Revue du web
Avec Atlantico
La motion de destitution a été adoptée par l'Assemblée nationale par 234 voix contre 56, soit largement la majorité des deux tiers des 300 votes requis.
Revue du web
Avec Atlantico
Alors que la présence chinoise en Afrique monopolise l'attention des observateurs internationaux, la plus discrète Corée du Sud y est aussi très implantée. Son modèle économique et politique pourrait davantage séduire le continent africain.
International
S'il ne renonce pas à ses projets nucléaires, les autorités sud-coréennes se tiennent prêtes à éliminer le dirigeant de Corée du Nord, Kim Jong-un. Explications.  
Vidéos A la une
Changement de tenue pour ces soldats sud-coréens stationnées près de la DMZ, la zone démilitarisée séparant depuis plus d'un demi siècle les deux Corée. Ils troquent en effet les rangers contre des chaussons et se préparent à assister à leur cours de danse. Objectif : déstresser les soldats comme Kim Joo-Hyeok : 'Il y a beaucoup de tensions ici depuis que nous vivons dans une unité près de la ligne de front. Ce qui me rend parfois tendu. Mais avec la danse je peux rester calme et trouver un équilibre tout en me faisant des amis parmi mes collègues.' Je crois que le soldat Kim a bien résumé la situation.Et non il ne s'agit pas d'un gag à la Monthy Python mais bien d'une initiative qui a par exemple permis l'an dernier aux soldats de donner le Lac des Cygnes lors d'un festival certes d'art militaire. Lee Hyang-Jo est leur professeur : 'La vie de soldats est difficile, et je n'étais pas sûre de pouvoir les aider. Mais maintenant je suis très heureuse d'être ici, je me sens utile quand je les vois rire et apprécier la danse au fur et à mesure de leur apprentissage.' Pour le lieutenant-colonel Tae-Sun les exercices à la barre et les entrechats sont particulièrement bénéfiques : 'La danse nécessite beaucoup de force physique et elle est très efficace pour renforcer la musculature, améliorer la souplesse et corriger la position. Je crois que la danse nous a aidés quand notre régiment était en position avancée l'an dernier.' A l'heure actuelle, on ne sait pas qu'elle sera la réaction de la Corée-du-Nord qui elle a une toute autre approche de l'art et des manoeuvres militaires.
Vidéos A la une
Des missiles capables de frapper tout le territoire sud-coréen : la Corée du Nord a récidivé la nuit dernière en tirant trois nouveaux missiles. De quoi inquiéter ses voisins. Deux Scuds ont parcouru entre 500 et 600 kilomètres en direction de la mer du Japon. Washington et Tokyo vont exprimer leurs préoccupations à l'ONU, alors que, comme le souligne Hwang Kyo-Ahn, le Premier ministre sud-coréen, les essais nucléaires et les tirs de missiles se multiplient depuis janvier. : 'La Corée du Nord n'a pas seulement conduit des essais nucléaires mais a aussi continuellement lancé des missiles balistiques cette année, alors que c'était rare dans le passé. La menace sur notre sécurité a grandi très rapidement en très peu de temps.' Les derniers tirs nord-coréens apparaissent comme une réponse de Pyonyang à l'installation d'un bouclier antimissiles américain. Ce dernier devrait être déployé fin 2017, à 200 kilomètres de Séoul.
Vidéos A la une
Pyongyang déploie sa propagande pour annoncer 'une action physique' contre le nouveau bouclier anti-missile américain en Corée du Sud. La Corée du Nord a menacé son voisin de le réduire en cendres ce lundi. Pyongyang dit disposer 'des moyens suffisants de frappe offensive' pour détruire le bouclier dès que sa position serait connue. Les Etats-Unis et la Corée du Sud avaient annoncé vendredi le déploiement en territoire sud-coréen du système avancé antimissiles THAAD (Terminal High Altitude Area Defence), pour faire face aux menaces croissantes de Pyongyang. Les deux alliés n'ont pas précisé la date et le lieu prévu de ce déploiement mais ont souligné qu'ils en étaient à la phase finale de la sélection.
Vidéos A la une
Face à la recrudescence des accidents mettant en cause le manque de vigilance des piétons dont les yeux sont constamment rivés sur leur smartphones, la Corée du Sud a décidé de prendre les choses en main. Elle a installé, dans les rues de Séoul, des panneaux routiers spécialement destinés aux utilisateurs de ces appareils électroniques. (Crédits : APTN)
Vidéos A la une
Poussés sans cesse vers l'excellence, les lycéens sud-coréens sont aussi nombreux à ne pas supporter la pression qui pèse sur eux. A l'approche du bac, les rondes s'intensifient sur le pont Mapo. Ce pont de Séoul est tristement célèbre : il est très souvent le lieu d'où les jeunes mettent fin à leur jour en se jetant dans le vide.
Vidéos A la une
Tesla réserve l'exclusivité à Panasonic pour fabriquer les batteries de sa Model 3. Le spécialiste américain de la voiture électrique, qui travaille déjà avec la firme japonaise, avait laissé entendre qu'il pourrait se tourner vers d'autres fournisseurs pour répondre à la forte demande pour sa berline grand public.Tesla a enregistré plus de 370.000 pré-commandes. Les premières livraisons sont prévues fin 2017. Panasonic a proposé à Tesla d'investir 1,6 milliard de dollars dans la construction de sa 'Giga usine' - dont le coût est estimé à 5 milliards de dollars - pour lui permettre de produire 500.000 véhicules par an dès 2018.
Vidéos Argent/Bourse
C'est l'ouverture aujourd'hui de Midem, à Cannes, le grand rendez vous international des professionnels de l'industrie musicale. Et cette année la K-pop est à l'honneur ! Un grand concert était d'ailleurs aussi organisé hier soir à Bercy devant 12.000 spectateurs. La musique pop sud-coréenne, est devenu un vrai produit d'export.
Vidéos Argent/Bourse
Huawei porte plainte contre Samsung en Chine et aux Etats-Unis pour violation de brevets. Le Chinois reproche au fabricant coréen de smartphones, leader mondial, d'avoir utilisé sans licence des logiciels relatifs à la 4G, au système d'exploitation et à l'interface utilisateur. Leader du marché chinois avec son compatriote Xiaomi, loin devant Samsung, Huawei dit ne pas viser des dommages et intérêts mais plutôt une coopération amicale. Le Coréen a fait savoir qu'il prendrait les mesures appropriées pour défendre ses intérêts commerciaux. Avec Reuters.
Vidéos Argent/Bourse
Si Google est le principal moteur de recherche utilisé en Europe, ce n'est pas le cas dans certains pays. En Chine, Baidu a remplacé le géant américain du web depuis qu'il a été banni du territoire en 2011. En Russie, Yandex détient 40% de la part de marché, contre 55% pour Google. La République tchèque et la Corée du Sud figurent également parmi les rares pays qui résistent à la domination de Google. Leurs moteurs de recherche respectifs, Seznam et Naver, ont des parts de marché tout à fait honorables. - La mise au net de Thomas Oliveau, chef de service BFMBusiness.com. - 12h L'heure H, du lundi 23 mai 2016, présenté par Hedwige Chevrillon et Guillaume Paul, sur BFM Business.
Vidéos A la une
Cette scène glaçante s'est déroulée en Corée du Sud. On y voit une mère faire tomber ses trois enfants par la fenêtre du 3e étage avant de se jeter elle-même pour se sauver de son immeuble en flammes. Les quatre membres de la famille ont été réceptionnes par des soldats américains et des passants...
Vidéos A la une
Le directeur de la filiale sud-coréenne d'une société britannique a été giflé et hué alors qu'il présentait ses excuses : son entreprise vendait un désinfectant accusé d'avoir provoqué une centaine de décès. Atar Safdar, directeur d'Oxy Reckitt Benckiser Korea, a présenté ses 'excuses sincères' à toutes les victimes. Sa société pourrait verser près de 4 millions d'euros de dommages et intérêts. Quatre femmes enceintes sont décédées en 2011 des suites de complications pulmonaires. La plupart des victimes avaient utilisé de l'Oxy Ssak Ssak, un désinfectant liquide pour humidificateurs vendu en Corée du Sud par la société à partir de 2001. 103 personnes, pour la plupart des femmes et des enfants, sont décédées. Lim Heung-Kyu, membre du Centre pour l'Environnement et la Santé: 'Nous n'acceptons pas les excuses d'Oxy. Le boycott contre cette société s'est répandue comme une traînée de poudre dans tout le pays, et nous jugeons les excuses d'aujourd'hui comme rien de plus qu'un moyen pour l'empêcher.' Une enquête gouvernementale a confirmé les 'liens significatifs' entre les problèmes pulmonaires des victimes et les produits utilisés dans les stérilisants vendus à partir de 2001. L'entreprise devrait coopérer à une enquête en cours pour déterminer si ses cadres avait donné leur feu vert à la vente de produits dangereux pour la santé en connaissance de cause.
Vidéos A la une
Des activistes sud-coréens et américains ont envoyé 10 ballons vers la Corée du Nord depuis la ville frontalière de Paju. A l'intérieur de ces ballons gonflés à l'hélium se trouvaient des messages contre le régime nord-coréen et son programme nucléaire.
Vidéos A la une
Au sud-ouest de la péninsule coréenne, l'île de Jindo est une île des dieux et de la musique. Les traditions chamaniques y ont toujours cours notamment lors de rituels comme les funérailles. Ces rituels n'avaient encore jamais été donnés à voir en Europe. Une vingtaine de membres de la communauté de Jindo dont des femmes chamanes, une chanteuse, une danseuse, des musiciens traditionnels sont venus se produire comme notamment ici au festival de théâtre de Budapest. Kim Sun-kook, directeur artistique du théatre chamanique Sud-coréen : 'Les rituels chamaniques sont une tradition qui se perpétue depuis de nombreux siècles. Mais ils ont été adapté au théâtre il y a deux décennies. La musique et les chansons aident le public à ressentir le rituel en dépassant la barrière des langues.' Avant Budapest, la troupe coréenne avait répondu à l'invitation de la Maison des cultures du monde à Paris dirigée par Arwad Esber : 'C'est justement apprendre à connaître cet autre qui est différent. Il est très important de nos jours avec tout ce que nous vivons, et je crois que c'est plus important que jamais, de comprendre l'autre qui est différent de nous. Mais cet autre qui est différent de moi me permet de me connaître moi-même. Et donc mon chemin vers moi, vers la connaissance de mon être, passe par cet autre qui est différent.' Au cours de la cérémonie on lave les sentiments d'amertume et de rancune éprouvés par le défunt ou la défunte. En tout dix actes successifs où les chamanes apaisent et purifient l'âme du mort avant de l'aider à passer dans l'autre monde.
Vidéos A la une
La Corée du Sud commémore le naufrage du Sewol, au cours duquel plus de 300 personnes, essentiellement des lycéens, avaient trouvé la mort. C'était il y a deux ans, jour pour jour. Les proches des victimes se sont rassemblées pour une cérémonie d'hommage. Deux ans après, les familles réclament toujours que toute la lumière soit faite sur cette catastrophe : 'Nous voulons surmonter ce jour, explique ce père d'une victime. Mais nous pourrons revenir à nos vies normales, seulement si ceux qui ont failli prennent leurs responsabilités et expliquent les raisons de cet accident qui a entraîné la mort de nos enfants.'' Une opération de renflouement à venir Une erreur humaine associée à un excès de charge serait à l'origine du naufrage du Sewol, qui gît toujours à quarante mètres de fond, au large de l'île de Jindo. Une opération de renflouement, complexe et à l'issue incertaine, devrait débuter le mois prochain. Elle pourrait permettre de récupérer neuf corps, qui sont toujours portés manquants. Images des opérations de sauvetage le 16 avril 2014
Vidéos A la une
Lendemain d'élections législatives à Séoul.Selon les projections suite au dépouillement de la quasi totalité des votes, jeudi matin 99% des votes ont été comptés, le parti au pouvoir a perdu la majorité. Le mouvement conservateur Saenuri, majoritaire depuis 16 ans aurait obtenu 122 sièges lors d'un scrutin marqué par une abstention en baisse par rapport aux législatives de 2012, 58% de participation.Son principal opposant, le social liberal Minjoo, le devance d'un siège, une surprise... 'Il est juste que le gouvernement ait été puni par le vote puisqu'il n'arrive pas à résoudre les problèmes des gens. Voici le pouvoir du vote, il est plus fort qu'une balle', a réagi son président Kim Chong-In En toile de fond de cette élection, les problèmes économiques du pays. Taux de chomage en hausse, notamment chez les jeunes, perte de compétitivité... Mais aussi la menace grandissante du voisin nord-coréen. Malgré tout, les sondages donnaient le parti conservateur devant. Le président du Saenuri, Kim Moo-Sung, a annoncé sa démission de la tête du mouvement. Mais cette défaite est aussi et surtout celle de la présidente Park Geun-Hye, fondatrice du parti au pouvoir. Alors qu'il lui reste un peu moins de deux ans de mandat, la fin de son exercice pourrait être rendu très compliqué par ce nouveau rapport de force.
Vidéos A la une
La surenchère continue entre les deux Corées. Alors que les Etats-Unis et la Corée du Sud simulaient un débarquement massif dans le port de Pohang, la Corée du Nord a réitéré ses menaces, disant envisager 'un blitzkrieg', en clair une frappe ciblée contre les forces qui participent à ces exercices. Ces manoeuvres - qui durent huit semaines - mobilisent au total plus de 17 000 soldats américains et 300 000 Sud-Coréens, entraînant des réactions presque quotidiennes de Pyongyang. Kim Jong-un est de nouveau apparu sur des photos censées mettre en avant la force de frappe de son régime, qui dit détenir un arsenal nucléaire. A en croire les Occidentaux, la Corée du Nord n'a pas encore la capacité de transporter ces têtes nucléaires jusqu'à leur cible. Avec AFP
Vidéos A la une
Le champion du monde de Go, qui domine la discipline depuis 10 ans, a perdu une première manche contre un ordinateur appelé AlphaGo. La partie organisée dans un grand hôtel de Séoul a été diffusée en direct dans plusieurs pays d'Asie. "Je pensais qu'AlphaGo aurait des difficultés au début, mais j'ai été très surpris de voir comment il a renversé le jeu. AlphGo a fait un coup gagnant qu'aucun humain ne peut faire. Cela m'a vraiment surpris", a déclaré Lee Sedol. Il reste quatre manches au Sud-Coréen pour renverser la situation.
Vidéos A la une
Séoul a organisé la riposte, au lendemain des menaces de frappes réitérées par Kim-Jong Un. Après le nouvel essai nucléaire mené par le dirigeant nord-coréen en janvier, suivi de tirs de fusée longue portée un mois plus tard, la Corée du Sud a annoncé ce mardi de nouvelles sanctions économiques à l'encontre de Pyongyang, pour isoler davantage son rival historique. 'Nous allons renforcer les sanctions sur le commerce maritime lié à la Corée du Nord', a déclaré Lee Suk-joon, ministre sud-coréen en charge de la coordination des mesures gouvernementales. 'Nous interdirons d'accès tous les bateaux étrangers qui auront fait escale dans un port nord-coréen au cours des 180 jours précédents, et nous maintenons les mesures d'interdiction pour les bateaux des pays tiers, qui ne peuvent emprunter la voie maritime entre la Corée du Sud et du Nord'. Ces mesures visent une quarantaine d'individus et une trentaine de personnes morales, soupçonnées de contribuer au programme d'armement nucléaire de la Corée du Nord. La semaine dernière, le conseil de sécurité de l'ONU a voté des mesures du même ordre, alors que les Etats-Unis ont débuté ce lundi des manoeuvres militaires aux côtés de l'armée sud-coréenne.
Vidéos A la une
Un coup médiatique réussi pour Amnesty International : faire défiler des hologrammes devant le palais illuminé de Gyeongbokgung, en plein coeur de Séoul. Objectif : exiger la liberté de réunion et de manifestation en Corée du Sud. L'Ong accuse la présidente Park Geun-hye d'accroître la répression policière contre les manifestants.
Vidéos A la une
Trois mille couples originaires d'une soixantaine de pays se sont mariés en même temps, samedi à Gapyeong. Ces membres de l'église de l'Unification étaient réunis au Centre mondial pour la paix. Les mariages y sont célébrés depuis 1961. À l'époque, ils n'étaient qu'une trentaine à vouloir obtenir la bénédiction de l'institution, fondée par le défunt révérend Sun Myung Moon.
Vidéos A la une
Trois mille couples venus d'une soixantaine de pays se sont mariés en même temps, samedi à Gapyeong. Ces membres de l'église de l'Unification étaient réunis au Centre mondial pour la paix. Les mariages y sont célébrés depuis 1961. À l'époque, ils n'étaient qu'une trentaine à vouloir obtenir la bénédiction de l'institution, fondée par le défunt révérend Sun Myung Moon.
Vidéos A la une
Lim est l'un des seuls pianistes au monde à pouvoir jouer sans partition les sonates de Bach et de Beethoven au piano. Arrivée à 12 ans, cette Française d'origine sud-coréenne raconte le racisme, l'isolement, la moquerie vécus à l'école. Jusqu'au jour où elle jouera au piano devant sa classe.
Vidéos A la une
Pour la Corée du Sud, les débris retrouvés dans la Mer Jaune sont la preuve de l'ultime provocation nord-coréenne. D'après le ministère sud-coréen de la Défense, ils proviennent de la fusée de longue portée lancée par Pyongyang il y a quatre jours. Le régime dit avoir mis en orbite un satellite de communication et s'en félicite dans des images de propagande, mais pour Séoul et les Occidentaux, aucun doute, il s'agit bien d'un essai de missile balistique, un peu plus d'un mois après le quatrième essai nucléaire nord-coréen. Conséquence de cette nouvelle crise, la fermeture de la zone industrielle de Kaesong en Corée du Nord, où plus d'une centaine d'entreprises sud-coréennes étaient actives. Dénonçant une déclaration de guerre, le nord a militarisé la zone. ' Avec la fermeture de ce complexe industriel, nos entreprises sont durement touchées, confirme une employée sud-coréenne, mais les travailleurs nord-coréens le sont aussi. Et ils étaient très inquiets. ' L'escalade des tensions se répercute jusque dans les rues de Séoul. Ce jeudi, 200 manifestants ont brûlé une effigie du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, appelant le gouvernement à prendre des mesures fortes contre son régime.
Vidéos A la une
EXTRAIT 7À8 - Anaïs avait 25 ans lorsqu'elle a découvert grâce à une bande annonce repérée par un ami qu'elle avait une soeur jumelle. Nées en Corée du sud, les deux soeurs ont été adoptées par des familles différentes.
Vidéos A la une
PYONGYANG - 7 février 2016 - La Corée du Nord a annoncé la mise en orbite d'un satellite grâce à un tir de fusée, en violation de plusieurs résolutions des Nations Unies. La nouvelle a été annoncée avec frénésie par la télévision nord-coréenne qui a diffusé des photos de l'engin à l'allumage ainsi que de la salle de contrôle. Le feu vert aurait été donné par le dirigeant Kim Jong-Un en personne. Ce tir qui pourrait servir de test pour la mise au point d'armements capables de frapper le territoire américain a provoqué une condamnation massive de la communauté internationale : plusieurs pays dont les États-Unis et la France parlent de provocation. Même la Chine, principale alliée de Pyongyang a exprimé ses regrets. Le Conseil de sécurité de l'ONU se réunira d'urgence dimanche à New York. En dépit du renforcement de sanctions, la Corée du Nord avait déjà bravé les interdictions en procédant le 6 janvier à un quatrième essai nucléaire.
Vidéos A la une
La Corée du Nord pourrait avancer à dimanche 7 février le lancement d'un satellite dont elle assure qu'il a un objectif purement scientifique. Elle avait notifié son projet à l'Organisation des Nations unies (ONU) en le présentant comme visant à l'observation terrestre. Il était censé se dérouler entre le 8 et le 25 février. Mais la communauté internationale, y compris la Chine, pourtant indéfectible allié de la Corée du Nord, craint qu'il n'entre dans le cadre d'un programme de développement de missiles balistiques intercontinentaux capables d'atteindre les Etats-Unis. En première ligne des pays menacés, la Corée du Sud a dépêché un destroyer pour repérer le lancement de la fusée et a prévenu son voisin qu'il 'paierait le prix fort' s'il met ses plans à exécution. Il est toutefois peu probable qu'un tel avertissement s'avère dissuasif pour le régime nord-coréen. De même que la présence de militaires américains sur la zone tampon démilitarisée (DMZ) entre les deux Corées. Le ministre japonais de la Défense a, de son côté, donné l'ordre d'abattre tout missile menaçant le territoire de son pays.

Pages

Publicité