Depuis quelques jours, les clients des boutiques de Villeneuve-d'Ascq expérimentent le règlement des achats par empreinte digitale. En cas de succès, la technologie pourrait aussi s'adapter aux distributeurs de billets, et au paiement sur Internet.

A Villeneuve-d'Ascq, 1 500 personnes testent depuis plusieurs jours une nouvelle application permettant de payer grâce à son empreinte digitale. Pour cela, il suffit de posséder une carte bancaire spéciale, avec son étui, et d'avoir préalablement entré ses empreintes digitales à la banque.

Au moment de régler, rien de plus simple : le client pose son doigt sur un lecteur biométrique, qui va alors lire son empreinte digitale. Le lecteur va ensuite interroger la carte pour vérifier que celles enregistrée par la banque sur la carte correspond bien. Cela nécessite donc que le client soit en possession de la carte, mais elle peut être rangée dans des poches, un sac à main, une veste... Et aucun plafond particulier n'a été mis en place pour les transactions.

Pas de stockage de données en banqueLe test actuellement effectué à Villeneuve-d'Ascq met en action la lecture des réseaux veineux du doigt. D'ici fin novembre, un second test aura lieu à Angoulême, en utilisant cette fois-ci la vérification des empreintes digitales.

Pour rassurer les clients, la société Natural Security, à l'origine du projet, précise que le système ne passe pas par une vérification sur des fichiers détenus par la banque, mais bien par comparaison entre l'empreinte apposée sur le lecteur et celle enregistrée sur la carte. Il n'y a donc pas de stockage de données comme au Japon ou aux Etats-Unis où ce type de dispositif de paiement est aussi proposé.

Publicité
Fin mars, les deux tests prendront fin, et un bilan sera réalisé dans le but d'étendre les tests. A terme, la société espère pouvoir décliner le concept aux distributeurs de billets, ou à un boîtier pour les achats sur Internet.
Publicité