Vidéos A la une
Le calme après la tempête ? Pas vraiment. Dans le nord-est des États-Unis, les habitants entendent plutôt faire les fous dans la neige, trop heureux de pouvoir enfin sortir de chez eux. Jonas a frappé la côte Est des États-Unis vendredi. Pendant 36 heures, des quantités incroyables de neige sont tombées sur une dizaine d'États. Ici, à Washington, un manteau blanc d'une cinquantaine de centimètres a recouvert tout le paysage. Alors dès dimanche, petits et grands en ont profité pour sortir les luges. Et pour ceux qui n'en ont pas, aucun problème, un carton fait tout aussi bien l'affaire. D'autres ont préféré se livrer à des activités plus bagarreuses. Une bataille de boules de neige géante a notamment été organisée dans la capitale américaine. Les habitants de Baltimore ont eu la même idée et ils s'en sont donné à coeur joie. Jonas a par ailleurs eu des conséquences dramatiques. 25 personnes ont trouvé la mort ce weekend, dans cette tempête historique.
Vidéos A la une
Elle promettait d'être d'une ampleur historique, la tempête Jonas n'a pas failli à sa réputation. Depuis vendredi, la côte Est des États-Unis est entièrement paralysée par des chutes de neige incessantes. Et le bilan humain de ces intempéries s'alourdit d'heure en heure. Au moins 18 personnes ont perdu la vie, principalement dans des accidents de la route. Résultat, les autorités ont pris des mesures drastiques. Comme ici à New York où la circulation routière est proprement interdite, forçant les New-yorkais à user de moyens de locomotion peu communs. Car en dépit des consignes de prudence, les 64 cm de poudreuse qui se sont déversés sur Central Park n'ont pas manqué d'attirer une foule hétérogène désireuse de s'exercer aux sports de glisse. Alors qu'au même moment à Washington, Tian Tian, le panda géant du zoo, se roulait avec délice dans cette abondance de neige.
Vidéos A la une
Avec des vents soufflant jusqu'à 215 km/h, Joaquin s'est abattu sur les Bahamas. L'ouragan de catégorie 4 sur une échelle de 5, a frappé l'archipel vendredi et se dirige désormais vers le nord-est, au large des États-Unis. Maisons détruites, arbres arrachés, routes inondées, les dégâts sont considérables. Par ailleurs, les garde-côtes américains recherchent toujours un cargo disparu dans la tempête avec 33 personnes à bord. Piégé par Joaquin, le navire n'a plus donné de nouvelles depuis jeudi matin, quand il a mentionné une perte de propulsion et une entrée d'eau, alors maîtrisée. Samedi, Joaquin a perdu en intensité et a été rétrogradé en tempête tropicale. L'est des États-Unis reste pourtant sur le qui-vive. Des vents violents et de puissants orages risquent de balayer ce weekend toute la côte est, de la Géorgie jusqu'à New York.
Publicité