International
Une étudiante de 20 ans fait partie des survivants du séisme qui a frappé l'Italie la semaine dernière. Elle avait également survécu au naufrage du paquebot de croisière Costa Concordia, en janvier 2012.
Vidéos A la une
En Italie, le procès en appel de l'ancien commandant du Costa Concordia s'est ouvert ce jeudi matin à Florence. Francesco Schettino avait été condamné en première instance à 16 ans de prison pour homicides involontaires, abandon de navire et dommages à l'environnement. Celui que les médias italiens surnomment 'le capitaine couard' n'était pas présent à l'audience, invoquant des 'motifs personnels' et souhaitant éviter la 'surexposition médiatique' dont il avait fait l'objet lors du premier procès. Francesco Schottino est le seul accusé du naufrage du paquebot de croisière 'Costa Concordia', qui avait fait 32 morts près des côtes toscanes en janvier 2012. La compagnie Costa Croisières avait échappé en avril 2013 à des poursuites pénales au terme de négociations qui avait abouti à une condamnation pour responsabilité administrative d'une amende d'un million d'euros.
Vidéos A la une
Il y a quatre ans, le Costa Concordia s'était échoué près de la toscane, faisant 32 morts. Un photographe allemand a pu pénétrer à l'intérieur du paquebot laissé à l'abandon pendant vingt mois. L'épave est envahie par les plantes marines, le faste de ce palace des mers n'est plus qu'un lointain souvenir. Le bateau est détruit de l'intérieur.
Vidéos A la une
L'épave du Costa Concordia a entamé une traversée du port de Gênes, pour atteindre le quai où l'attend la dernière étape de son démantèlement. Un trajet d'une douzaine d'heures pour parcourir une vingtaine de kilomètres seulement. Il aura fallu deux ans et demi de travaux pour démanteler en partie ce géant d'acier de près de 300 mètres de long. Plus de 5 700 tonnes de matériaux ont été extraits lors de cette première phase, qui aura coûté près d'un milliard et demi d'euros. Le 13 janvier 2012, le naufrage du paquebot de croisière au large des côtes italiennes avait coûté la vie à 32 passagers. Plus de 4 200 personnes se trouvaient à bord. En février dernier, la justice italienne a condamné le capitaine Schettino, qui avait abandonné le navire, à 16 ans de prison pour sa responsabilité dans cet accident. L'homme a été condamné pour homicide involontaire.
Vidéos A la une
L'Italie partagée après le verdict du Costa Concordia. Equilibré pour les uns, trop léger pour les autres, '16 ans pour 32 morts' en titre de la presse ce jeudi matin. Condamné à 16 ans de prison ce mercredi par le tribunal de Grossetto, Francesco Schettino a été reconnu coupable d'homicides involontaires, naufrage, et abandon de navire. Son avocat a fait savoir qu'il allait faire appel. En tout cas, l'ex commandant du Concordia a été laissé en liberté. Les juges considèrent qu'il n'y a pas de risque qu'il prenne la fuite. Francesco Schettino s'est dit victime d'une machination, estimant qu'il payait seul le prix du naufrage, afin que d'autres préservent 'leurs intérêts économiques'. Le drame s'est passé le 13 janvier 2012. Le paquebot avait heurté un rocher au large de l'ile du Giglio. trente-deux personnes sont mortes dans ce naufrage.
Vidéos A la une
Francesco Schettino, l'ex-commandant du Costa Concordia, a été notamment reconnu coupable d'homicides et du naufrage du navire, qui a coûté la vie à 32 personnes au large de l'Italie il y a trois ans. Durant le procès, il a rejeté sa responsabilité et s'est exprimé avec des sanglots dans la voix.
Vidéos A la une
Francesco Schettino, l'ex-commandant du navire Costa Concordia, a été condamné mercredi à 16 ans de prison. "Ses avocats ont décidé de faire appel", rapporte Olivier Cougard, correspondant de LCI en Italie.
Vidéos A la une
L'ancien commandant du Costa Concordia a été condamné ce mercredi soir à 16 ans de prison. Francesco Schettino a été reconnu coupable d'homicides involontaires, naufrage et abandon de navire. Le verdict a été rendu par les juges du tribunal de Grossetto, siégeant dans le théâtre municipal depuis le début du procès. Francesco Schettino n'a pas encore dit s'il allait faire appel de ce jugement. En tout cas, la peine est moins lourde que celle réclamée par le parquet, qui avait demandé 26 ans de prison). Par ailleurs, Francesco Schettino a été laissé en liberté, les juges estimant qu'il n'y avait pas de risque qu'il prenne la fuite. L'ancien commandant du Concordia s'est dit victime d'une 'machination', estimant qu'il payait seul le prix du naufrage, afin que d'autres préservent 'leurs intérêts économiques'. C'était lui qui commandait le paquebot, ce 13 janvier 2012. Près de 4000 personnes se trouvaient à bord. Le bateau, naviguant trop près des côtes de l'île du Giglio, avait heurté un rocher. Le naufrage avait fait 32 morts. L'épave est restée en partie immergée pendant plus de 2 ans avant d'être renflouée puis acheminée jusqu'au port de Gênes pour y être démantelée.
Vidéos A la une
Alain Litzler a perdu sa fille, Mylène, et son beau-fils, lors du naufrage du Costa Concordia, en janvier 2012. Il se dit choqué par la peine de prison prononcée contre l'ex-commandant Francesco Schettino, qu'il "juge" trop faible.
Vidéos A la une
Le procès de Francesco Schettino, l'ex-commandant du paquebot Concordia dont le naufrage avait fait 32 morts en janvier 2012 au large de l'Italie, était proche de son dénouement mardi. La défense a plaidé l'acquittement estimant que le naufrage était un accident, une "fortune de mer" qui peut arriver à n'importe quel marin.
Vidéos A la une
Le procès de Francesco Schettino, l'ex-commandant du Costa Concordia, entre dans sa dernière semaine. Le parquet a requis plus de 26 ans de prison pour le naufrage qui a fait 32 morts en janvier 2012.
Vidéos A la une
L'ex-commandant italien du Concordia affirme avoir été contraint de quitter le navire en raison de 'la force de gravité'. Francesco Schettino estime qu'en raison de l'inclinaison du navire, il serait tombé à la mer s'il n'avait pas embarqué sur une chaloupe, ce que semble démentir cette vidéo. Devant le tribunal de Grosseto, le principal accusé du naufrage de l'île de Giglio assure que les autorités maritimes lui ont ordonné de 'coordonner les secours' depuis la rive. Ce que démentent les enregistrements téléphoniques. 'Il a eu raison', estime au contraire son avocat, Domenico Pepe. 'Le bateau était près des côtes et il était possible de débarquer en toute sécurité. Plus de 4 000 personnes ont retrouvé la terre ferme. Bien sûr, il faudra malheureusement tenter de comprendre pourquoi 32 personnes ont perdu la vie.' Dans la nuit du 13 au 14 janvier 2012, le Concordia se fracasse contre un rocher de l'île de Giglio, en Toscane. Le commandant abandonne le navire avant que les 4 200 passagers de ce mastodonte des mers ne soient sauvés. 32 personnes périssent.
Vidéos A la une
Une vidéo diffusée au cours des dernières audiences par le procureur, montre l'ex-capitaine du Costa Concordia Francesco Schettino sur le point d'embarquer dans une chaloupe. Les images, tournées de nuit, permettent d'en savoir plus sur ce qu'il a fait avant de quitter le navire.
Vidéos A la une
GROSSETO (centre de l'Italie) - 2 déc 2014 - Les journaux italiens en ont fait leurs gros titres : Francesco Schettino va parler. Mardi matin, l'ancien commandant du Costa Concordia arrive au Teatro Moderno de Grosseto, transformé en tribunal depuis le début du procès en juillet 2013. Pour la première fois, l'accusé poursuivi notamment pour homicides multiples et abandon de navire est appelé à témoigner. Pas question de se défiler selon Domenico Pepe, son avocat : " C'est un homme de parole. Il a dit " je viendrai pour répondre aux questions, je ne fuirai pas mes responsabilités ". C'est ce qu'il a fait depuis le début "explique-t-il à la presse. Le 14 janvier 2012, le paquebot dont Francesco Schettino était à la barre heurte un rocher près de l'île de Giglio, 32 personnes périssent dans le naufrage. Depuis, l'ex-commandant estime que ce n'est pas la collision qui a été mortelle mais les conditions dans lesquelles l'évacuation des 4000 passagers a eu lieu. Une défense difficile à tenir pour les parties civiles. " Étant donné les bruits qui courent et les documents disponibles, je présume que Schettino n'a pas beaucoup d'option pour sa défense et peu de chance de s'en sortir " estime Domenico Cirulli. Franscesco Schettino risque vingt ans d'emprisonnement. Cinq autres accusés ont déjà été condamnés.
Vidéos A la une
Une énorme masse de 300 mètres de longs dans le port de Gênes, là même où il a été construit. Le Costa Concordia est préparé à son démantèlement final. Les équipes circulent dans les ponts 3 et 4 désormais émergés, à la recherche du dernier corps jamais retrouvé. Il s'agit d'un cuisinier indien Russel Rebello. Son frère est actuellement en Italie : 'Je suis un étranger, ils ont fait beaucoup de choses pour nous. Je pense que si cela s'était produit dans mon pays tout ceci serait déjà oublié.' Pendant un an et demi 700 personnes vont travailler sur ce navire qui pèse 114 500 tonnes. L'acier devrait être cédé à des groupes sidérurgiques pour être refondu et recyclé. Le paquebot a fait naufrage le 13 janvier 2012 aux abords de l'île de Giglio dans l'archipel toscan. Trente deux personnes avaient alors péris.
Vidéos A la une
Peu importe la cause. Que ce soit une décision de justice, des comportements politiques ou simplement un erreur humaine : les évènements de Business Weekly cette semaine ont une chose en commun : ils se terminent tous par une faillite coûteuse. Pour la deuxième fois en 12 ans, l'Argentine a fait faillite. Le pays n'a pas honoré le paiement d'un intérêt sur sa dette après avoir échoué à trouver un accord avec deux fonds réfractaires, les fameux fonds vautour. 'Nous avions l'argent cette fois-ci', a déclaré Buenos Aires. Maigre consolation pour le peuple argentin qui va payer la facture. Deuxième faillite, deuxième échec : cette fois-ci aussi, après une décision de justice condamnant l'Etat russe à indemniser à hauteur de 50 milliards de dollars, les ex-actionnaires de Ioukos, la compagnie pétrolière que Moscou a poussée à la faillite selon le tribunal. Et pour finir : les charges financières dues au désastre du Costa Concordia. L'épave du bateau de croisière a effectué sa dernière escale à Gênes oú il va être démantelé après une coûteuse fin de vie. Tout ces sujets sont dans le Business Weekly de cette semaine
Vidéos A la une
Tiré par deux remorqueurs, le Costa Concordia est arrivé depuis quelques heures dans le port de Gênes en Italie à Gênes sur la côte italienne. Echoué depuis janvier 2012 près de l'ile de Giglio en Toscane, le paquebot de croisière tristement célèbre, est arrivé à bon port puisque c'est à Gênes que le bateau de croisière va être démantelé. 115.000 tonnes de métaux, de plastiques et autres matières, c'est ce à quoi vont s'attaquer environ 50 entreprises différentes et 1.000 personnes. Le chantier va durer près de deux ans et cette opération avosinnerait les 100 millions d'euros. Le Costa Concordia va être vidé de son mobilier, de son infrastructure et de ses moteurs et sera ensuite découpé pont par pont. L'opération qui va débuter, c'est un double défi écologique et économique pour la ville de Gênes qui pourrait se révéler un pôle industriel pour le démantèlement des paquebots. En investissant 1,5 milliard d'euros pour réussir le renflouage de son navire, la société des croisières Costa a redressé son image et celle du secteur que la catastrophe avait largement abîimé. Fin 2013, la compagnie des croisières Costa qui appartient au groupe américain Carnival, affichait un bénéfice opérationnel de 250 millions d'euros.
Vidéos A la une
Le Costa Concordia est arrivé dans le port de Gênes ce dimanche après 4 jours de voyage. Il y sera démantelé deux ans et demi après son naufrage. Il a fallu le redresser, le renflouer, puis le déplacer. Certains y voient une ressource économique, il permettra de faire travailler 700 personnes pendant près de 2 ans.
Vidéos A la une
Arrivé à Gênes dimanche matin, le paquebot est une bombe écologique. Il contient notamment 160 tonnes d'huile ou d'eau polluée. Son démantèlement total prendra deux ans. Explications.
Vidéos A la une
Vous avez décroché ce week-end ? De quoi va-t-on parler à la machine à café lundi matin ? Du conflit israélo-palestinien au Costa Concordia, MYTF1News vous offre une session de rattrapage avec cinq informations qui ont marqué le week-end.
Vidéos A la une
C'est un paquebot en fin de vie, à la carcasse rouillé, et sous perfusion. Pour son dernier voyage à destination du port de Gênes où il doit être démantelé, le Costa Concordia a été remis à flot par injonction d'air dans une trentaine de caissons fixés à sa coque. Ce bâtiment à l'envergure imposante, il pèse 114 500 tonnes pour 290 mètres de long, soit deux fois et demi la taille du Titanic, a été remorqué pendant 4 jours. Son démantèlement pourrait durer deux ans. Une partie de son acier sera recyclé. 'Des centaines et des centaines de personnes vont être employés pour cette opération, explique Giovanni Crivello, conseiller municipal pour la protection civile. Mais surtout, c'est un nouveau secteur de travail qui s'ouvre à Gênes. Ces dernières années, le port de Gênes n'a pas été impliqué dans ce genre d'opérations de démolition et récupération de navires.' L'ensemble de l'opération de sauvetage, entre le redressement, le renflouement, le trajet et le démantèlement du paquebot est évalué à environ 1,5 milliard d'euros. Une facture salée qui incombe au groupe Carnival Corp, le propriétaire du navire. En janvier 2012, le Costa Concordia s'était échoué au large de l'île de Giglio. 32 personnes avaient péri.
Vidéos A la une
On distingue à peine sa progression tant sa carcasse est imposante. Le Costa Concordia, deux fois et demi le volume du Titanic, vaque lentement mais surement vers son démantèlement, en banlieue de Gênes. Le paquebot, dont le naufrage en janvier 2012 a causé la mort de 32 personnes, a été remis à flot, renfloué, remorqué. Autant d'opérations délicates qu'a tenu à saluer le président du Conseil Matteo Renzi. Ce sauvetage était considérée comme un défi technique sans précédent. 'Cette extraordinaire réussite de l'ingénierie de tant de gens ne peut effacer le souvenir de ce qui s'est passé, ni ramener ce paquebot pour lequel tout espoir semblait perdu, au vu des dommages potentiels sur l'environnement', a déclaré le Premier ministre italien. La France avait notamment émis des craintes au sujet du passage de l'épave à proximité des côtes corses. L'opération de démantèlement pourrait durer deux ans, elle comprend aussi le recyclage d'une partie de l'acier du navire. Sur le plan économique ce type d'opération pourrait relancer la filière démolition, abandonnée depuis des décennies.
Vidéos A la une
GÊNES - 27 juillet 2014 - Le Costa Concordia est entré dimanche dans le port de Gênes, après un périple de 4 jours depuis l'île italienne de Giglio. L'arrivée du paquebot au port est un soulagement pour toutes les équipes qui ont participé aux travaux depuis deux ans et trois mois. Pour l'occasion, le président du Conseil italien a fait le déplacement. Matteo Renzi a tenu à "exprimer sa profonde gratitude à tous ceux qui ont travaillé sans relâche depuis des mois". A Gênes, le Costa Concordia va être démantelé. En effet, entre 40 000 et 50 000 tonnes d'acier sont considérées comme réutilisables et devraient être cédées à des groupes sidérurgiques pour être refondues en de nouveaux matériaux. A 1,5 milliard d'euros, le renflouement du navire restera, comme l'opération de récupération la plus chère de toute l'histoire maritime. Le paquebot de croisière avait fait naufrage au large de l'île italienne de Giglio, le 13 janvier 2012, avec 4 200 personnes à bord. 32 d'entre elles avaient été tuées.
Vidéos A la une
Après quatre jours de voyage depuis le lieu de son naufrage, qui avait fait 32 morts, le paquebot est arrivé à sa destination finale ce matin. Il faudra maintenant presque deux ans pour démanteler sa carcasse rouillée.
Vidéos A la une
GÊNES - 27 juillet 2014 - C'est la fin du voyage pour le Costa Concordia. Le paquebot est arrivé dimanche à Gênes, où il va être démantelé. Après plusieurs jours de mer entre l'île du Giglio, où il s'était échoué le 13 janvier 2012, et Gênes, c'est un soulagement pour tous les techniciens et les autorités. La France en particulier craignait notamment que l'épave ne pollue les côtes corses lors de son passage à proximité. Le Costa Concordia avait été remis à flot pour être tiré pendant quatre jours par deux puissants remorqueurs. A Gênes, le paquebot va être démantelé. En effet, entre 40 000 et 50 000 tonnes d'acier sont considérées comme réutilisables et devraient être cédées à des groupes sidérurgiques pour être refondues en de nouveaux matériaux.
Vidéos A la une
Entre son naufrage en janvier 2012 et son arrivée à Gênes ce dimanche pour y être démoli, retour le dramatique parcours du paquebot.
Vidéos A la une
Le navire est entré dans le port de Gênes, sa destination finale, dimanche matin.
Vidéos A la une
Les cent quatorze mille cinq cent tonnes d'épave du Costa Concordia ont enfin quitté enfin la côte de Giglio le 23 juillet. Pendant deux ans et demi le navire a fait partie du paysage de l'île où il s'est échoué le 13 janvier 2012 avec plus de 4 200 personnes à bord. Pour les survivants, revenus sur l'île, c'est le soulagement, mais aussi un moment de mémoire. 'Nous espérons qu'ils trouveront rapidement Russel. Car il reste un cercueil, une tombe. Trente-deux personnes ont perdu leur vie et Russel est toujours porté disparu', explique la présidente du groupe de survivants français. Russel Rebello, un serveur indien, était de service la nuit du 13 janvier 2012, lorsque le paquebot s'est rapproché de Giglio pour 'saluer' ses habitants. Le Costa Concordia a heurté un rocher provoquant une déchirure de la tôle. Longue de 35 mètres, elle s'avère fatale au paquebot. L'évacuation du navire se fait tardivement et dans le chaos. Certains n'ont pas hésité à sauter à la mer. Sur les canots de sauvetage, c'est la panique... Sur l'un d'eux se trouvait ce couple d'Allemands. Helmut se souvient de ce moment critique. 'Nous sommes montés dans les canots de sauvetage et ils ont commencé à le faire descendre, mais le bateau était déjà bien penché. Le canot est descendu jusqu'à la limite des cordes, et le canot était bien deux ou trois mètres au dessus de la surface de l'eau. Alors ils ont fait rompre les cordes et le canot est descendu d'un coup. Je voyais le paquebot qui se couchait de plus en plus et je me suis dit que si le canot se retournait alors c'était foutu, on ne survivrait pas...' Encore sous le choc les survivants sont emmenés dès le lendemain à Porto Stefano. Le paquebot de croisière, accueillait près de 70 nationalités à bord. Pablo Lázaro, sa femme et leur enfant sont instinctivement remontés sur le pont du bateau. Cela leur a sauvé la vie. 'Si le bateau au lieu de se stopper là, avait continué d'une vingtaine de mètres sur la gauche, on parlerait aujourd'hui de 4.000 morts. Personne n'aurait survécu.' C'est justement l'une des lignes de défense utilisées par le capitaine du bateau. Francesco Schettino assure avoir su éviter une catastrophe majeure en rapprochant le navire de la cote après l'impact. L'ancien marin est le seul membre de l'équipage à être jugé pour homicides par imprudence, naufrage et abandon de navire. D'autres membres ont négocié leurs peines.
Vidéos A la une
Quatorze bateaux accompagnent le paquebot géant en route pour le port de Gênes où il sera démantelé. Le voyage va durer quatre jours. Le Costa Concordia passera tout près des côtes corse, tard dans la nuit de jeudi.
Vidéos A la une
Le paquebot, dont le naufrage près de l'île italienne de Giglio avait fait 32 morts en janvier 2012, doit parcourir près de 300 kilomètres pour rejoindre Gênes où il sera démantelé. Les Corses redoutent le passage du bateau près de leurs côtes. Ils craignent en particulier une pollution aux hydrocarbures. "Les risques sont minimes", assure un spécialiste. Bourdin Direct est une émission d'information dans laquelle interviennent en direct les acteurs de l'actualité.

Pages

Publicité