Vidéos à la une
Dix ans après les émeutes en banlieue et 32 ans après la "marche des Beurs", plusieurs milliers de personnes ont battu le pavé samedi à Paris à l'appel d'un collectif de femmes. " Il y a toujours des violences policières, il y a toujours des contrôles au faciès", a déploré Sihame Assbague, du collectif des femmes pour la dignité sur BFMTV samedi.
Vidéos à la une
Dix ans après les émeutes urbaines à Clichy-sous-Bois, des immeubles neufs et des espaces verts ont fleuri. La commune a en partie changé mais le développement économique est toujours à la traîne. Après sa mutation physique, la banlieue attend donc une mutation humaine.
Vidéos à la une
"Dix ans pour ça". Siyakha Traoré était l'invité du "14-17" ce lundi sur LCI à la veille de l'anniversaire de la mort de son frère, Bouna, et de son ami Zyed, à Clichy-sous-Bois en 2005. "Il fallait qu'on laisse une trace", a expliqué celui qui a co-écrit un livre avec Adel Benna, frère de Zyed.
Vidéos à la une
Dix ans après les émeutes, les banlieues ont toujours une image négative dans l'opinion, mais à Clichy, les habitants sont satisfaits des améliorations et souhaitent qu'elles soient reconnues. "Ils ne sont pas revenus à Clichy-sous-Bois depuis. Cela a beaucoup évolué. Il y a eu un nouveau maire, une nouvelle piscine et une bibliothèque va ouvrir dans peu de temps", témoigne une habitante.
Vidéos à la une
Les deux policiers mis en cause dans la mort de Zyed et Bouna, en 2005 à Clichy-sous-Bois, ont été relaxés lundi. La police bénéficie-t-elle trop souvent de la clémence de la justice ? Difficile à savoir, répond Slate.
Vidéos à la une
Lundi, 10 ans après les faits, les deux policiers impliqués dans l'affaire de Clichy-sous-Bois ont été relaxés. Pendant toute la durée du procès, des artistes ont raconté sur Internet, jour après jours, les débats de la journée.
Vidéos à la une
Mardi, Marion Maréchal-Le Pen est revenue pour LCP sur son tweet qui a suscité de nombreuses réactions à gauche après la relaxe de deux policiers, dix ans après la morts des adolescents Zyed et Bouna dans un générateur EDF de Clichy-sous-Bois. Ce verdict prouve que la racaille avait bien mis la banlieue à feu et à sang par plaisir et non à cause d'une bavure policière. #ZyedetBouna - Marion Le Pen (@Marion_M_Le_Pen) 18 Mai 2015 "Le néant de la vie politique française est comblé par les polémiques à répétition. Je n'ai jamais parlé de ces deux jeunes dont tout le monde déplore la mort, mais cela n'aurait pas dû entraîner les émeutes" explique l'élue du Front national qui reconnaît une expression "triviale" pour l'emploi du mot racaille. Elle se défend d'être entrée dans la bataille des régionales face à Christian Estrosi "Je ne tiens pas à jouer la surenchère à droite, c'était un commentaire d'actualité". A ceux qui comparent ses propos à ceux de son grand-père, la nièce de Marine Le Pen répond : "Peut-être que Jean-Marie Le Pen aurai pu tenir ces propos mais bien d'autres personnes dans ma famille politique." Et de conclure "Le but c'est de ne pas justifier la délinquance par le prétexte du malaise social dont on se cache pour justifier insécurité."
Vidéos à la une
Le tribunal correctionnel de Rennes a relaxé ce lundi les deux policiers, près de 10 ans après la mort de Zyed et Bouna sur un site EDF, en 2005 à Clichy-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis. Les proches des victimes n'ont pas caché leur incompréhension et leur colère après l'annonce de l'acquittement des deux agents. Ils dénoncent une "justice à deux vitesses". Jean-Pierre Mignard, l'avocat des deux familles, a pour sa part évoqué un "un apartheid judiciaire".
Vidéos à la une
Après l'annonce lundi après-midi de la relaxe des deux policiers mis en cause dans la mort de Zyed et Bouna, des centaines de personnes se sont rassemblées dans le calme devant le tribunal de Bobigny pour protester.
Vidéos à la une
L'annonce de la relaxe des deux policiers mis en cause dans la mort de Zyed et Bouna, en 2005, a embrasé les réseaux sociaux, plus de 65.000 messages ont ainsi été échangés sur Twitter en l'espace de quelques heures.
Vidéos à la une
Il n'y aura donc pas de condamnation dix ans après la mort de Zyed et Bouna sur un site EDF à Clichy-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis. Le tribunal correctionnel de Rennes a relaxé lundi les deux policiers, poursuivis pour pour non-assistance à personne en danger, au grand désespoir des proches des victimes.
Vidéos à la une
Dix ans après le décès de Zyed et Bouna dans un site EDF, les deux policiers poursuivis ont été relaxés. Pour l'avocat des familles des deux jeunes hommes, on n'a pas eu de "précautions" pour son argumentation.
Vidéos à la une
Les deux policiers poursuivis après le drame de Clichy-sous-Bois qui a coûté la vie à deux jeunes dans un site EDF en 2005, ont été relaxés lundi. Suite à la lecture du jugement, le frère de Zyed s'est levé en les pointant du doigt et en leur criant "Vous êtes responsables !", rapporte Ségolène Chapelin, envoyée spéciale à Rennes.
Vidéos à la une
Le ministère public a requis jeudi la relaxe des deux policiers poursuivis à Rennes pour non-assistance à personne en danger après la mort des deux adolescents de Clichy-sous-Bois, drame à l'origine en 2005 d'émeutes sans précédent dans les banlieues françaises. Les précisions de Camille Colin, envoyée spéciale de LCI.
Vidéos à la une
La relaxe a été requise jeudi à l'encontre des deux policiers qui comparaissent depuis lundi à Rennes pour non-assistance à personne en danger après le drame de Clichy-sous-Bois qui a coûté la vie à deux adolescents morts électrocutés le 27 octobre 2005. "On n'apaise pas la douleur d'un drame en causant une nouvelle injustice", a expliqué Delphine Dewailly, représentant le ministère public. "Est-ce que tout le monde est justiciable de la même manière? C'est la question qu'on peut se poser", a réagi Siyakha Traoré, le grand-frère de Bouna, après avoir entendu les réquisitions.
Vidéos à la une
La relaxe a été requise jeudi à l'encontre des deux policiers qui comparaissent depuis lundi pour non-assistance à personne en danger après le drame de Clichy-sous-Bois qui a coûté la vie à Zyed et Bouna le 27 octobre 2005. "Mes clients ne sont pas surpris", a réagi leur avocat, Daniel Merchat, à la sortie de l'audience. "Depuis neuf ans, ils soutiennent la même position à savoir 'nous ne savions pas'". "Une espèce de surdité s'est dissipée", ajoute-t-il.
Vidéos à la une
La relaxe a été requise jeudi à l'encontre des deux policiers qui comparaissent depuis lundi à Rennes après le drame de Clichy-sous-Bois qui a coûté la vie à deux adolescents en 2005. Une décision qui ne convient pas à l'avocat des parties civiles.
Vidéos à la une
"Il me semble que c'est un réquisitoire qui vise exagérément à mettre hors de cause les fonctionnaires", a réagi jeudi, Jean-Pierre Mignard, avocat des familles de Zyed et Bouna, morts électrocutés le 27 octobre 2005. Pour lui, la relaxe requise contre les policiers jeudi n'est pas une surprise, il dénonce un "dialogue de sourd qui dure depuis des années". L'avocat se demande néanmoins "si la procureure était dans la salle".
Vidéos à la une
Il y a presque dix ans, deux adolescents de 15 et 17 ans, Zyed et Bouna sont décédés dans un transformateur EDF à Clichy-Sous-Bois. Les deux policiers qui les poursuivaient ce soir-là avant le drame sont sur les bancs des accusés. Ils sont jugés depuis ce matin à Rennes pour non-assistance à personne en danger.
Vidéos à la une
Hommage ce samedi à Claude Dilain. Le maire de Clichy-sous-Bois s'était fait le porte-voix des habitants des quartiers populaires. Qu'est devenue sa commune, d'où sont parties les émeutes de 2005, après la mort de deux jeunes dans un transformateur électrique? Qu'est-ce qui a changé, grâce à lui, en partie? Que reste-il à faire ?
Vidéos à la une
Au lendemain de l'annonce du Premier ministre Manuel Valls, qui a présenté son plan pour casser l'effet "ghetto", François Hollande était en visite à Clichy-sous-Bois pour rendre hommage au défunt maire Claude Dilain.
Vidéos à la une
Daniel Merchat, avocat des deux policiers impliqués dans la mort de Zyed et Bouna, estime que le renvoi en correctionnelle de ses clients est obsolète car "le parquet va requérir la relaxe".
Vidéos à la une
Daniel Merchat, avocat des deux policiers impliqués dans la mort de Zyed et Bouna, estime que le renvoi en correctionnelle de ses clients est obsolète car "le parquet va requérir la relaxe".
Vidéos à la une
Jean-Pierre Mignard, avocat des familles de Zyed et Bouna, se réjouit de la décision de la Cour d'appel de Rennes qui a renvoyé en correctionnelle les deux policiers impliqués dans la mort des...
Publicité