Vidéos A la une
WASHINGTON - 29 avril 2015 - Pour la première fois, un dirigeant japonais s'est exprimé devant les deux chambres du Congrès américain. En visite aux États-Unis, Shinzo Abe a prononcé un discours empreint de repentance sur les crimes commis par le Japon pendant la Seconde guerre mondiale. "Au nom du Japon et du peuple japonais, je vous offre avec un profond respect mes condoléances éternelles aux âmes de tous les Américains disparus pendant la Seconde Guerre mondiale" a déclaré Shinzo Abe. Ovationné, il n'a toutefois pas prononcé le mot "excuses", réclamé par les défenseurs de femmes, coréennes pour la plupart, réduites au rang d'esclaves sexuelles sous l'occupation japonaise pendant la Seconde guerre mondiale. L'une d'elles assistait d'ailleurs dans les tribunes au discours de Shinzo Abe, à l'invitation d'un parlementaire démocrate. Lors d'une conférence de presse avec le président Obama, le premier ministre japonais a toutefois exprimé une "peine profonde" pour le sort de ces quelque 200.000 femmes asservies.
Publicité