A l'aide de terminaux de paiement trafiqués, un groupe de cybercriminels a débité les comptes bancaires de dizaines de milliers de victimes. Explications.

Les arnaques aux boîtiers de cartes bancaires sont de plus en plus nombreuses. En effet, le terminal de paiement électronique (TPE), ce petit boîtier dans lequel on glisse sa carte bancaire pour régler un achat, a "inspiré" un gang d'escrocs.

Apparue il y a un peu plus de deux ans du côté de Reims selon le quotidien national, cette arnaque s'est depuis étendue à de nombreuses villes de France comme Nice, Bordeaux, Toulouse ou encore Marseille.

Et bien que ce soit la banque du client escroqué qui supporte le préjudice, cela alourdi la facture déjà importante des fraudes à la carte bancaire. En effet, elle s'est élevée à plus de 413 millions d'euros en 2011.

Une escroquerie qui perdureMême si quelques suspects ont déjà été interpellés, cette arnaque existe toujours. "Pour l'heure, aucun service d'enquête n'a été chargé de centraliser l'ensemble des faits constatés. Cela permet à ces escrocs de poursuivre leurs activités frauduleuses", a expliqué un enquêteur spécialisé au journal Le Parisien.

Publicité
Personne ne dispose donc vraiment des moyens d'action suffisants pour stopper ces cybercriminels. Il faudrait remplacer les terminaux vulnérables, mais cela ne peut pas être imposé aux commerçants. De la même manière, des mises à jour ont été faites par la société Ingenico, afin de pouvoir détecter tout remplacement non autorisé d'un TPE.

© Ghirigori Baumann/Flickr