de Dieudonné