Vidéos A la une
L'analyse des deux boîtes noires, croisée avec des relevés sur les lieux du crash et l'expérience des enquêteurs, permet de "privilégier fortement" l'hypothèse d'un attentat à l'origine du crash de l'avion russe en Egypte, a annoncé vendredi une source proche de l'enquête.
Vidéos A la une
Selon notre consultant aviation, Jean Serrat, "le commandant de bord aurait eu le temps d'envoyer un message à Charm el-Cheik, pour dire: 'j'ai un problème technique', sans aller au-delà, en demandant de revenir". "Et on le perd de vue", a-t-il indiqué ce samedi soir sur BFMTV.
Publicité