Vidéos à la une
L'OCDE a une nouvelle fois relevé ses prévisions de croissance 2017 pour le Royaume-Uni. L'Organisation pour la coopération et le développement économique s'attend désormais à ce que le produit intérieur brut britannique augmente de 1,6% cette année, c'est 0,4 points de pourcentage de plus que son estimation de novembre. Cette révision tient compte du succès du stimulus de la Banque d'Angleterre et de l'allègement de l'austérité budgétaire dans le sillage du vote de juin en faveur d'une sortie du pays de l'Union européenne. Toutefois, l'OCDE maintient sa prévision de croissance à 1% pour 2018. Elle s'inquiète notamment de l'impact de la chute de la livre sterling sur le pouvoir d'achat des ménages. #GDP, productivity, trade, housing, interest rates: Get OECD Interim economic outlook data & projections here https://t.co/e2bz5AgUqH #stats pic.twitter.com/XM8ROMK41J- OECD (@OECD) 7 mars 2017 Inquiétudes sur la consommation Selon le British Retail Consortium, organisme qui représente les distributeurs britanniques, les ventes non-alimentaires ont reculé de 0,2% de décembre à février, leur premier repli sur trois mois depuis cinq ans. Rachel Lund dirige le département d'étude du British Retail Consortium. Ce tassement des ventes 'signifie que les dépenses des ménages britanniques commencent à ralentir, comme nous nous y attendions. Mais c'est d'autant plus inquiétant que la consommation a été le moteur de la croissance l'an dernier.' explique-t-elle. Selon Barclaycard, les achats de biens non-essentiels ont connu leur cinquième mois de baisse en février. La tendance menace de s'accentuer au vu de l'évolution des prix. Actuellement proche de 2%, l'inflation pourrait en effet atteindre 3% d'ici la fin de l'année. Avec Reuters, OCDE.
Vidéos à la une
En Grande Bretagne, à six jours des élections législatives, les indices médiocres de conjoncture économique s'accumulent. Après un ralentissement de la croissance économique au premier trimestre, au mois d'avril, l'indice du cabinet Markit mesurant le niveau des commandes dans l'industrie a fortement reculé, alimentant les craintes que pourraient éprouver les électeurs si près du scrutin. L'indice de Markit est ressorti en avril à 51,9 contre 54,0 en mars. 'Oui la croissance de 0,3% au premier trimestre était décevante. Et l'activité industrielle est en baisse. A quoi imputer cela, questionne Jan Randolph de IHS Global Insight ? La fermeté de la Livre sterling sûrement, la reprise se fait attendre en Europe et puis il y a peut-être un peu trop d'attentisme de la part des consommateurs et des entreprises avant les élections. Je pense qu'il y a un feed back à 360 ici'. Il y a quelque jours, les chiffres sur les prêts accordés aux consommateurs britanniques ont montré une forte hausse, mais ces prêts étaient en grande majorité destinés à l'immobilier ou provenaient des cartes de crédits. Et oui, l'économie britannique ralentit avec un petit 0,3% de croissance au premier trimestre contre 0,6% au quatrième trimestre 2014. Mais 'ceci est passager', affirment un certain nombre d'économistes britannique qui attendent la deuxième estimation du rythme de la croissance.
Vidéos à la une
Le Venezuela est un des pays qui souffre le plus de la chute des cours du pétrole. Le budget a été élaboré sur la base d'un baril à 100 dollars. Or, il vient de passer sous la barre des 40 dollars, ce qui plombe un peu plus l'économie déjà en récession. L'inflation est galopante (+60% en un an). Les produits de première nécessité viennent à manquer. Maria Jose Useche est une jeune mère de famille. Comme des centaines d'autres personnes, elle fait la queue devant un supermarché de Caracas. 'Ici, dit-elle, ils vendent des couches; c'est pour ça que je suis venue. Mais on m'a dit qu'il n'y en avait plus. Il n'y a plus que du savon. Parfois, y a même plus rien du tout ! On fait la queue et au final on repart les mains vides...' Pénuries, rationnements... Ceux qui ne veulent pas faire la queue paient des gens pour le faire à leur place. Pratique injuste, estiment les autorités qui ont instauré un roulement : en fonction de son numéro d'identité, on viendra faire ses courses tel ou tel jour. Mais là encore, cela crée un mécontentement. 'Moi, je ne suis pas libre quand c'est mon tour, dit Juan Gonzalez. Je ne peux pas quitter mon boulot comme ça pour venir faire mes courses'. Le président vénézuélien Nicolas Maduro vient d'effectuer une longue tournée internationale, en Chine, en Russie et au Moyen-Orient. Objectif : obtenir une aide financière de la part de pays amis. Et plus largement, tenter de trouver une solution à la baisse des prix du pétrole, qui fragilise chaque jour un peu plus son pays
Vidéos à la une
Les ventes au détail au Japon ont connu en mars leur plus forte progression depuis dix-sept ans, les consommateurs se ruant vers les magasins avant la hausse de la taxe sur la valeur ajoutée qui...
Vidéos à la une
La confiance dans l‘économie de la zone euro s’est améliorée de façon un peu plus marquée que prévue en mai, selon les enquêtes publiées jeudi par la Commission européenne. L’indice du sentiment économique a enregistré une hausse légèrement plus forte qu’attendue, remontant à 89,4 contre 88,6...
Publicité