Vidéos à la une
La deuxième boîte noire de l'Airbus A320 de la compagnie allemande low cost Germanwings, qui s'est écrasé le 24 mars dans les Alpes-de-Haute-Provence, a été retrouvée ce jeudi.
Vidéos à la une
Une semaine après le crash de l'A320 de Germanwings dans les Alpes-de-Haute-Provence, les proches des victimes arrivent encore sur les lieux du drame. Des habitants du village Le Vernet continuent de se mobiliser pour accueillir les familles endeuillées. Elles peuvent compter sur le soutien des villageois, qui prennent le temps d'établir un lien avec elles. "C'est important pour nous de savoir que ce ne sont pas seulement des parents de victimes, mais le papa d'Arnaud ou la maman de Gabriella", explique Joëlle Balique, épouse du maire du Vernet. La plupart des familles envisagent de revenir plus tard dans la région afin de se recueillir sur les lieux du crash, aujourd'hui sécurisés pour les besoins de l'enquête.
Vidéos à la une
Bernard Bartolini, le maire de Prads-Haute-Bléone a rencontré la famille du copilote à l'origine du crash de l'A320. Le père du copilote "effondré, complètement abattu (...) porte sur son dos toute la responsabilité de ce drame", a déclaré le maire de Prads-Haute-Bléone sur BFMTV.
Vidéos à la une
Une stèle a été dressée face à la montagne où a eu lieu le crash de l'A320 de Germanwings. Un message inscrit en français, allemand et espagnol y a été gravé, à la mémoire des 150 victimes de la catastrophe aérienne. Depuis jeudi, les familles des disparus mais aussi des habitants et anonymes s'y recueillent. Nombre d'entre eux y déposent des fleurs, des bougies ou encore des photos des disparus.
Vidéos à la une
Les proches des victimes du crash de l'A320 se sont rendus jeudi sur le site de la catastrophe, qui a fait 150 morts. Au total, 201 personnes, dont 33 proches des membres d'équipage, étaient présentes, selon un porte-parole de la Lufthansa. Certaines familles devaient passer la nuit près de Marseille, d'autres ne sont restées que quelques heures dans la région avant de rentrer en Allemagne ou en Espagne. Les habitants de Seyne-les-Alpes ont fait preuve de beaucoup de générosité pour aider, chacun à leur manière, les familles des victimes.
Vidéos à la une
Selon de nouvelles révélations basées sur les enregistrements sonores de l'une des boîtes noires de l'Airbus de la Germanwings, qui s'est crashé mardi en France, l'un des pilotes serait resté coincé hors du cockpit, avant l'accident. Une information qui ouvre la voie à l'hypothèse du suicide du pilote aux commandes de l'appareil. Si ces informations se précisent, "le pilote n'a rien pu faire pour revenir pendre les commandes", explique Jean-Claude Bück, ancien commandant de bord chez Air France. "Dans le temps on aurait pu défoncer la porte avec une hache", ajoute l'ex-président de l'Académie Air et Espace. Mais elles sont désormais blindées. Contrairement aux longs courriers où les WC sont dans le cockpit, "sur les moyens courriers, un pilote qui veut aller aux toilettes doit sortir cockpit", précise-t-il.
Vidéos à la une
Invités jeudi matin sur RMC et BFMTV, Daphné Desrosiers, pilote de ligne et Jean-Paul Troadec, ancien directeur du BEA sont revenus sur l'une des hypothèses du crash de l'A320 selon laquelle l'un des pilotes n'aurait plus eu accès au cockpit avant l'accident. " Le pilote a un switch qui peut refuser l'accès au poste de pilotage. C'est dans un but préventif d'acte illicite. Il y a également des caméras pour savoir qui demande l'accès au poste", a expliqué la pilote. "Il n'y a pas de moyen de communication avec le sol à partir de la cabine passager. Il n'y a pas de poste de radio et les appareils smartphones n'ont pas de contact à cette altitude", a précisé Jean-Paul Troadec.
Vidéos à la une
François Hollande a assuré mercredi à Seyne-les-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), près du lieu du crash de l'A320 de Germanwings, que "tout sera mis en oeuvre" pour "retrouver, identifier et remettre aux familles" les corps des victimes de cette catastrophe. "J'assure ici que tout sera mis en oeuvre pour que nous puissions retrouver, identifier et remettre aux familles des victimes les corps", a déclaré le président de la République aux côtés de la chancelière allemande Angela Merkel et du chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy.
Vidéos à la une
Le Président François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel sont arrivés à Seyne-les-Alpes, non loin du lieu du crash de l'avion A320 de Germanwings, mercredi en début d'après-midi. Ils sont arrivés en hélicoptère peu après 14H00 après avoir survolé la zone du drame. Ils ont été rejoints par le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, arrivé lui par la route.
Vidéos à la une
Bernard Cazeneuve a expliqué que l'on ne pouvait pas écarter l'hypothèse terroriste pour expliquer le crash de l'A320 de Germanwings. "Ce n'est pas l'hypothèse privilégiée mais il faut laisser l'enquête se déployer", a déclaré le ministre de l'intérieur, interrogé par BFMTV à la sortie du conseil des ministres mercredi. "Aussi longtemps qu'il n'y a pas de certitude il faut être prudent", a-t-il ajouté.
Vidéos à la une
Invité mercredi sur BFMTV et RMC, Alexandre Gries, pilote sur A320, a envisagé quelques-unes des nombreuses raisons qui pourraient être à l'origine du crash de l'A320 de la compagnie Germanwings, qui s'est écrasé mardi dans le sud des Alpes. "Plusieurs scénarios sont envisageables à ce stade. Il faut que la cabine soit pressurisée. Si l'avion dépressurise, il convient de descendre rapidement. Vous pouvez aussi avoir des émanations de fumée en cabine. Toutes ces situations amènent à se poser rapidement", a-t-il expliqué. Concernant une intrusion éventuelle dans le poste de pilotage il estime que "rien ne peut être exclu à ce stade".
Vidéos à la une
Sébastien Giroux a vu l'A320 de Germanwings en train de perdre de l'altitude, juste avant le crash. "Il n'y avait pas de fumée, rien d'autre, mais vu l'altitude qu'il avait, il ne pouvait pas passer les montagnes, c'était impossible", explique-t-il. "C'est impressionnant, on n'a pas le temps de réaliser", commente cet employé d'une scierie de à Prads-Haute-Bleone, dans les Alpes-de-Haute-Provence.
Publicité