Dur, dur d'obtenir un prêt quand on a du cholestérol, des problèmes de dos ou diabète... ou alors avec une assurance hors de prix ! Faut-il mentir à sa banque sur sa santé ? Omettre certains détails est-il risqué ? Y a-t-il des solutions bancaires sur mesure ? Enquête.

Prêt bancaire : faut-il mentir sur sa santé

1. Questionnaire santé : pas obligatoire !

Lorsqu'on est jeune, en excellente santé et qu'on emprunte peu, quelques questions générales suffisent parfois à obtenir un accord immédiat de l'assurance emprunteur, donc de la banque.

Publicité
Mais dans la majorité des autres cas, il faut remplir un questionnaire médical confidentiel nécessaire à l'obtention d'une assurance. Celle-ci n'est pas obligatoire. Cependant, dans les faits, les banques n'accordent généralement pas de crédit sans elle.Objectif pour l'organisme bancaire : limiter les risques pour l'emprunteur et sa famille, comme pour la banque... En cas de décès, invalidité, incapacité de travail, l'assurance permet en effet de garantir le remboursement du prêt dans les conditions prévues par le contrat.

Publicité