Trop petits, dépassés, venant d’élevages en batterie… La DGCCRF a publié il y a quelques jours une enquête sur les œufs. Et les résultats ne sont pas rassurants.  

Une enquête de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) menée en 2014 et révélée mercredi par la revue 60 millions de consommateurs, fait état de nombreux manquements autour de la commercialisation des œufs. A en croire l’étude, au moins un quart des 193 entreprises visitées ne respectaient pas la réglementation !

Le problème principal ? Des mensonges sur les dates de ponte et de consommation. "Par exemple, des œufs collectés et conditionnés le 24 février étaient vendus avec une DDM au 26 juin, soit quatre mois plus tard alors que la loi prévoit un délai de 28 jours", précise le revue.

Utilisation frauduleuse du "Label rouge" 

Publicité
On retrouve également, sans grande surprise, le problème récurrent d’œufs moyens vendus comme gros. D’autres méthodes sont, elles aussi, critiquées, comme par exemple les boites d’œufs de poules élevées en batterie sur lesquelles se trouvent pourtant des photos d’extérieur. Ce qui peut induire en erreur le consommateur.

Et cela va même encore plus loin avec l’utilisation frauduleuse par certains distributeurs du "Label rouge" ou encore de la mention bio.

La pluparts des entreprises pointées du doigt lors de cette étude de la DGCCRF auraient par la suite indiqué s’être remises aux normes. Mais la vigilance reste de mise.

En vidéo sur le même thème : Une seconde vie pour les coquilles d’œufs 

Publicité