Sans conservateur, sans paraben… De nombreuses marques utilisent cet argument de vente pour mettre en avant leurs cosmétiques. Mais qu’en est-il ? Apprenez à décrypter les étiquettes pour les choisir à bon escient. 

1 – Des ingrédients par ordre décroissant

Les ingrédients, dans la composition du produit, sont présentés par ordre décroissant de quantité, du plus abondant au moins abondant. Le premier est donc le plus présent dans le produit, en général, de l’eau, sous la dénomination aqua. Se retrouvent, à la fin, ceux dont la concentration est inférieure à 1 %*. Bien souvent : les 5 premiers ingrédients représentent environ 80 % de la formule.

Attention : prenez garde aux allégations comme "à base de..." (d’huile d’argan, d’huile essentielle...), que vous retrouvez en évidence sur le produit pour lui donner une valeur ajoutée. Il suffit qu’une quantité minime de l’ingrédient soit mentionnée pour pouvoir s'en vanter… avec la substance en question en bout d’étiquette !Pensez-y : des sites web à consulter comme laveritesurlescosmetiques.com, et des applications mobiles comme "clean beauty" permettent de savoir si votre produit est sain ou pas.

* En dessous d’une concentration inférieure à 1 %, les ingrédients peuvent être mentionnés dans le désordre sur l’étiquette.

2 – Les composants à fuir

La règle : dans un produit cosmétique, les ingrédients d’origine végétale non transformés sont indiqués par des appellations en latin*, et les substances chimiques ou naturelles transformées par un processus chimique, en anglais**.

Certains ingrédients sont à éviter*** :. Les paraben sont des conservateurs et conduisent à des allergies, à un vieillissement prématuré de la peau, à des problèmes de fertilité. On les trouve sous différents noms commençant par propyl ou méthyl, ou encore zoate... Si certains ont été interdits par la commission européenne, d’autres ont encore toute leur place dans de nombreux cosmétiques****.

. Les silicones se retrouvent notamment dans les shampooings.... Ils permettent une meilleure application du produit, mais sont accusés d’assécher et de rendre les cheveux mous et cassants. Ils se cachent sous des appellations qui se terminent par "-cone ", "-conol" ou "-xane". . On élimine si on peut également les huiles minérales et la paraffine qui bouchent les pores de la peau, et que l’on retrouve sur les noms de "paraffinum" ou "mineral oils".

* des exceptions : petrolatum et paraffinum liquidum sont des dérivés de l’industrie pétrochimique.** La dénomination des ingrédients cosmétiques (appelée aussi liste Inci) est commune aussi bien en Europe, qu’aux Etats-Unis et dans certains autres pays.*** liste non exhautive**** Attention cependant aux produits "sans paraben" qui fleurissent dans les rayons. Souvent, les parabens ont été remplacés par d’autres produits chimiques, mais pas moins nocifs. Vérifiez les étiquettes.

3 – Les labels, gages de qualité

Derrière un label bio, l’exigence peut parfois être un peu différente, mais en général, le naturel est présent. Certains labels, comme Ecocert "cosmétique biologique" ou Cosmébio, les plus courants, demandent à ce que 95 % minimum du total des ingrédients soient naturels ou d’origine naturelle. Ils peuvent tolérer en revanche l’utilisation de certains tensio-actifs sulfatés (agents moussants) ou conservateurs, mais interdisent les parabens, paraffine, silicone...Certains sont très rigoureux : comme "Nature et Progrès", l’un des plus exigeants, avec une composition des produits à 100 % d’ingrédients végétaux biologiques. Un conseil : en plus du label, acheter des produits contenant le moins de composants possibles, car plus la liste est longue, plus les ingrédients auront subi de transformations.

4 – Pourquoi faut-il faire attention ?

Se laver et utiliser un gel douche, se passer de la crème sur l’ensemble du corps ou juste sur le visage… Ce sont des gestes que nous répétons chaque jour. Depuis plusieurs années, les scientifiques se sont intéressés aux effets néfastes des "perturbateurs endocriniens*", que l’on retrouve notamment dans les cosmétiques. 

D’après les chercheurs de l’université américaine de Berkeley, lors d’une étude réalisée en 2016 sur une centaine de jeunes filles**, les produits chimiques comme les parabens***, les phtalates****, le triclosan***** (tous sont des perturbateurs endocriniens)… traversent la barrière de notre peau et se retrouvent dans la circulation sanguine, pouvant entraîner à moyen et long terme toutes sortes de maux (infertilité, irritations, allergies, mauvais développement de la vue,…).

L’étude montre qu’en utilisant des produits cosmétiques sains, les traces de ces substances disparaissent rapidement. Le mieux : utiliser des produits bios ou simples les plus naturels possibles comme de l’huile d’amande douce ou d’argan pour le corps, du savon de Marseille ou des pains surgras...

Publicité
* Un perturbateur endocrinien est un agent chimique capable d’interférer dans le système hormonal d’un organisme.** http://news.berkeley.edu/2016/03/07/cosmetics-chemicals/*** les parabens sont des conservateurs**** leur action principale est de fixer le parfum. Certains d’entre eux sont interdits aujourd’hui. ***** il s’agit d’un conservateur.

En vidéo - Dupin Quotidien: Un meilleur étiquetage pour le miel ?

mots-clés : Face cachée

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet