Bertrand Cantat offre aujourd'hui un avant-goût de son nouvel album à paraître le 18 novembre prochain, et dont mélancolie et repentir semblent les mots d'ordre. C'est dans une mise en scène, une plume et un arrangement minimalistes, à contrepied évident de son passé de rockeur révolté, que le chanteur semble désormais évoluer. Cette livraison est l'occasion d'un retour aussi subtil qu'imagé sur ses années noires. 

Capture d'écran du clip. © Barclay/VEVO

Regard éreinté, traits tirés, teint pâle, barbe et cheveux broussailleux. Ce nouveau morceau met en scène, dans un minimalisme affiché, toute la mélancolie d’un homme ne semblant pas prêt à laisser fuir son passé plus que sulfureux. L'Homme Pressé de Noir Désir semble désormais avoir laissé la place à un personnage plus calme, plus posé, tentant de pourfendre son passé d'un verbe juste et sensible. Un passé toujours aux trousses du chanteur. 

Un minimalisme fragile 

 Intitulée "Droit dans le soleil", cette nouvelle composition se veut un retour subtil sur la décennie désastreuse du chanteur, qui ponctue son texte de références plus ou moins dissimulées à une défunte ("L’acier et les ombres qui marchent à tes côtés"), certainement Kristina Rady, sa femme décédée il y a quelques mois. Une méditation également sur sa vie d’artiste ("tous les jours on retourne la scène, geste fauve au milieu de l’arène."), peut être métaphore de ses démêlés judiciaires et de sa discorde publique suite à sa condamnation, qui confère au morceau une allure autobiographique discrète et imagée. La composition, lancinante, minimaliste et mélancolique, accords mineurs simples épaulés d’une nappe de contrebasse lente et discontinue, s’accorde en toute cohérence à la voix tremblante de l’artiste. 

Une balade folk aux allures baroques, mise en image par un photographe du nom de Rod Maurice. Une mise en scène modeste qui voit Bertrand Cantat assis sur un banc, au milieu d’une prairie, évoluer aux côtés de son contrebassiste. L’utilisation d’un pupitre par le chanteur semble par ailleurs renforcer cette image de fragilité, d’insécurité, que l’homme dévoile quatre minutes durant. 

Aller de l’avant 

C’est un passé bien trop douloureux que l’artiste semble ici tenter d’exorciser. Un plaidoyer doux et subtil, ode à un amour disparu, balade à plusieurs vies détruites, empreinte d’un espoir certain : toujours regarder "Droit vers le soleil". 

Publicité
Un pardon que le public ne semble pas encore prêt à accorder. A quelques semaines de la sortie de son nouvel album, avancée d’une semaine par Barclay, celui-ci possède encore un certain grief à l’encontre du chanteur. En effet, France TV info déclare que selon un sondage BVA – "Le Parisien / Aujourd’hui en France", plus de trois quarts des français (76%) possèdent de lui une image négative. Une discorde qui laisse présager un retour délicat sur le devant de la scène. 

Publicité