Selon une nouvelle stratégie de Canal +, le programme des "Guignols" ne sera plus diffusé en clair. Il s'agit pour la chaîne de rendre ses abonnements plus attractifs.

Canal + a prit sa décision: "Les Guignols de l'info" ne disparaitront pas. Le programme phare des années 80 passera en "crypté" dès la rentrée de septembre prochain. La direction de la chaîne cherche ainsi à "donner plus de valeur aux abonnements".

Alors qu'une pétition avait circulé au début de l'été dans le but de sauver "Les Guignols", la chaîne a finalement démenti toute volonté d'empêcher leur diffusion. "Nous considérons que c'est une pépite et nous voulons donc développer son exposition. Il n'a jamais été question de les faire disparaître", a déclaré Maxime Saada, le directeur général de la chaîne dans une interview accordée au Figaro. En effet, l'AFP rapporte que "Les Guignols" conserveront leur budget de 17 millions d'euros. Ils seront également diffusés en clair à la télévision le dimanche ainsi que sur le site Internet de Dailymotion. Une faible compensation pour les nombreux Français qui avait l'habitude, chaque jour, de regarder l'émission des "Guignols".

Une nouvelle grille de programme

Le patron de Canal +, Vincent Bolloré, avait déclaré en février sur France Inter, qu'il préfére que "Les Guignols" soient "plus dans la découverte que dans la dérision". "Parce que parfois, c'est un peu blessant ou désagréable", avait-il même ajouté. L'actionnaire principal de Vivendi a donc demandé à Maxime Saada "d'impulser une nouvelle ambition pour les contenus de Canal +".

Publicité
Une nouvelle ambition qui se traduira par le remaniement des "Guignols" mais aussi par des changements d'animateurs et de nouveaux programmes. De cette manière "Le Grand Journal" devrait être animé par Maitena Biraben, tandis qu'Antoine Decaunes disposera de sa propre émission. De même que "Les Guignols", le magazine "L'Effet Papillon" passera en crypté et "Le Petit Journal" de Yann Barthes devrait être rallongé.

Vidéo sur le même thème : Connasse de Canal+ : la réponse de Camille Cotin aux critiques de Florence Foresti 

Publicité
Publicité