Vidéos à la une
L'ancienne présidente argentine une nouvelle fois entendue par la justice pour une affaire de Corruption. Cristina Kirshner est soupçonnées d'avoir encaissé des dessous-de-tables versés par des entreprises de BTP alors qu'elle était sénatrice et son défunt mari président. Mise en cause dans deux autres dossiers similaires, l'ex-présidente se dit victime d'une persécution judiciaire et médiatique sans précédent.
Vidéos Argent/Bourse
L'ancienne présidente argentine Cristina Fernandez a été inculpée ce vendredi pour préjudice à l'Etat. Elle est accusée d'avoir ordonné une opération de spéculation sur les taux de change menée par la Banque centrale dans les derniers mois de son mandat en 2015. La décision du juge a été publiée sur le site Internet de la Cour suprême. Le magistrat a prononcé les mêmes poursuites à l'encontre de son ancien ministre de l'économie Axel Kicillof et de l'ex-président de la Banque centrale Alejandro Vanoli. Le nouveau président, de centre-droit, Maurico Macri, a lui été élu sur la promesse d'abandonner le contrôle des changes qui étouffe selon lui l'économie du pays. Argentine ex-leader charged with fraud https://t.co/22roaQMKVT- BBC News (World) (@BBCWorld) May 14, 2016 Ex-Argentine leader Fernandez indicted in central bank case https://t.co/qUZ55LW0Xi pic.twitter.com/2XqxX4aJYu- Reuters Top News (@Reuters) May 14, 2016
Vidéos à la une
Les Argentins votent ce dimanche pour élire leur président. Un jour qualifié d''historique' par le candidat libéral Mauricio Macri qui a accompli son devoir de citoyen dans une école de Buenos Aires. En tête dans les sondages, le maire de la capitale, 56 ans, a promis une rupture avec la politique protectionniste menée par Cristina Kirchner. Face à lui, Daniel Scioli, 58 ans, soutenu par la coalition de gauche de la présidente sortante se présente comme le défenseur des plus démunis et des aides sociales. Pendant la campagne, il s'est érigé contre le 'capitalisme sauvage' que prônerait selon lui son adversaire. Le redressement de l'économie apparaît dans les deux camps comme une priorité. Cet apparatchik est perçu comme l'homme de la continuité, ce qui semble jouer en sa défaveur. Quelle que soit l'issue du scrutin, un long chapitre de douze ans de présidence Kirchner se referme avec Nestor d'abord puis avec Cristina. Le nouveau président prendra ses fonctions le 10 décembre.
Vidéos à la une
Dimanche aura lieu le premier tour de l'élection présidentielle en Argentine. Les sondages donnent favori Daniel Scioli, soutenu par Cristina Kirchner, qui ne peut pas briguer de troisième mandat.
Vidéos à la une
Dimanche aura lieu le premier tour de l'élection présidentielle en Argentine. Les sondages donnent favori Daniel Scioli, soutenu par Cristina...
Vidéos à la une
La présidente de l'Argentine, Cristina Kirchner, a été blanchie par un juge après les accusations du procureur Alberto Nisman, mort dans des circonstances troubles. Ce dernier avait accusé le pouvoir d'avoir couvert des dirigeants iraniens soupçonnés d'être à l'origine de l'attentat antisémite contre une mutuelle juive en 1994.
Vidéos à la une
Antonio Stiuso est déjà impliqué dans un vaste scandale qui éclabousse le gouvernement et l'a poussé à fuir le pays. Mais Buenos Aires ne donne aucune information sur la nature des produits de cette contrebande. 'De 2013 à aujourd'hui, 77 importations ont eu lieu - pour un total de 94 000 kilos - que nous qualifions de contrebande parce qu'elles n'ont jamais été destinées au siège de l'agence, ni à aucune autre fonction du renseignement ' explique Oscar Parrilli, l'actuel patron des services secrets. Dans le collimateur de la majorité, Stiuso aurait fourni des informations compromettantes au procureur Nisman, abattu le mois dernier. Ce procureur enquêtait sur l'attentat contre le centre juif de Buenos Aires qui avait fait 85 morts en 1994. Et d'après Stiuso, la présidente argentine Cristina Kirchner aurait couvert l'implication de l'Iran dans cette attaque en échange de contreparties économiques.
Vidéos à la une
La présidente argentine est soupçonnée d'avoir couvert Téhéran dans l'enquête sur l'attentat antisémite qui avait fait 85 morts le 18 juillet 1994. Un procureur de Buenos Aires a transmis ces accusations à un juge, qui doit maintenant décider si une procédure judiciaire doit être ou non lancée contre Cristina Kirchner. Le procureur a repris à son compte les accusations formulées par son prédécesseur Alberto Nisman, dont le corps a été retrouvé dans son appartement, le 18 janvier dernier, une balle dans la tête et un pistolet à ses côtés. Quatre jours avant sa mort, le magistrat expliquait à la télévision être convaincu que le gouvernement avait cherché à entraver l'enquête sur l'attentat de 1994 pour protéger des personnalités iraniennes dans l'espoir de faciliter les relations commerciales avec Téhéran.
Vidéos à la une
Suicide suspect, espionnage, politique, tous les ingrédients sont présents en Argentine dans l'affaire du procureur Nisman, retrouvé mort il y a quatre jours. La thèse du suicide, confirmée par l'autopsie, laisse toujours les Argentins perplexes. Le procureur Alberto Nisman venait de demander à un juge l'ouverture d'une enquête contre la présidente argentine. Selon lui, Cristina Kirchner aurait tenté d'entraver l'enquête sur un attentat en 1994 contre une mutuelle juive. Nisman se basait sur les révélations de deux hommes, des espions gouvernementaux. Mais Jorge Capitanich, un responsable du gouvernement, affirme que les deux hommes n'étaient pas des espions, concluant que Nisman avait construit son dossier sur de fausses informations. Pourquoi la présidente Kirchner aurait-elle saboté l'enquête ? Pour ménager Téhéran, pensait Nisman, pour préserver les échanges commerciaux avec l'Iran. L'ex-femme de la victime ne croit pas au suicide. En particulier parce qu'aucun résidu de poudre n'a été retrouvé sur la main qui tenait l'arme.
Vidéos à la une
Suicide suspect, espionnage, politique, tous les ingrédients sont présents en Argentine dans l'affaire du procureur Nisman, retrouvé mort il y a quatre jours. La thèse du suicide, confirmée par l'autopsie, laisse toujours les Argentins perplexes. Le procureur Alberto Nisman venait de demander à un juge l'ouverture d'une enquête contre la présidente argentine. Selon lui, Cristina Kirchner aurait tenté d'entraver l'enquête sur un attentat en 1994 contre une mutuelle juive. Nisman se basait sur les révélations de deux hommes, des espions gouvernementaux. Mais Jorge Capitanich, un responsable du gouvernement, affirme que les deux hommes n'étaient pas des espions, concluant que Nisman avait construit son dossier sur de fausses informations. Pourquoi la présidente Kirchner aurait-elle saboté l'enquête ? Pour ménager Téhéran, pensait Nisman, pour préserver les échanges commerciaux avec l'Iran. L'ex-femme de la victime ne croit pas au suicide. En particulier parce qu'aucun résidu de poudre n'a été retrouvé sur la main qui tenait l'arme.
Vidéos à la une
BUENOS AIRES - 14 juillet 2014 - L'Argentine a certes été battue par l'Allemagne en finale du Mondial, le pays n'a pas pour autant renoncé à célébrer son équipe. Lundi, des dizaines de milliers de personnes se sont réunis à Buenos Aires pour féliciter les 23 joueurs et leur sélectionneur Alejandro Sabella. Ils se sont ensuite rendus en bus au centre d'entraînement de la fédération argentine, où la présidente du pays, Cristina Kirchner les a rejoints. "Beaucoup d'Argentins sont avec nous aujourd'hui, dehors, qui disaient au départ que notre équipe ne valait pas grand chose", a dit la présidente, "mais aujourd'hui, ils vous soutiennent parce que vous avez su les faire taire. En vérité, vous avez réduit au silence ceux qui ne croyaient pas en vous et leur avez montré que grâce au courage, à l'esprit d'équipe, à la passion, en donnant tout sur le terrain, vous avez triomphé." L'attaquant star de l'équipe argentine, Lionel Messi, a pris la parole, encore très abattu: "J'aurais aimé vous rapporter la Coupe et fêter cela. Nous avons essayé, nous avons tout donné, mais nous avons échoué. Mais je crois malgré tout, que nous avons apporté beaucoup de joie à notre pays. Aller en finale, affronter notre adversaire face-à-face, nous ne nous sommes pas laisser faire. Nous avons été là-bas avec beaucoup de doutes mais nous sommes devenus plus forts. Nous sommes devenus une équipe extraordinaire, unie, nous menant jusqu'à la finale. Nous allons continuer à travailler et nous espérons apporter encore davantage de joie à notre pays". L'Argentine a perdu pour la quatrième fois d'affilée contre l'Allemagne: deux finales (1990 et 2014) et deux quarts de finale (2006 et 2010).
Vidéos à la une
La présidente argentine Cristina Kirchner essuie une revers de taille lors des élections de mi-mandat. Ces législatives partielles ont notamment vu la victoire de son ancien chef de cabinet,...
Vidéos à la une
La présidente va devoir compter avec cet homme qu’elle connaît bien. Sergio Massa, son ex-directeur de cabinet devenu un de ses opposants a remporté avec une large avance les sièges de...
Vidéos à la une
Les Argentins étaient appelés aux urnes dimanche pour renouveler la moitié des sièges de députés et un tiers du Sénat. Un scrutin de mi-mandat qui pourrait fragiliser la présidente Cristina...
Vidéos à la une
Cristina Kirchner va poursuivre sa convalescence chez elle. Elle a été opérée mardi dernier à Buenos Aires d’un hématome sous-dural au cerveau consécutif apparemment à une chute. Elle va...
Vidéos à la une
Cristina Fernandez de Kirchner a été opérée avec succès. La présidente argentine récupère tranquillement après avoir été hospitalisée pour un hématome sous-dural au cerveau. Devant...
Vidéos à la une
Les Argentins étaient appelés aux urnes ce dimanche pour des primaires en vue des législatives de mi-mandat prévues en octobre. Chaque parti ne présentant qu’un seul candidat, ce scrutin a...
Publicité