Politique
Lors de la traditionnelle séance des Questions au gouvernement mardi, le Premier ministre s’est emmêlé les pinceaux sur la fonction de Claude Bartolone.
Vidéos A la une
En prélude à des questions au gouvernement focalisées sur le terrorisme, Claude Bartolone, le président de l'Assemblée nationale a invité les députés à observer une minute de silence mercredi en hommage aux victimes de l'attaque de Nice,.
Vidéos A la une
L'Assemblée nationale a observé une minute de silence ce mercredi en hommage aux victimes de l'attentat perpétué à Nice le 14 juillet. "J'exprime en votre notre nom notre plus profonde solidarité", a adressé son président Claude Bartolone. Il a également adressé ses condoléances aux familles et proches des trois soldats français morts au Mali.
Vidéos A la une
Les questions au gouvernement ont commencé avec quelques secondes de retard mardi du fait de la réunion exceptionnelle du conseil des ministres pour autoriser le recours au 49.3. "Je vous trouve bien chauds alors que ça n'a pas encore commencé, qu'est-ce qui vous arrive?", a lancé le président de l'Assemblée, Claude Bartolone, aux députés râleurs.
Vidéos A la une
François Hollande consulte ce mercredi matin à l'Élysée Claude Bartolone et Gérard Larcher, les présidents de l'Assemblée nationale et du Sénat. À l'issue de ces entretiens, le chef de l'État dira si il veut poursuivre ou non la réforme constitutionnelle. Il mettrait ainsi un terme à un débat qui déchire la classe politique depuis maintenant quatre mois. En cause : la différence de traitement entre les terroristes binationaux et ceux qui sont uniquement français.
Politique
Selon les informations de Mediapart, le président de l’Assemblée nationale aurait omis de mentionner qu’il avait des parts dans le restaurant de son frère, lors de sa dernière déclaration de patrimoine. 
Vidéos A la une
"La menace est réelle et s'il faut prolonger l'état d'urgence il faut le faire", affirme Pierre-Yves Bournazel (LR), conseiller régional Ile-de-France. François Hollande aurait demandé la prolongation de l'état d'urgence lors d'un entretien avec les présidents du Sénat et de l'Assemblée nationale. Députés et sénateurs devraient bientôt être consultés.
Vidéos A la une
"Le président de la République a évoqué sa prolongation", ont déclaré Gérard Larcher, président du Sénat et Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationales. L'état d'urgence, si il n'est pas reconduit, devrait se terminer le 26 février.
Vidéos A la une
Invité de Guillaume Durand ce mercredi sur LCI-Radio Classique, le secrétaire d'État aux Relations avec le Parlement Jean-Marie Le Guen est revenu sur les propos de Claude Bartolone sur Valérie Pécresse et la "race blanche". Il a concédé que cette phrase était "totalement absurde". "Maintenant, qu'il y ait un bloc réactionnaire, une droite dure qui ne sait plus faire la frontière avec le Front national, ça existe", a ajouté le secrétaire d'État.
Politique
Le président de l’Assemblée nationale a été hospitalisé mardi après avoir été victime d’un malaise. "En état de surchauffe", il a été mis au repos forcé.
Vidéos A la une
Reconduit dans la matinée de mardi par acclamation par les députés socialistes, Claude Bartolone, 64 ans, s'est rendu après le déjeuner à l'hôpital américain de Neuilly, près de Paris, pour ces examens, alors qu'il ressentait des douleurs. Il est arrêté pour une dizaine de jours, a précisé son entourage.
Vidéos A la une
Claude Bartolone, reconduit comme président de l'Assemblée nationale, ce mardi matin était absent de l' hémicycle. Il a été vivement critiqué par Claude Goasguen, député Les Républicains de Paris. Manuel Valls lui a apporté son soutient et sa confiance. L'ex-tête de liste PS aux régionales en Ile-de-France,a été arrêté pour une dizaine de jours en raison d'examens cardiologiques.
Vidéos A la une
Ambiance électrique lors des Questions au gouvernement, mardi, lorsque Claude Goasguen, le député-maire du XVIe arrondissement de Paris, a dénoncé l'attitude de Claude Bartolone envers Valérie Pécresse lors des élections régionales en Île-de-France. Le député de Seine-Saint-Denis avait accusé la candidate Les Républicains de défendre "en creux" les banlieues favorisées de l'Île-de-France et "la race blanche". "Nous avons subi deux affronts pendant cette campagne électorale, Monsieur le Premier ministre, a lancé le député Les Républicains. Un homme éminent de la République a osé proférer des injures graves à l'égard d'une candidate. Ces propos sont une incitation à la haine raciale !" Manuel Valls n'a pas souhaité répondre frontalement à la question : "Ce que les Français ne veulent plus, c'est de ce genre de polémiques, a-t-il expliqué. Elles sont derrière nous. Claude Bartolone est président de l'Assemblée nationale et j'invite les uns et les autres à respecter les institutions et à oeuvrer pour les Français. Je renouvelle mon soutien et ma confiance en Claude Bartolone."
Vidéos A la une
Invité mardi dans Politique matin, le député Les Républicains Luc Chatel a réagi à la défaite dimanche de Claude Bartolone aux élections régionales face à Valérie Pécresse pour la région Île-de-France. "Nous avions alerté lorsque Claude Bartolone s'est présenté à la présidence de la région Île-de-France en disant, ça pose un problème que le président de l'Assemblée nationale soit aussi candidat", a rappelé le député de Haute-Marne. (...) Aujourd'hui c'est l'institution Assemblée nationale qui est affaiblie parce que son président a été battu sèchement."
Politique
Nadine Morano n’a pas apprécié que Claude Bartolone parle lui aussi de "race blanche" la semaine dernière. Selon elle, d’une bouche à l’autre, cette expression n’a pas le même sens….
Vidéos A la une
La ministre de la décentralisation et de la fonction publique était lundi l'invitée du club de la presse.
Vidéos A la une
Valérie Pécresse a remporté de justesse les élections régionales, au second tour face à la liste de Claude Bartolone. Au siège des deux partis, entre joie, déception et indécision, la soirée a été difficile. Le candidat du parti socialiste a reconnu sa défaite et a souhaité bonne chance à son adversaire. L'ancienne ministre de l'Éducation a quant à elle rendue hommage à son mentor, Jacques Chirac.
Vidéos A la une
Le suspens aura duré plus d'une heure après la fermeture des bureaux de vote. La députée des Yvelines remporte l' Île-de-France avec 43,8%, soit 70.000 voix d'écart avec son rival socialiste. Valérie Pécresse met fin à 17 ans de présidence de la gauche avec Jean-Paul Huchon. Quant à Claude Bartolone, il remet à Bruno Le Roux son mandat de président de l'Assemblée nationale.
Vidéos A la une
RÉACTION. Battu d'une courte tête par Valérie Pécresse (44% contre 42%), la tête de liste PS en Île-de-France Claude Bartolone s'est exprimé dimanche soir. Il a remercié "ceux qui ont porté le projet de la gauche" avant d'annoncer qu'il allait remettre son mandat de président de l'Assemblée nationale au président du groupe PS Bruno Le Roux.
Vidéos A la une
Anne Hidalgo était l'invitée de Ruth Elkrief ce vendredi soir sur BFMTV. La maire de Paris a exprimé des regrets après les différentes attaques entre Claude Bartolone, candidat du PS, et Valérie Pécresse, candidate Les Républicains. "Je regrette qu'on soit mené, à un moment donné, à ce type de crispations (...) On pourrait s'en passer", a reconnu l'élue socialiste.
Vidéos Zapping Actu
Polémique sur la "race blanche" : Bartone maintient ses propos sur Pécresse ; Le livre de chevet Sarkozy ; Michelle Obama rappe pour inciter les jeunes d'aller à l'université... Retrouvez tous ces extraits et bien d'autre dans notre zapping Actu du jour.
Vidéos A la une
La candidate Les Républicains a annoncé son intention de poursuivre Claude Bartolone qui l'accuse de défendre "la race blanche". Interrogé sur cette polémique lors d'un déplacement avec le candidat aux régionales en Ile-de-France, à Sainte-Geneviève-des-Bois, Manuel Valls a répondu que Calude Bartolone avait "dit ce qu'il fallait dire sur cette polémique". Il a ajouté que le socialiste avait "été très attaqué pendant cette campagne". "C'est lui qui porte l'espoir de cette région. C'est lui qui peut réconcilier les habitants de cette région", a poursuivi le Premier ministre.
Politique
Le président de l'Assemblée nationale a récemment accusé Valérie Pécresse, sa concurrente Les Républicains en Ile-de-France, de défendre la "race blanche".
Vidéos A la une
Le candidat du Parti Socialiste pour les régionales en Île-de-France, Claude Bartolone a accusé les Républicains de séduire les électeurs du FN, "à grands coups de races blanches". Des accusations qu'a dénoncé Valérie Pécresse : "Si la fin justifie les moyens, si cette conception là de la politique, je pense que les franciliens la sanctionneront". La candidate des Républicains a décidé de porter plainte pour injure aggravée contre son adversaire.
Vidéos A la une
Sur les réseaux sociaux, les réactions ne sont pas faites attendre à la suite des accusations portées par Claude Bartolone contre Valérie Pécresse, qui a d'ailleurs annoncé qu'elle allait porter plainte. Le président de l'Assemblée nationale va également porter plainte à son tour contre le maire de Juvisy qui l'a accusé d'être un "élu mafieux". Marine Le Pen a souhaité un joyeux anniversaire à Marion Maréchal-Le Pen, qui lui a demandé "sa victoire en cadeau".
Vidéos A la une
Emmanuelle Cosse était l'invité de BFM Story ce jeudi pour commenter la campagne de l'entre-deux tour des élections régionales. La candidate EELV a rejoint la liste socialiste de Claude Bartolone, mais ne partage pas exactement ses propos sur leur adversaire du parti Les Républicains, Valérie Pécresse. Dans une interview puis pendant son meeting mercredi à Créteil, il a reproché à l'ancienne ministre de défendre la "race blanche". Une expression polémique empruntée à Nadine Morano. "Moi je n'aurais pas dit la même chose", a assuré l'écologiste.
Vidéos A la une
Un papier du Nouvel Obs révèle des propos tenus par la tête de liste PS en Île-de-France sur sa rivale, Valérie Pécresse. Selon Claude Bartolone, la députée des Yvelines représente "Versailles, Neuilly, la race blanche". Pour François D'Orcival, éditorialiste à Valeurs actuelles, ses propos traduisent du "mépris" à l'égard de ces villes. De plus, il dénonce, sur LCI, l'emploi du mot "race" après la polémique Morano...
Politique
A trois jours du second tour des régionales, le candidat PS en Ile-de-France, Claude Bartolone a attaqué sa rivale LR, Valérie Pécresse en l’accusant de défendre "la race blanche". Des propos qui ont provoqué un tollé.
Vidéos A la une
"Le rassemblement, ça n'est pas le copier-collé", a déclaré le candidat socialiste aux élections régionales en Ile-de-France lors de son meeting de l'entre-deux tours à Créteil.
Vidéos A la une
Les listes PS, Front de Gauche et EELV sont parvenues à un accord lundi soir, visant à fusionner dimanche, au second tour des élections régionales. Invitée ce mardi, sur RMC, la porte-parole du Parti de Gauche, Danielle Simonnet, a expliqué pourquoi sa formation, qui n'a cessé de critiquer le gouvernement, s'était ralliée à cette solution.

Pages

Publicité