Une loi entrée en vigueur le 1er janvier pourrait obliger les restaurateurs à proposer aux clients d’emporter leurs restes de repas. Mais est-ce vraiment obligatoire ? Eléments de réponse.  

Le doggy bag, c’est quoi ?

Très fréquent aux Etats-Unis mais encore peu développé en France, le "doggy bag" est tout simplement l’emballage utilisé par les clients d'un restaurant qui souhaitent emporter les restes de leur repas.

Quel intérêt ?

L’intérêt est double. Il permet évidemment aux clients qui n’ont pas pu tout manger de conserver leur plat payé pour un autre repas. Mais il est aussi et surtout conseillé afin de lutter contre le gaspillage alimentaire. Les plats non mangés entièrement ne peuvent en effet pas être revendus et sont ainsi jetés aux ordures. Le doggy bag peut donc permettre d’éviter ce gâchis. 

Pourquoi ce n’est pas encore très développé ?

Comme le montre un sondage YouGov pour 20 Minutes publié il y a quelques mois, 15% des personnes interrogées sur cette pratique estiment qu'elle est assimilée à un comportement de radin. Et 55% des consommateurs disent ne jamais y avoir eu recours.

Devient-il réellement obligatoire ?

Publicité
On l’entend partout depuis quelques jours : le doggy bag serait devenu obligatoire le 1er janvier dans les restaurants pour les clients qui le souhaitent. Mais cela n’est pas véritablement le cas. Comme l’explique l’Obs, les restaurants sont désormais appelés à "trier et valoriser leurs déchets", selon une disposition adoptée en 2009 dans le cadre du Grenelle de l’environnement, en application depuis le 1er janvier 2016. Ce qui n’oblige donc pas le restaurant à proprement parler à proposer les restes à leurs clients.

En vidéo sur le même thème - Gaspillage alimentaire : les restaurants désormais obligés d’offrir des doggy bags