Politique
La garde des Sceaux s’inquiète des conséquences que pourrait avoir la constitutionnalisation de l’état d’urgence si Marine Le Pen venait à être élue présidente de la République.
Publicité