Un habitant de la commune de Locquirec dans le Finistère a détruit des rochers classés pour avoir une vue imprenable sur la mer. Ce ne serait pas la première fois que l’individu passe à l’acte.

Selon le quotidien régional Ouest-France, un habitant de la commune de Locquirec a détruit ce weekend un pan de granit classé pour avoir une vue idéale sur la mer.

Trouvable seulement à Trébeurden dans les Côtes-d’Armor et dans quelques endroits épars sur le littoral du Finistère, cette roche unique, la pierre de Locquirec, est étudiée par les scientifiques. Peu de traces subsistent de ce granit gris vieux de 2 milliards d’années, il fait donc l’objet d’une protection par le Patrimoine naturel de France.

Cela n’a semble-t-il pas gêné l'homme qui, de jeudi à samedi dernier, a écrêté illégalement un pan de roche qui lui cachait la vue sur la mer. Durant trois jours, le bruit du marteau-piqueur a résonné dans la commune sans que les habitants devinent l’origine du vacarme. Ces derniers se sont rendus compte du forfait ce weekend, à l’occasion des Journées du Patrimoine.

À lire aussi - La grotte chauvet inscrite au "patrimoine mondial"

Récidiviste

L’homme n’en est pas à sa première tentative. En 2013, il avait tenté de se débarrasser d’un autre rocher mais avait été arrêté à temps par l’association Dour Ha Douar, soucieuse du respect de l’environnement et du patrimoine. Pour éviter d’être de nouveau gêné, l’individu a cette fois-ci procédé à la destruction du rocher depuis sa propriété, à l’abri de sa palissade en bois.

La mairie lui avait accordé une autorisation de travaux en septembre dans laquelle était mentionné qu’il ne pouvait pas toucher aux roches de Locquirec. Avertis, les élus ont pris lundi matin un arrêté suspensif des travaux et ont déposé une plainte auprès du procureur de la République.

Publicité
La même association qui s’était insurgée contre la première tentative proposait ce weekend, une promenade à la découverte de ce granit transformé en orthogneiss. Après la découverte des dégâts, des habitants ont déposé pour la journée une plaque symbolique portant l’épitaphe suivante : "Ici destruction de patrimoine".

Vidéo sur le même thème - Les journées européennes du Patrimoine