Vidéos Alaune
La Turquie aimerait bien être exemptée de l'interdiction des ordinateurs et tablettes à bord des vols vers les États-Unis et la Grande Bretagne. Interdiction qui vise une vingtaine de compagnies aériennes dans certains pays musulmans considérés à risque. Elle doit entrer en vigueur ce samedi. 'Nous poursuivons nos efforts pour exclure de l'interdiction l'aéroport Atatürk d'Istanbul, dont nous sommes très fiers. Nous sommes actuellement en discussion non seulement avec les États-Unis mais aussi avec la Grande Bretagne', a commenté ce jeudi le porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères, Huseyin Muftuoglu. Les compagnies craignent que cette mesure pèse sur leurs résultats en dissuadant les voyageurs d'emprunter leurs vols. Emirates prévoit de mettre gratuitement à disposition de ses passagers des ordinateurs portables. 'J'espère que nous parviendrons à surmonter cela et que le gouvernement des États-Unis permettra à un moment donné d'assouplir l'interdiction, parce que pour être tout à fait honnête, si cette interdiction concerne spécifiquement les pays mentionnés et ces aéroports, je ne comprends pas pourquoi cela ne s'applique pas partout dans le monde', a réagi le président d'Emirates airlines Tim Clarke. Plus philosophe, la compagnie Royal Jordanian airlines joue la carte de l'humour avec ce tweet sur les douze choses à faire pendant un vol de douze heures sans ordinateur. #electronicsban pic.twitter.com/U3S7sdkipy- Royal Jordanian (@RoyalJordanian) 23 mars 2017 #electronicsban pic.twitter.com/3csTSEePg7- Royal Jordanian (@RoyalJordanian) 23 mars 2017
Vidéos Alaune
La plupart des appareils électroniques sont désormais bannis par les Etats-Unis dans les vols en provenance de huit pays à majorité musulmane. Les autorités américaines ont donné quatre jours aux compagnies concernées pour mettre en oeuvre cette interdiction. Seront interdits en cabine tous les appareils plus gros que les smartphones, comme les ordinateurs portables, les tablettes ou encore les consoles de jeux. Les huit pays sur la liste sont la Jordanie, l'Egypte, la Turquie, l'Arabie saoudite, le Koweit, le Qatar, les Emirats Arabes Unis et le Maroc. Sur les vols décollant de ces pays à destination des Etats-Unis, les appareils plus volumineux que les téléphones portables devront donc aller en soute avec les bagages. L'interdiction serait liée à une menace récente provenant du groupe Al-Qaïda dans la péninsule arabique. La crainte est que des explosifs soient dissimulés dans ces appareils. Au total, une cinquantaine de vols quotidiens de neufs compagnies devront se plier à cette injonction. Avec AFP
Vidéos Alaune
Lufthansa a publié ce jeudi ses résultats annuels. Ils sont conformes aux prévisions. La compagnie aérienne allemande anticipe une légère baisse de son bénéfice cette année. En cause : le renchérissement de la facture des carburants et la concurrence sur les prix des billets. La veille, Lufthansa et ses pilotes ont trouvé un accord qui devrait voir leur salaire augmenter au total de 11, 4 % d'ici à 2022. Le bras de fer durait depuis 2014, les grèves ayant déjà coûté 351 millions d'euros à l'entreprise. 'Nous avons vraiment travaillé dur pour trouver une solution et je suis convaincu que nous en avons trouvé une qui prend en compte toutes les parties. Les besoins des consommateurs, la sécurité pour que les gens puissent s'organiser, pour nos pilotes, qui désormais ont vraiment un avenir et des possibilités de carrière, ce qui était particulièrement important. Mais aussi pour assurer notre compétitivité', a déclaré Bettina Volkens, des ressources humaines. En contrepartie de leur augmentation de salaire, les pilotes ont accepté de porter progressivement à 60 ans l'âge auquel ils peuvent prétendre à une retraite anticipée. Les salariés ont, par ailleurs, donné leur accord à des hausses de productivité, précise la compagnie. En 2016, le géant européen affiche un bénéfice net de 1,78 milliard d'euros.
Vidéos Alaune
La grève du personnel au sol dans les aéroports de Berlin continue ce lundi après une première journée d'action vendredi dernier. Ce sont plus de 600 vols qui ont été annulés aujourd'hui sur les deux aéroports de la ville , 195 à Schönefeld et 465 à celui de Tegel. Les passagers sont bien sûr en colère: 'C'est comme si j'avais été pris en otage. Vous savez, j'aimerais bien pouvoir partir pour mes vacances, mais comme c'est toujours le cas avec les grèves, ceux qui trinquent sont toujours les usagers.' 'Je n'ai absolument aucune information. Je ne peux que rester assise et attendre que quelqu'un puisse nous apporter d'autres informations que celles que nous avons déjà,c'est-à-dire aucun vol aujourd'hui...' Cette grève du personnel au sol intervient dans le cadre de négociations salariales qui durent depuis plus d'un mois. Le syndicat du personnel des aéroports réclame une meilleure rémunération pour les quelques 2000 employés au sol à Berlin, qui s'occupent du chargement des bagages et de l'enregistrement.
Voyager pratique
Le site Flight-Report, spécialisé dans les avis de voyageurs, vient de publier son classement 2017 des meilleures compagnies aériennes low cost du monde. Découvrez les 10 premières du classement en images.  
Voyager pratique
Le JACDEC (Jet Airliner Crash Data Evaluation Centre) a dévoilé en janvier son nouveau classement annuel des compagnies aériennes les plus sûres du monde pour 2017. Découvrez les 10 premières du classement en images. 
Voyager pratique
FlightStats a dévoilé il y a quelques jours le classement annuel des compagnies aériennes les plus ponctuelles, à partir de données récupérées auprès de ces dernières. Découvrez le palmarès en images.  
Voyager pratique
Elles n’ont pas le droit de voler vers l’Europe, ou sous certaines conditions. Voici la liste des compagnies aériennes interdites dans l’Union européenne. 
Voyager pratique
Le comparateur de vols Easyvoyage a dévoilé le 4 octobre une infographie sur les astuces des voyageurs pour voyager pas cher. Parmi celles-ci, le choix de compagnies low-cost aux tarifs plus bas que les autres.  
Voyager pratique
L’organisme de consultation Skytrax a publié il y a quelques jours son classement 2016 des meilleures compagnies aériennes low-cost du monde. En voici le top 10 en images. 
Voyager pratique
L’organisme de consultation Skytrax vient de publier son très attendu classement 2016 des meilleures compagnies aériennes du monde. En voici le top 10 en images. 
Vidéos Alaune
Acquérir un certificat de transporteur aérien dans un pays de l'Union européenne : c'est la solution trouvée par Easyjet pour contourner le Brexit. La compagnie britannique à bas prix veut en effet conserver un accès libre au ciel européen. Même si, pour ce faire, elle doit changer de passeport. Elle serait déjà en discussion avec les régulateurs aériens de plusieurs pays européens. Elle n'envisage pas pour l'instant de déménager son siège, actuellement à l'aéroport de Luton, près de Londres. Le ciel unique européen permet aux compagnies européennes d'assurer des liaisons dans tous les pays de l'Union, sans restriction. Avec le Brexit, les compagnies britanniques pourraient devoir se contenter de liaisons vers l'UE uniquement au départ du Royaume- Uni.
Voyager pratique
La Commission européenne vient de mettre à jour sa liste des transporteurs aériens qui font l’objet d’interdiction totale ou de restrictions au sein de l’UE pour l’année 2016.
Vidéos Argent/Bourse
L'Iran va acheter 100 avions à Boeing. Cet accord, une première depuis la révolution islamique de 1979, a été annoncé par Téhéran. Mais il doit encore être validé par le gouvernement américain et le montant du contrat doit faire l'objet de nouvelles négociations. En janvier, c'est avec l'Européen Airbus que l'Iran avait signé l'achat de 118 appareils. Cet accord doit aussi obtenir l'aval du Trésor américain car plus de 10% des composants des Airbus sont d'origine américaine.
Vidéos Alaune
Iran Air pourrait passer une commande historique auprès de l'Américain Boeing. Elle pourrait être du même ordre que celle passée fin janvier, juste après la levée des sanctions internationales liées au programme nucléaire iranien, auprès de l'Européen Airbus, qui porte sur 118 avions au prix catalogue de 22 milliards d'euros. After Airbus, Iran edges toward historic Boeing deal https://t.co/LTo11ek6WD- Reuters Business (@ReutersBiz) 6 juin 2016 En février, les Etats-Unis ont autorisé Boeing à discuter avec des compagnies aériennes iraniennes. Mais Boeing et Airbus - qui fait fabriquer de nombreuses pièces détachées aux Etats-Unis - ont besoin de dérogations supplémentaires du fait des restrictions américaines sur sur les exportations vers l'Iran. Restrictions qui remontent à la révolution islamique. De même, le système financier iranien n'a toujours pas accès aux marchés en dollars. Faute d'un blanc seing du Trésor américain, Boeing envisagerait de conclure la vente en euros pour contourner cet obstacle.
Vidéos Argent/Bourse
Latam suspend ses vols dès ce mardi à destination du Venezuela. la plus importante compagnie aérienne d'Amérique latine invoque la crise économique qui frappe le pays Elle emboîte ainsi le pas à la compagnie allemande Lufthansa, qui avait quant à elle décidé d'interrompre ses liaisons avec Caracas samedi dernier. En raison de la pénurie de devises au Venezuela, les compagnies aériennes peinent à récupérer leurs recettes.
Vidéos Alaune
En Somalie, dix personnes ont été condamnées à des peines allant de six mois d'emprisonnement à la perpétuité pour l'explosion à bord d'un avion de Daallo Airlines en février. Elle avait été revendiquée par les Shebab (groupe islamiste somalien) et le porteur de la bombe avait été aspiré hors de l'appareil, mais l'avion avait ensuite pu se poser sans qu'il y ait de victimes.
Vidéos Argent/Bourse
Ryanair veut gagner la guerre des prix en Europe. La low-cost irlandaise s'est engagée à baisser ses tarifs dans les mois à venir sur un marché de plus en plus concurrentiel en Europe. Ils devraient diminuer de 7% en moyenne sur l'exercice en cours, et jusqu'à 12% pendant les mois d'hiver. Une annonce faite en marge de la publication d'un bénéfice net conforme aux attentes, en hausse de 43% à 1,24 milliard d'euros sur l'exercice achevé fin mars. Ryanair Full Year profit up 43% to 1,242m. Lower fares, AGB & cost control delivers strong traffic & profit growth https://t.co/VmiDuXRffO- Ryanair (@Ryanair) 23 May 2016 Ryanair en a profité pour réaffirmer son opposition à un Brexit par la voix de son directeur financier, Neil Sorahan. 'Nous pensons qu'avec l'Europe, le Royaume-Uni a bénéficié de tout un éventail de choses sur l'année écoulée, notamment de vols à bas prix comme les nôtres. S'il devait y avoir un vote en faveur d'une sortie britannique de l'Union Européenne, il faudrait renégocier tout un tas de choses au cours des mois, voire des années à venir. Ce que nous ferons le moment venu,' a-t-il expliqué. Du fait de ces incertitudes et des baisses de tarifs, Ryanair joue la prudence en visant une hausse de 13% seulement de son bénéfice net annuel. En revanche, la compagnie aérienne irlandaise veut asseoir sa suprématie en nombre de passagers en Europe. Il compte ainsi transporter 116 millions de personnes sur l'exercice en cours, 9% de plus que sur l'année fiscale écoulée.
Vidéos Alaune
Ils n'ont pas annulé leur voyage, malgré la catastrophe. Les passagers du vol EgyptAir Paris-Le Caire étaient parés pour l'embarquement ce jeudi à l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle. Non sans une certaine appréhension, hommes d'affaires comme touristes affichaient leur détermination. On y va quand même 'Nous devons rentrer dans notre pays quelles que soient les conditions. Si nous ne voyageons pas aujourd'hui, nous voyagerons la semaine prochaine ou le mois prochain, mais au moins, on rentrera,' confie Salama Kordeya, un Egyptien de 66 ans, venu à Paris pour le travail. A 66 ans également, Jean-Luc Leborgne passe régulièrement des vacances en Egypte. La disparition du précédent vol d'EgyptAir pour Le Caire ne le laisse pas indifférent. 'Ca nous a perturbés'' reconnaît-il. 'Déjà, vous savez qu'à Sharm el-Sheikh, 80% des hôtels sont fermés. La vie est réduite à presque rien, mais on y va quand même.' Un tourisme à l'agonie Peu de touristes réagissent ainsi. Le crash du vol Sharm El-Sheikh-Saint Pétersbourg le 31 octobre a en effet porté un coup dur au secteur, déjà agonisant en Egypte. Les revenus générés par le tourisme y sont tombés à 500 millions de dollars au premier trimestre, trois fois moins qu'il y a un an. L'Egypte a accueilli 1,2 millions de touristes sur la période, un million de moins qu'au premier trimestre 2015. Rien, comparé aux près de 4 millions de visiteurs par trimestre en 2010, avant le printemps arabe. Destination sécurité La sécurité est devenue un critère déterminant pour les vacanciers européens. Cet impératif conduit les tours opérateurs, comme Thomas Cook, à tourner le dos à l'Egypte, mais aussi à la Turquie et à la Tunisie, pour concentrer leurs offres en Méditerranée occidentale.
Vidéos Argent/Bourse
Un Brexit serait néfaste au transport aérien en Europe : c'est l'avertissement lancé ce jeudi par le PDG de Lufthansa, Carsten Spohr. Le patron de la compagnie allemande estime en effet qu'une sortie des Britanniques de l'Union européenne entamerait la croissance en Europe, ce qui se traduirait par une baisse de la demande pour le secteur aérien. Peu présente au Royaume-Uni, Lufthansa s'y maintiendra quoi qu'il arrive, mais précise espérer que le référendum du 23 juin débouchera sur le maintien de la Grande-Bretagne dans l'Union.
Vidéos Alaune
Trou d'air dans les comptes semestriels d'Easyjet : la low-cost britannique a accusé une perte avant impôts de 24 millions de livres sterling sur les six mois achevés fin mars. Les analystes s'attendaient à pire, du fait de l'impact des attentats de Sharm-el-Cheikh, Paris et Bruxelles sur le trafic aérien. Face aux vents contraires, la compagnie aérienne a cassé ses prix pour doper son trafic passagers, en hausse de 7,4% sur la période. Elle a par ailleurs été pénalisée par des effets de change négatifs évalués à 33 millions de livres sterling. Confiante malgré tout dans l'avenir, Easyjet relève son dividende, ce qui profite au titre en bourse.
Vidéos Alaune
Le fichier européen des données des passagers aériens est désormais une réalité. Les 28 ont voté pour la création de ce nouvel outil antiterroriste, appelé aussi PNR. Cette adoption clôt ainsi plusieurs années de difficiles négociations entre les États membres et entre les institutions européennes. Pour le Commissaire chargé des Affaires intérieures il est maintenant temps de concrétiser les promesses faites. " Arrêtons de répéter des engagements et agissons ", a insisté Dimitris Avramopoulos. Les données transmises comporteront le nom du passager, son itinéraire, ses coordonnées ou encore le mode paiement des billets d'avion. Les États membres ont maintenant deux ans pour appliquer ce texte européen.
Vidéos Alaune
Le registre européen des données des passagers aériens, dit PNR, a enfin été adopté jeudi par les eurodéputés, dotant l'UE d'un nouvel outil antiterroriste après le choc des attentats de Paris et Bruxelles. Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve s'en est félicité.
Vidéos Alaune
Le parlement européen vient d'adopter à une large majorité (461 voix pour, 179 contre, 9 abstentions) le registre européen des données des passagers aériens. Aussi appelé PNR, cette liste doit permettre de tracer les déplacements de chaque voyageur pour mieux lutter contre le terrorisme. Dates de voyage, itinéraire et coordonnées des passagers, les compagnies aériennes devront partager toutes ces informations avec le pays européen d'origine ou de destination. La directive était sur la table des euro-députés depuis 2011 mais elle a pris un coup d'accélérateur avec les récents attentats de Paris et de Bruxelles. Le texte est assorti de strictes conditions sur l'utilisation de ces données par la police ou la justice. Les informations partagées seront conservées pour une durée de 5 ans. Le texte doit encore être formellement approuvé par les Etats membres avant d'entrer en vigueur.
Vidéos Alaune
Les vols reprennent peu à peu à l'aéroport de Bruxelles-Zaventeem, tout juste deux semaines après les attentats. Ce lundi, une quarantaine d'avions desservant des villes européennes ont pu décoller, même si le hall des départs a été soufflé par l'explosion. Sur place, la sécurité a été renforcée. 1st passenger plane back at #brusselsairport, saluted by emergency services. Welcome back FlyingBrussels pic.twitter.com/62LzFVP9YA- Brussels Airport (BrusselsAirport) 3 avril 2016 Ce mardi, 89 vols sont prévus en provenance et à destination de Bruxelles, y compris des longs courriers, contre près de 600 en temps normal. Les attaques qui ont secoué l'aéroport et le métro de Bruxelles le 22 mars dernier ont coûté la vie à 35 personnes, et fait plus de 300 blessés, dont une soixantaine sont toujours hospitalisés, pour moitié en soins intensifs.
Vidéos Alaune
Les contrôles ne sont pas défaillants dans les aéroports égyptiens, c'est sans doute ce que veut démontrer le ministre égyptien de l'Intérieur sur sa page Facebook, en publiant cette vidéo : le pirate de l'air présumé en train de passer les contrôles à Alexandrie. Sherif Ismail, le Premier ministre explique les conditions du détournement : 'Le pirate de l'air a demandé à un moment de rencontrer un représentant de l'Union européenne et à un autre moment il a demandé que l'avion décolle vers un autre aéroport. Il n'y avait pas vraiment de demande spécifique. Evidemment il va y avoir une enquête approfondie sur le pirate de l'air, un Egyptien, pour connaître les raisons de son acte.'
Vidéos Alaune
Cette semaine dans Utalk, une question nous est posée par Anita de Londres: 'un an après le crash délibéré d'un avion de la Germanwings par l'un de ses pilotes, quelles mesures ont été prises pour renforcer la sécurité des passagers et du personnel navigant ?' Giovanni Magi, spécialiste des questions aéronautiques à Euronews, lui répond : 'La première mesure prise après la catastrophe de la Germanwings a été l'adoption généralisée de la règle selon laquelle il faut au moins deux personnes présentes dans le cockpit en permanence. Si l'un des deux pilotes sort du cockpit, il ou elle doit être temporairement remplacée par un steward ou une hôtesse, donc si l'un des occupants du cockpit a le moindre problème, l'autre peut agir. Cette règle était déjà obligatoire aux Etats-Unis et en Chine au moment de l'accident, et de nombreuses compagnies aériennes du monde entier l'avaient déjà adoptée, mais pas la Lufthansa, à laquelle appartient la Germanwings. D'autres mesures ont été préconisées par les agences internationales de sécurité aérienne, pour demander des critères plus stricts lors des examens médicaux auxquels les pilotes sont soumis régulièrement. Dans ce cas, aussi, la responsabilité relève des autorités nationales. Le Parlement allemand, par exemple, a adopté une nouvelle législation permettant des contrôles inopinés des pilotes, pour s'assurer qu'ils ne soient pas sous l'effet de médicaments, de drogues ou d'alcool. Mais la solution radicale au problème, concernant la qualité des contrôles médicaux, a été proposée le 13 mars dernier par le Bureau Enquête Accidents, en charge de l'enquête sur la catastrophe de la Germanwings : la levée du secret médical, pour que la compagnie aérienne soit toujours informée de l'état de santé réel du pilote'. French BEA director Remi Jouty outlines recommendations on #Germanwings crash pic.twitter.com/8dSHrT30Kt- ReutersAerospaceNews (@ReutersAero) 13 mars 2016 C'était le dernier numéro de cette émission, merci d'avoir suivi notre page Utalk.
Vidéos Alaune
Une année émotionnellement difficile, mais économiquement réussie pour Lufthansa. Le géant européen du transport aérien a multiplié son bénéfice net par 30 en 2015 à 1,7 milliard d'euros. C'est mieux que prévu. Et ce, en dépit de grèves à répétition et du crash d'un avion de sa low cost Germanwings, qui a pour la première fois généré des bénéfices et a vocation à devenir le numéro 3 des vols à bas prix en Europe. Après une année blanche, Lufthansa va de nouveau verser un dividende à ses actionnaires, de 0,50 euro par titre pour 2015. Le groupe allemand, qui - outre Lufthansa et Germanwings - opère aussi les compagnies Swiss, Austrian Airlines et la société de fret aérien Lufthansa Cargo, a bénéficié des effets de la chute des cours du brut. Son chiffre d'affaires s'est lui envolé de 7% sous l'effet d'une amélioration de son activité passagers. Lufthansa reste confronté à une concurrence féroce à la fois des compagnies du Golfe dans le haut de gamme et d'EasyJet et Ryanair dans le low-cost. Pour 2016, Lufthansa compte voir sa facture de carburant tomber à 4,8 milliards d'euros, soit un milliard d'euros de moins qu'en 2015, et table sur une baisse de ses coûts de fonctionnement.
Vidéos Alaune
Qatar Airways opérera à partir de décembre le vol le plus long au monde. Il reliera Doha à Auckland en Nouvelle-Zélande en 18h30, 1h15 de plus que le record actuel détenu par son concurrent Emirates depuis Dubaï sur la même destination. Qatar Airways a profité du salon du tourisme de Berlin pour dévoiler son plan d'expansion. 'Nous avons annoncé 14 nouvelles destinations, dont Krabi en Thaïlande, les Seychelles, mais aussi Windhoek, la capitale de la Namibie, nous irons en Finlande, en Europe centrale et de l'Est ainsi que dans d'autres régions du sud-est asiatique,' a détaillé son PDG, Akbar Al Baker. Ce plan devrait permettre de doubler à 50 millions de voyageurs la fréquentation du nouvel aéroport de Doha. Pour assouvir ses ambitions mondiales, Qatar Airways a prévu d'élargir sa flotte. La compagnie accuse réception d'un nouvel avion tous les dix jours. L'âge moyen de ses appareils est inférieur à quatre ans.
Vidéos Alaune
Airbus a tenu le cap en 2015. L'avionneur européen a publié des résultats conformes aux attentes : un bénéfice net en hausse de 15 % à 2,7 milliards d'euros pour un chiffre d'affaires en progression de 6%. Et si les ventes de l'A400M, le transporteur militaire, peinent toujours à décoller, le ciel est dégagé pour les avions commerciaux. 'Nous affichons une nouvelle fois une performance annuelle robuste dans l'aviation commerciale. Nos clients, croyez le ou non, essentiellement grâce à la chute des prix du brut et du kérosène, se portent globalement très bien financièrement,' s'est félicité Tom Enders, le PDG du groupe. Mieux, Airbus affiche un carnet de commandes record, franchissant pour la première fois la barre des 1000 milliards d'euros. Et pour l'avenir, il mise sur le développement d'appareils moins gourmands en carburant. Ce marché ne devrait pas etre affecté par la baisse des prix du kérosène selon Jeremy Cook, chef économiste chef World First. 'Certes, les cours du brut sont bas et peuvent baisser davantage. Mais les marchés n'y voient pas un scénario de long terme. Ils se disent que les cours pourraient remonter à 50, 60 voire 70 dollars le baril. Et donc, les compagnies aériennes vont toujours rechercher des appareils qui consomment moins,' assure-t-il. Pour honorer les 650 livraisons prévues en 2016, Airbus va relever ses cadences de production. D'autant qu'il s'attend cette année à des commandes supérieures aux livraisons. L'interview : Harald Wilhelm, directeur financier d'Airbus Harald Wilhelm, directeur financier d'Airbus, a commenté ces résultats sur notre antenne. Anne Glémarec, euronews : Au vu du carnet de commandes record d'Airbus, le grand défi va être de livrer ces avions à temps. Comment allez-vous vous y prendre ? Harald Wilhelm, directeur financier d'Airbus : Prenons l'exemple de l'A350 : vous pourriez dire : ' Oh, vous en avez produit 14 en 2015, et en 2016 vous allez en produire plus de 50, comment est-ce possible ? '. En fait, à l'heure où je vous parle, plus de 30 appareils sont déjà en fin de ligne d'assemblage. Et nous sommes en train d'augmenter la cadence. Cela veut dire que nous nous assurons que les pièces fabriquées dans le monde entier nous sont fournies à temps, et au niveau de qualité requis. Anne Glémarec, euronews : Deux syndicats ont contesté votre décision de demander aux employés de pointer en bleu de travail. Ils ont actuellement 20 minutes pour se changer. Où en êtes-vous dans les négociations ? Harald Wilhelm, Directeur financier d'Airbus : C'est en discussion. Mais vous savez, c'est une démarche parmi d'autres qui vise à améliorer l'efficacité de nos usines. Il faut y voir une démonstration de nos efforts de productivité. Anne Glémarec, euronews : Pourrez-vous convaincre les syndicats ? Harald Wilhelm, Directeur financier d'Airbus : Je suis confiant quant à la résolution de ce problème. Anne Glémarec, euronews : Quel est l'impact de la chute des cours du brut sur la demande en avions moins gourmands en kérosène ? Harald Wilhelm, Directeur financier d'Airbus : Je sais que beaucoup se posent des questions et s'inquiètent, et je comprends pourquoi. Mais regardons les faits : depuis que les prix du pétrole ont commencé à chuter fin 2014, nos commandes n'ont pas décliné. Comment nous l'expliquons ? Eh bien, les prix plancher du pétrole permettent à nos clients d'améliorer leur rentabilité et leur niveau de liquidités. Donc ils ont les moyens d'acquérir des avions énergétiquement plus efficaces qui leur permettront d'être moins affectés le jour où les prix du carburant remonteront. Anne Glémarec, euronews : Qatar Airways a averti la semaine dernière que le ralentissement des économies émergentes, Chine en tête, pourrait avoir un impact négatif sur le secteur aérien. Vous partagez ces inquiétudes ? Harald Wilhelm, Directeur financier d'Airbus : Je ne dis pas qu'il n'y aura pas des risques ici ou là, certains passagers prendront peut-être moins l'avion qu'ils ne l'avaient prévu initialement, il pourrait y avoir un ajustement. Mais nos 6,800 commandes d'avions nous permettent de voir venir et de nous adapter. Anne Glémarec, euronews : Airbus emploie plus de 16.000 personnes au Royaume-Uni. Si les électeurs britanniques décident de quitter l'Union européenne, quelles seront les conséquences pour Airbus ? Harald Wilhelm, Directeur financier d'Airbus : Clairement, en tant qu'industriels et hommes d'affaires, nous préférerions que la Grande-Bretagne reste dans l'Union européenne. Cela nous a permis de mettre en place un cadre de travail clair, qui contribue à l'efficacité d'Airbus dans son ensemble, mais aussi à l'efficacité et aux investissements en Grande-Bretagne. Notre préférence est très claire : que la Grande-Bretagne reste dans l'Union.

Pages

Publicité