Vidéos à la une
L'Ouganda croule sous l'afflux de réfugiés en provenance du Soudan du Sud. Depuis la semaine dernière, ils sont plus de 6 000 à avoir fui dans le pays voisin. 4 500 sont massés à la frontière. Deux ans après sa création en 2011, le Soudan du Sud a sombré dans une guerre civile où de nombreuses factions s'affrontent. Ces réfugiés ont vu des proches tués, à bout portant, sous leurs yeux. 'Les soldats pillaient, cassaient les portes et frappaient les gens. Ils vous arrêtaient et vous demandaient où étaient les rebelles. Mais quand vous leur dites que vous ne savez pas, ils vous frappent. Ils ont tué des gens', raconte Auma Lucy Yubuan, réfugiée sud-soudanaise. Q: Why have 1.7 million people fled #SouthSudan? A: Fresh fighting. Horrendous acts of violence. Drought + famine.https://t.co/EoHtkan8Ok pic.twitter.com/1kgdseMjk1- UN Refugee Agency (@Refugees) 9 avril 2017 _ Q : Pourquoi 1,7 million de personnes ont le #SoudanDuSud ? R : Nouveaux affrontements. Actes horribles de violences. Sécheresse + famine._ Ce lundi, au moins seize civils, selon l'ONU, ont été tués dans des combats entre forces gouvernementales et rebelles à Wau, deuxième ville du pays. Des habitants décrivent des meurtres ciblés contre des civils commis par les forces gouvernementales, principalement constituées de membres de l'ethnie Dinka. #UNMISS statement on the situation in Wau #SouthSudan unmissmedia pic.twitter.com/MyMLR2LfNu- Radio Miraya (RadioMiraya) 10 avril 2017 Communiqué de l'#UNMISS sur la situation à Wau #SoudanDuSud @unmissmedia 1,7 million de réfugiés sud-soudanais vivent en exil, dont 832 000 en Ouganda. Le flux s'est accéléré en 2017, au rythme de 2 000 arrivées par jour, dont 62 % sont des enfants.
Vidéos à la une
Amnesty International assure avoir des preuves que plusieurs 'tueries de masse' ont eu lieu en août dans la région de Sinjar en Irak, où vivaient des Yazidis, une minorité kurdophone non musulmane. L'ONG dénonce une campagne systématique de nettoyage ethnique dans le nord du pays pour 'effacer toute trace des non-Arabes et des musulmans non sunnites'. Depuis la Nouvelle-Zélande, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a souligné également que 'les activités terroristes de l'Etat islamique étaient totalement inacceptables du point de vue des droits de l'homme internationaux et du droit humanitaire international.' Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU a décidé lundi soir d'envoyer une mission pour enquêter sur les crimes perpétrés par les jihadistes. Des crimes 'd'une ampleur inimaginable', a précisé le Haut commissaire des Nations unies pour les droits de l'homme. Avec AFP et Reuters
Vidéos à la une
Les autorités irakiennes tentent d'apaiser les tensions interconfessionnelles après l'attaque contre une mosquée sunnite dans la province de Diyala, au nord-est de Bagdad. Cet attentat, qui a fait plus de 70 morts vendredi, a été imputé à des miliciens chiites qui auraient agi en représailles de la mort de leurs frères d'armes. Ce samedi, le leader d'une importante milice chiite irakienne, Qais al-Khazali, a vivement condamné cet acte. 'Ce qu'il s'est passé hier est un crime sur lequel on ne peut pas fermer les yeux. On ne peut ni le défendre, ni utiliser des mots pour le qualifier. Il y avait des femmes et des enfants dans cette mosquée. Les tuer est un acte barbare. C'est quelque chose que nous condamnons catégoriquement.'' Cet attentat pourrait compliquer un plus la tâche du nouveau Premier ministre Haïder al-Abadi de former un gouvernement d'union représentant toutes les communautés. 'Il y a des mains vicieuses et maléfiques qui tentent de détruire et diviser la société irakienne, dit cet habitant de Bagdad. Je peux vous assurer que ceux qui jouent avec la société irakienne, ce ne sont pas des Irakiens.'' La journée de samedi a été émaillée par de nouvelles violences notamment à Kirkouk, où un triple attentat à la voiture piégé a fait une vingtaine de victimes. Par ailleurs à Bagdad, un attentat contre un immeuble des services de renseignement a fait huit morts.
Vidéos à la une
Il y a trois ans, le 9 juillet 2011, le Soudan du Sud célébrait une indépendance dont il rêvait depuis des décennies. Mais le rêve a viré au cauchemar : guerre civile, famine, la plus jeune nation du monde est au bord de l'implosion. Pourtant, la joie est grande en janvier 2011, quand le 'oui' à l'indépendance du Sud chrétien l'emporte à 99 % lors d'un référendum prévu par les accords de paix signés en 2005 avec Khartoum. Président de la région autonome, Salva Kiir, de l'ethnie Dinka, devient d'emblée président du nouvel Etat. Mais très vite, l'homme cède à la tentation autocratique. En juillet 2013, il limoge son vice-président, Riek Machar, issu de l'ethnie rivale Nuer, qui ne cache pas son intention de se présenter à la présidentielle de 2015. Le 15 décembre, ce dernier échappe à une tentative d'assassinat et entre en rébellion. C'est le début de la guerre civile, un enchaînement de massacres entre Dinka et Nuer qui met le pays à feu et à sang dans l'indifférence générale. A la tête de la mission de maintien de la paix de l'ONU au Sud Soudan depuis trois ans, Hilde Johnson a clôturé son mandat ce mardi par un constat d'échec. ' Le Sud-Soudan a été touché par trois fléaux depuis 2005 : le fléau de la corruption, avec le pétrole, qui est devenu une malédiction plutôt qu'une bénédiction, deuxièmement, le règne des armes et non de la loi, en toute impunité au sein des forces de sécurité et des services, et troisièmement, il a subi les règles d'une élite servant ses propres intérêts et beaucoup moins ceux du peuple' a-t-elle déclaré. Les images, terribles, du massacre de Bentiu, les 15 et 16 avril, quand des centaines de civils ont été abattus par les rebelles lors de la prise de la ville, a provoqué un semblant d'émotion sur la scène internationale. Le 2 mai, le secrétaire d'Etat américain, John Kerry fait une visite surprise à Juba, la capitale, arrachant aux belligérants un cessez-le-feu qui n'a jamais vraiment été respecté. Car le président Kiir voit d'un mauvais oeil toute ingérence extérieure. Alors que l'Ouganda appuie militairement le camp présidentiel, le conflit menace de déstabiliser toute la région, de l'Océan indien aux grands lacs, l'une des plus prometteuses d'Afrique économiquement. Pendant que l'on s'entre-tue, les puits de pétrole, unique ressource du Sud-Soudan, sont à l'arrêt. Seul le frère ennemi du nord se frotte les mains : en cas d'implosion, Khartoum remettra la main sur la manne pétrolière du Sud.
Vidéos à la une
Après l'avancée fulgurante des miliciens de l'État islamique en Irak et au Levant (EIIL), les forces de sécurité irakiennes se préparaient ce samedi à une contre-offensive contre les jihadistes au nord de Bagdad, selon un colonel de l'armée. De leur côté, les combattants kurdes, les Peshmergas, ont pris possession du QG de l'armée irakienne à Kirkouk après des affrontements avec des miliciens, selon l'agence AP. Les Peshmergas, qui rêvent d'indépendance, auraient pris possession de l'intégralité de Kirkouk et de ses gisements pétroliers, selon Reuters. Ils auraient étendu leur territoire de 40 % en quelques jours grâce à la débandade de l'armée régulière. Plus de 500.000 civils ont fui les combats à Mossoul, et 40.000 autres ont quitté Tikrit et Samarra, d'après l'Organisation mondiale pour les migrations. Par ailleurs, la Haut-commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme s'est alarmée après que l'ONU a reçu des informations selon lesquelles des 'soldats irakiens ont été sommairement exécutés durant la prise de Mossoul'. Avec AFP, AP et Reuters
Vidéos à la une
Pas de troupes américaines envoyées en Irak mais un éventail d'options : face à l'offensive des jihadistes en Irak, Barack Obama a annoncé qu'il trancherait dans les jours à venir. Nombre d'élus républicains réclament des frappes aériennes, mais Obama insiste sur un autre point : 'Toute action que nous pouvons prendre pour fournir une assistance aux forces de sécurité irakiennes doit être accompagnée par un effort des dirigeants irakiens, dit Obama, pour mettre de côté les différences sectaires, promouvoir la stabilité, et tenir compte des intérêts légitimes de toutes les communautés de l'Irak' Le dernier soldat américain a quitté l'Irak en décembre 2011 au bout de huit ans. Presque 4500 y ont perdu la vie, et les Etats-Unis ont englouti des dizaines de milliards de dollars en dix ans pour former et équiper les forces armées irakiennes. Pour un résultat décevant. Selon l'Américain Sandy Berger, ancien conseiller de sécurité nationale interviewé par euronews, 'les USA doivent apporter leur aide dans un cadre plus vaste, pas seulement venir au secours de Monsieur Maliki, parce que le Premier ministre Maliki a causé beaucoup de ces problèmes, il a géré son gouvernement d'une manière très sectaire, il a été très dur avec les sunnites, il a exercé son pouvoir de façon arbitraire ' A Washington, notre correspondant Stefan Grobe explique que 'la nouvelle politique de Obama prévoit moins d'implication américaine au Moyen-Orient et ailleurs. Et c'est ce que le président a souligné à nouveau. Malgré un certain soutien des États-Unis, c'est le gouvernement irakien qui doit gérer la crise.'
Vidéos à la une
L'appel de Kerbala marque-t-il le début officiel d'une guerre religieuse en Irak ? Fait rarrissime : lors de la prière dans la ville sainte de Kerbala, l'un des plus hauts chefs chiites du pays a appellé les musulmans chiites à prendre les armes pour stopper l'avancée des insurgés sunnites. Des volontaires ont été appellés à se joindre aux forces de sécurité. Alors que les jihadistes paradent, quelques milliers de volontaires ont déjà répondu à un appel similaire du gouvernement irakien. Le Premier ministre affirmait hier que l'armée et la police avait commencé à 'nettoyer' certaines villes de ces jihadistes, mais ils gardent l'avantage dans de nombreuses villes. Kirkouk a été saisie par les forces kurdes irakiennes, qui depuis des années se disputaient, avec le pouvoir central, cette ville pétrolière. Selon l'ONU des 'soldats irakiens ont été sommairement exécutés durant la prise de Mossoul'. On en voit ici, capturés par les jihadistes. A Bagdad l'ambiance est extrêmement tendue, les rues sont désertes, les habitants font des stocks de provision, redoutant l'invasion des jihadistes.
Vidéos à la une
La République de Centrafrique va pouvoir bénéficier en septembre d’une force de maintien de la paix. Une résolution en ce sens a été votée à l’unanimité des quinze membres du Conseil de...
Vidéos à la une
La France a décidé ce samedi d’annuler sa participation aux cérémonies marquant le vingtième anniversaire du génocide rwandais. Motif : les propos du président du Rwanda, Paul Kagame, qui...
Vidéos à la une
Les Tatars de Crimée ont annoncé qu’ils allaient organiser leur propre référendum pour décider de leur avenir. Cette communauté musulmane avait massivement boycotté le scrutin qui a conduit...
Vidéos à la une
Au moins 11 personnes, dont un député, ont été tuées depuis samedi dans la capitale centrafricaine. Symbole de cette violence, un musulman lynché gît sur la route du Ve arrondissement. Un...
Vidéos à la une
La Centrafrique, toujours fragile malgré la reconstitution de l’armée nationale. Un lynchage sauvage a eu lieu après une cérémonie officielle dirigée par la nouvelle présidente, Catherine...
Vidéos à la une
La présidente centrafricaine s’est rendue dans un camp de déplacés dans la banlieue de la capitale. Ancienne maire de Bangui, désignée par le Conseil national de transition pour diriger le...
Vidéos à la une
En Centrafrique, les appels au calme de la nouvelle présidente ont bien du mal à être entendus. Ce vendredi, Catherine Samba-Panza s’installait dans le palais présidentiel au lendemain de son...
Vidéos à la une
Plus de 22 000 familles déplacées en Irak, le chiffre est avancé par l’ONU. Ces familles fuient les violences qui embrasent la province d’Al-Anbar, à l’ouest de Bagdad. Beaucoup viennent de...
Vidéos à la une
Exécutions sommaires, pillages, recrutement d’enfants soldats, le conflit qui oppose l’ancien vice-président, Riek Machar, au chef de l‘État, Salva Kiir, a fait fuir près de 400 000 civils...
Vidéos à la une
Les images qui suivent sont extrêmement difficiles. L’ONU a annoncé la découverte de charniers et estime le bilan des combats à plusieurs milliers de morts. Des affrontements qui opposent...
Vidéos à la une
Alors que Washington multiplie les appels au dialogue, menaçant Juba de lui retirer son soutien, les combats continuent au Soudan du Sud. Les forces gouvernementales sont décidées à reprendre...
Vidéos à la une
La communauté internationale se dit inquiète face aux tensions croissantes au Soudan du Sud. Des tensions qui ont abouti à des violences meurtrières : une dizaine de civils ainsi que 2 Casques...
Vidéos à la une
La situation demeure extrêmement tendue à Bangui, la capitale de la Centrafrique, où de nouveaux affrontements ont fait au moins une trentaine de morts depuis jeudi soir, dont un soldat de la...
Vidéos à la une
La jeune nation sud-soudanaise serait au bord de la guerre civile. La situation est alarmante dans ce pays, indépendant depuis 2011. Plus de 500 personnes seraient décédées à Juba, cette...
Vidéos à la une
Près d’un an après le début de l’opération Serval au Mali, la France s’apprête à intervenir à nouveau en Afrique au risque de relancer le vieux débat sur le paternalisme français à...
Vidéos à la une
Hosni Moubarak pourrait sortir de prison très bientôt. Un tribunal égyptien a accepté ce mercredi la demande de libération conditionnelle du président déchu. Les charges qui pesaient sur lui...
Vidéos à la une
Un tribunal égyptien a accepté mercredi la demande de libération conditionnelle du président Hosni Moubarak, renversé par une révolte populaire début 2011, dans le cadre d’une affaire...
Vidéos à la une
Mahmoud Ezzat serait le nouveau chef des Frères musulmans en Egypte. C’est du moins ce qu’annonce la télévision d’Etat égyptienne. Jusque-là aucune confirmation de la part de la...
Vidéos à la une
Mahmoud Ezzat serait le nouveau chef des Frères musulmans en Egypte. C’est du moins ce qu’annonce la télévision d’Etat égyptienne. Jusque-là aucune confirmation de la part de la...
Vidéos à la une
Mohamed Cheikhibrahim, le correspondant d’Euronews au Caire, se trouve sur le pont du 15 mai, dans le centre de la capitale égyptienne. Il explique qu’ il y a “des accrochages qui se...
Publicité