Vidéos à la une
Invité de BFMTV jeudi soir à l'issue de la convention sur l'islam organisée par les Républicains, le porte-parole du parti, Sébastien Huygue, a indiqué qu'il trouvait "scandaleux que la gauche ait fait des pressions sur un certain nombre de nos invités qui ont reçu des sms jusqu'à ce matin pour leur demander de ne pas venir. Ce terrorisme intellectuel n'est pas à la hauteur des enjeux de la République."
Vidéos à la une
Invités de News et compagnie mercredi soir sur BFMTV, le secrétaire national des Républicains Geoffroy Didier et le dessinateur et réalisateur Joann Sfar ont eu un vif échange sur la convention sur l'islam organisée jeudi à huis clos par les Républicains. "Qu'est-ce que vous diriez si vous appreniez demain que les Républicains font une convention sur les juifs en France (...) à huis clos parce que c'est secret?", a questionné Joann Sfar. "Il ne faut pas que l'on voit les choses de manières agressives (...) il y a aussi beaucoup de nos concitoyens qui considèrent que l'émergence de la religion musulmane est un phénomène culturel. C'est une question politique", a défendu Geoffroy Didier. Pas suffisant pour convaincre Joann Sfar qui lui oppose une nouvelle question: "Pourquoi vous n'avez pas parlé de dialogue interreligieux ou de lutte contre la radicalisation? (...) Vous voulez mon analyse? Sarkozy a eu une idée à la con, vous êtes obligé de la vendre et vous êtes un peu embêté." Et Geoffroy Didier de poursuivre cet échange tendu: "Par ignorance, vous vous sentez obligé de caricaturer monsieur Sarkozy."
Vidéos à la une
Les Républicains organisent ce jeudi à huis clos une convention sur l'islam. Boudée par le Conseil français du culte musulman qui y voit une stigmatisation, la réunion préoccupe le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, qui s'est dit "extrêmement inquiet" mercredi à la sortie du Conseil des ministres. En meeting à Asnières-sur-Seine, dans les Hauts-de-Seine, Nicolas Sarkozy a répondu à la polémique: "Ce qui serait étonnant, c'est qu'on n'en parle pas. Qu'est-ce qu'il y a de choquant qu'un parti républicain discute de ces questions sans insulter personne?", s'est interrogé l'ex-chef de l'Etat.
Publicité