Vidéos A la une
'Une usine fermée est une usine occupée', le slogan est signé du gouvernement vénézuélien qui a mis ce lundi ses menaces à exécution en prenant possession du site de l'entreprise américaine Kimberly-Clark. Celle-ci avait annoncé la cessation de ses activités, samedi, faute de devises pour acheter les matières premières. Avertissement lancé aux autres entreprises étrangères Nicolas Maduro a fait redémarrer les machines et averti toute autre entreprise tentée par la fermeture qu'elle subirait le même sort. Le Venezuela connaît une grave crise économique depuis la chute des cours du pétrole, dont il tire l'essentiel de ses revenus. Près de 80% des produits de première nécessité sont désormais quasi-introuvables, selon des organismes privés. Le pays est, en outre, plongé dans une profonde crise politique. L'opposition, majoritaire au Parlement depuis les dernières élections législatives, réclame la tenue d'un référendum pour révoquer le président Maduro.
Vidéos A la une
La délivrance pour des milliers de Vénézuéliens. Ils ont franchi la frontière colombienne, qui a été ouverte temporairement pour leur permettre de s'approvisionner en produits de première nécessité. Nourriture, médicaments, savon, papier toilette... Autant de produits que les Venezueliens peinent à trouver actuellement à cause de la crise économique et des pénuries qui frappent leur pays. 'J'ai pleuré à la frontière en voyant cette foule. C'est incroyable de voir tous ces Venezueliens venir ici pour acheter des choses qu'on ne peut pas se procurer chez nous. Chaque jour, il y a de moins en moins de choses.'' Certains ont roulé des heures pour arriver jusqu'à la frontière. Ici, les produits coûtent certes plus chers, en raison de la dévaluation du bolivar vénézuélien. Mais il n'y a pas le choix. 'C'est un soulagement de pouvoir trouver des produits, des médicaments qu'on ne peut pas se procurer chez nous.'' 'On n'a pas de nourriture, pas d'huile, pas de farine au Venezuela. C'est la raison pour laquelle on vient ici.'' Plus de 35.000 Venezueliens auraient profité de cette ouverture temporaire de la frontière pour venir faire leurs courses en Colombie, selon Bogotá. Une frontière qui avait été fermée unilatéralement il y a près d'un an par Caracas suite à un incident diplomatique.
Vidéos A la une
Le Venezuela fait face à de nombreuses pénuries. Avec la chute des cours du pétrole, le pays s'enfonce de plus en plus dans la crise. L'électricité est coupée quatre heures chaque jours et les fonctionnaires ne travaillent plus que le lundi et le mardi. L'opposition espère organiser un référendum pour obtenir la démission du président. Pour cela, elle a lancé une pétition.
Vidéos A la une
Pour répondre au problème des cours trop bas qui touche les agriculteurs, Manuel Valls doit recevoir lundi les patrons de la grande distribution. Mais dans le Sud-ouest, des solutions se mettent déjà en place pour améliorer la situation. Une trentaine d'éleveurs de porcs ont choisi de vendre une partie de leur production en circuit court, avec un prix négocié bien plus intéressant que celui fixé au niveau national.
Vidéos A la une
Frédéric Joli, porte-parole du CICR en France, invité de LCI pour parler de la crise humanitaire à Madaya en Syrie, ne "pense pas qu'on puisse imaginer pire dans ces circonstances-là, avec en plus un hiver qui se renforce". L'arrivée des renforts humanitaires "ne pourra pas suffire. Il faut pouvoir revenir régulièrement pour assister ces milliers de personnes", affirme-t-il.
Vidéos A la une
Fini les vacances en Corse, Nicolas Sarkozy a renoué avec le terrain mercredi. Le président des Républicains a choisi de visiter l'exploitation agricole du village de Saint-Privé dans l'Yonne. En pleine crise porcine, il a déclaré : "Nous avions en 2011 baissé les charges, Hollande a supprimé cela pour des raisons idéologiques".
Vidéos A la une
La concurrence européenne pèse lourd sur l'agriculture française. Même si nos voisins vendent leur viande de porc dix centimes moins chère, en Allemagne, les agriculteurs aussi connaissent la crise. À Kehl dans cette exploitation familiale, on résiste, mais le danger rode, surtout que la qualité a moins d'importance qu'en France.
Vidéos A la une
Depuis plus d'un mois, les agriculteurs multiplient les actions pour sensibiliser l'opinion publique à leurs difficultés budgétaires. Ceux-ci traversent actuellement une triple crise : les prix de vente de la viande, des céréales, et du lait sont inférieurs aux coûts de production. Beaucoup sont déficitaires. La grande distribution, les abattoirs, mais aussi l'Europe seraient la cause de ces problèmes. L'Europe, où les quotas de production ont été supprimés, les prix libéralisés, mais où les règles diffèrent d'un pays à l'autre. Pour assurer un meilleur équilibre, François Hollande a plaidé ce dimanche " pour un gouvernement de la zone euro ". Reprenant l'idée de Jacques Delors, l'ex-patron de la Commission européenne, il souhaite y ajouter un budget spécifique, ainsi qu'un Parlement pour en assurer le contrôle démocratique.
Vidéos A la une
Afin de répondre au cri d'alarme des agriculteurs, la grande distribution lance dès lundi un label " Viande de France ". François Hollande a d'ores et déjà appelé les Français à acheter les produits signalés par ce nouveau logo. Il devrait aider les consommateurs à acheter davantage français. Dans les commerces, beaucoup de clients sont réticents à porter une fois de plus la main au porte-monnaie.
Vidéos A la une
Au lendemain d'une victoire historique en Grèce, la chancelière allemande, Angela Merkel, s'est rendu à l'Élysée pour rencontrer François Hollande. "La perspective d'un Grexit s'éloigne un peu même s'il faut rester prudent", affirme notre envoyée spéciale, Valérie Nataf.
Vidéos A la une
Cette semaine dans business weekly, gros plan sur les produits alimentaires. Nous pourrions bientôt payer plus chers certains de nos produits préférés comme l'huile d'olive. Des hausses de prix dues à des conditions météorologiques inhabituelles en Europe et aux invasions d'insectes. Et les consommateurs ne seraient pas les seuls touchés. La pénurie d'huile d'olive pourrait signifier un nouveau coup dur pour les économies du sud de l'Europe déjà en difficulté . Si le prix de l'huile d'olive risque d'augmenter, le chocolat lui pourrait tout bonnement disparaître Nous consommons trop vite et la production de cacao ne suit plus. En Hongrie, les citoyens pourraient eux ne plus acheter ni huile ni chocolat. En cause, une loi débattu au Parlement et qui vise la grande distribution.
Vidéos A la une
Près de Beit Lahiya, une canalisation d'eau a été éventrée, détruite par un raid israélien. Cette zone rouge est située tout près de la frontière israélienne, elle est très dangereuse et sous la pression des tirs de roquette du Hamas et des tirs de Tsahal. 'Il faut vite se rendre dans un endroit plus sécurisé', estime un employé d'une société de distribution de nourriture située dans une localité voisine. Son entreprise, jusque-là prospère, est désormais à l'arrêt. Plus d'électricité. Le groupe électrogène a rendu l'âme après des frappes israéliennes. Il n'est plus possible de conserver les produits au frais, la nourriture notamment des légumes est en train de pourrir. 'Nous sommes énormément touchés, mais en Israël aussi, car on exporte tous nos produits chez eux. Comment va-t-on faire avec toute cette nourriture ? On n'a plus de frigos, plus rien qui fonctionne. Comment pouvons-nous encore distribuer ces produits pendant la guerre ? ', s'alarme cet employé. Lui et ses collègues tentent malgré tout de sauver ce qui peut l'être et de distribuer certaines denrées sur fond d'hostilités qui redoublent. 'Peu confiants dans l'issue proche des tractations internationales, la population de Gaza s'apprête donc à affronter une nouvelle phase du conflit. Et nul ne peut prédire combien de temps elle pourra supporter les pénuries qui vont croissant à mesure que les frappes s'intensifient. A Gaza, Valérie Gauriat, Euronews'.
Vidéos A la une
La police de Shanghaï a arrêté cinq personnes dans le cadre d'une enquête sur un fournisseur chinois accusé d'avoir vendu à ses clients de la viande avariée à ses clients parmi lesquels McDonald's et Yum Brads, la maison-mère de KFC et Pizza Hut. Ces marques ont dû retirer des produits de la vente après la diffusion d'un reportage télévisé dans lequel on voit des employés de leur fournisseur Shanghaï Husi Food ramasser de la viande à même le sol et mélanger ensuite des produits avariés avec des produits frais. L'agence chinoise de contrôle de la qualité a placé sous scellés plus de 1.000 tonnes de viande.
Vidéos A la une
Non à la spéculation sur les prix des produits alimentaires. C’est le message porté par un groupe d’ONG devant le Parlement européen. Ils pointent du doigt les agrocarburants, grands...
Vidéos A la une
L’Egypte est empêtrée dans les troubles socio-économiques depuis deux ans et demi. Le renversement du président Mohammed Morsi rime avec nouvelle période de transition et donc nouvelles incertitudes. Cette situation pèse sur l‘économie du pays, déjà fragile. Une crise qui gagne chaque jour de...
Vidéos A la une
La situation humanitaire est alarmante en République centrafricaine, et la communauté internationale se mobilise peu. Le Programme Alimentaire Mondial a toutefois décidé de renforcer sa...
Publicité